Dispensaire Émile-Loubet

Au dispensaire Émile-Loubet

L’inauguration d'aujourd'hui

Le dispensaire Emile-Loubet de la rue du Château-des-Rentiers, 182

Cet après-midi, à quatre heures, le landau présidentiel s'arrêtait; devant le dispensaire antituberculeux des mutualistes, 182, rue du Château-des-Rentiers, que M. Loubet venait inaugurer. Cet établissement, de fondation récente, a été créé par les présidents de sociétés de secours mutuels avec le produit d'une souscription qui était primitivement destinée par les mutualistes à offrir un objet d'art au chef de l'État. Le comité d'organisation, ayant en très peu de temps, et maigre la modicité des souscriptions, limitées à dix centimes, recueilli une somme supérieure à 12,000 francs, augmenta encore ce capital par un prélèvement sur le Pari mutuel et quelques donations particulières.

Le Président de la République pria alors les organisateurs d'affecter les fonds non plus à l'acquisition d'un objet d'art, mais à la création d'un dispensaire.

C'est ainsi que fut fondé le dispensaire de la rue du Château-des-Rentiers, qui reçut le nom de Dispensaire Émile-Loubet.

Accompagné de MM. le général Dubois et Henry Poulet, le Président a été reçu par le directeur, entouré de son personnel et de la municipalité du treizième arrondissement.

Après une courte allocution et une visite minutieuse dans les salles, M. Loubet a conversé quelques instants avec plusieurs membres du Congrès qui avaient assisté à l’inauguration. Puis le chef de l'État s’est retiré pour se rendre à la mairie du treizième arrondissement où il a été reçu par M. Paul Brousse, président du conseil municipal et les membres de la municipalité.

La Presse — 5 octobre 1905

Lire également

Le récit de cette inauguration par le Petit-Parisien


Dans la presse

Inauguration de la ligne de Métro N° 10

M. Pernod, ministre des Travaux publics, inaugure ce tantôt, à 15 heures, une nouvelle ligne de métro, ou plutôt un nouveau tronçon : « Carrefour de l’Odéon-Place d’Italie », rattaché provisoirement à la ligne n° 10... (1930)

Lire la suite

Faits divers

L'enfant de la folie

Un habitant du département de l'Yonne, M. Petrus Pourpiot, rentier, âgé de quarante-six ans, arrivait à Paris, samedi dernier, pour assister aux fêtes merveilleuses données en l'honneur des souverains russes.

Lire la suite

Saviez-vous que ...

Afin que cesse la confusion entre la rue Thiers dans le 16e arrondissement et la rue Tiers dans le Treizième, on donna à cette dernière, en 1929, le nom de Paulin-Méry (1860-1913), ancien député du 13e (1889-1902), docteur en médecine, partisan et admirateur indéfectible du Général Boulanger, et victime des rayons X.

L'image du jour

La folie Neubourg, boulevard d'Italie (Auguste Blanqui)


Une enquête du Commissaire Perruche

La chasse aux loups


Dans la presse...

C'est arrivé dans le 13e

 Gardien de la Paix blessé - 1896

LE 13e LA NUIT

Gardien de la Paix blessé

Le Petit-Parisien — 28 mars 1896

L'agent Noble était de service, la nuit dernière vers une heure et demie, boulevard d’Italie, lorsqu'il aperçut un groupe de six à sept individus qui faisaient rouler un tonneau.

Le gardien de la paix s'approcha et leur demanda où ils emportaient le fût à pareille heure. Aussitôt il fut assailli, terrassé et frappé avec une brutalité inouïe. L'infortuné, le visage couvert de sang, allait succomber sous le nombre, lorsque quatre de ses collègues accoururent à son secours.

À leur vue, les malfaiteurs prirent la fuite dans diverses directions. L’agent Noble, qui a reçu d'assez graves contusions, a dû être reconduit à son domicile, rue du Champ-de-l'Alouette. Le tonneau contenait 250 litres d'huile et portait la marque suivante Veuve Butard et fils, à Amiens, 449 E.'l'.

M. Perruche, commissaire de police, y a fait apposer les scellés. Il fait activement rechercher les voleurs.


LES GIBOULÉES DE MARS

Les fameuses giboulées de mars semblent cette année se faire attendre, et fort probablement ce n'est qu'en avril qu'elles séviront. Jusque-là méfions-nous et redoublons de prudence, ― car la bise traitresse profite toujours des premiers rayons de soleil pour nous atteindre et nous infliger rhumes, bronchites et autres maladies saisonnières. Il est vrai que les Pastilles Géraudel sont là comme remède préservateur et qu'il suffit d'en sucer quelques-unes pour arrêter instantanément la toux la plus violente.


 Arrestation d'un trio de filous - 1904

A la fête des Gobelins

Arrestation d'un trio de filous

Le Journal — 12 juillet 1904

Depuis l'ouverture de la fête, avenue des Gobelins, les passants s'attardaient, nombreux, autour de-deux musiciens qui, sur la guitare, et la mandoline louaient les airs les plus à la mode. Ils faisaient la quête et, ayant ramassé quelques sous, ils partaient plus loin : mais bien souvent, après le départ des « virtuoses », les auditeurs constataient que leur porte-monnaie leur avait été enlevé par une main experte. Des plaintes affluaient au commissariat du quartier Croulebarbe, et M. Yendt exerça une active surveillance.

La nuit dernière, des agents avisant les deux musiciens les filèrent, écoutèrent quelques morceaux et aperçurent un individu qui explorait les poches des assistants.

Le trio fut immédiatement pincé et conduit devant M. Yendt. Les filous mélomanes, Maurice Pajadon dix-huit ans, rue de l'Industrie ; Lancien dix-neuf-ans, et Louis Pichemil, demeurant tous deux avenue d'Italie, ont été trouvés porteurs de plusieurs portemonnaies contenant une somme assez forte.

Ils ont fait des aveux et ont été dirigés sur le Dépôt.


UNE NOUVELLE JUMELLE

Véritable merveille scientifique, donnant sous un format réduit le maximum de grossissement, de clarté et de champ. Prix : vingt francs, 12, boulevard des Capucines (Grand-Hôtel), chez le grand opticien Fischer qui, ayant supprimé toute autre succursale, met en vente, pour son installation au boulevard, ce chef-d'œuvre des Jumelles Flammarion construites sous le patronage de l'illustre astronome et dont il est l'unique dépositaire à Paris, ainsi que des célèbres verres Isométropes. Envoi  franco contre  mandat-poste.

Derniers faits divers

sans titre 1

Les protecteurs du Tsar (1896)

Un monsieur, âgé de quarante ans, louait, hier, une chambre meublée avenue des Gobelins.

Lire


La peur du diable (1896)

Depuis quinze jours environ, un négociant du quartier de la Gare, M. H..., donnait des signes évidents d'aliénation mentale.

Lire


L’ara et le chiffonnier (1896)

Une fruitière de la rue Dolomieu, Mme V..., était hier en proie à la plus profonde désolation. On lui avait volé son Jacquot, un magnifique ara multicolore et plus qu’octogénaire, que lui avaient pieusement légué ses grands-parents.

Lire


Le Chien et la Génisse à six pattes (1896)

Il y a parmi les nombreux forains installés avenue des Gobelins, depuis la fête nationale, une baraque en bois tenue par M. Lecot et dans laquelle on exhibe pour quelques centimes une génisse à six pattes.

Lire


Un drame dans une ménagerie (1888)

Le bruit courait, hier, à la foire établie en ce moment avenue des Gobelins et boulevard d’Italie, que Pezon avait été grièvement blessé par un de ses pensionnaires. Ce bruit avait produit une grande émotion dans le quartier.

Lire


L'enfant de la folie (1896)

Un habitant du département de l'Yonne, M. Petrus Pourpiot, rentier, âgé de quarante-six ans, arrivait à Paris, samedi dernier, pour assister aux fêtes merveilleuses données en l'honneur des souverains russes.

Lire


La « Folie russe » (1896)

Il est à remarquer que les grands événements ont leur répercussion dans le cerveau des malheureux que la folie guettait évidemment depuis longtemps.

Lire


La chasse aux loups (1896)

Hier, vers cinq heures du matin, tandis que le soleil, qui a le réveil mauvais en ce moment, risquait sa première grimace à travers la brume du ciel, les gens qui passaient boulevard de l'Hôpital, ouvriers se rendant à leur travail ou chiffonniers occupés à éplucher les boîtes à ordure, furent soudain surpris d'entendre une fusillade qui crépitait à côté d'eux.

Lire


La mort du gardien de la paix Maurs (1900)

Dans la nuit de dimanche à lundi, le gardien de la paix Jean-Baptiste Maurs, du treizième arrondissement, étant de service boulevard d'Italie, était requis par des passants afin de faire cesser le scandale que causaient trois mauvais drôles au coin de la rue Vergniaud.

Lire


L’empoisonneur de la rue Cacheux : ordonnance de non-lieu (1896)

M. Lemercier, juge d'instruction, vient de rendre une ordonnance de non-lieu en faveur de Lemaire, le vieillard habitant rue Cacheux...

Lire


L’empoisonneur de Maison-Blanche (1896)

L'empoisonneur de Maison-Blanche est un sexagénaire, nommé Alexandre Lemaire domicilié 3, rue Cacheux, près de la porte de Gentilly.
Son arrestation, l'accusation terrible qui pèse sur lui, ont stupéfié ceux qui le connaissent et ne le tenaient que pour un joyeux drille tout ce qu'il y a de plus inoffensif.
Mais disons de suite que la culpabilité de ce doux empoisonneur est bien loin d'être établie.

Lire


L'empoisonneur de la rue Cacheux (1896)

Bien que septuagénaire, Alexandre Lemaire, journalier, demeurant 3, rue Cacheux, prenait pour maîtresse, il y a quatre ans, une femme G..., âgée de cinquante ans, et avait d'elle une petite fille.

Lire


[+] Derniers faits divers

sans titre 1

Les protecteurs du Tsar (1896)

Un monsieur, âgé de quarante ans, louait, hier, une chambre meublée avenue des Gobelins.

Lire


La peur du diable (1896)

Depuis quinze jours environ, un négociant du quartier de la Gare, M. H..., donnait des signes évidents d'aliénation mentale.

Lire


L’ara et le chiffonnier (1896)

Une fruitière de la rue Dolomieu, Mme V..., était hier en proie à la plus profonde désolation. On lui avait volé son Jacquot, un magnifique ara multicolore et plus qu’octogénaire, que lui avaient pieusement légué ses grands-parents.

Lire


Le Chien et la Génisse à six pattes (1896)

Il y a parmi les nombreux forains installés avenue des Gobelins, depuis la fête nationale, une baraque en bois tenue par M. Lecot et dans laquelle on exhibe pour quelques centimes une génisse à six pattes.

Lire


Un drame dans une ménagerie (1888)

Le bruit courait, hier, à la foire établie en ce moment avenue des Gobelins et boulevard d’Italie, que Pezon avait été grièvement blessé par un de ses pensionnaires. Ce bruit avait produit une grande émotion dans le quartier.

Lire


L'enfant de la folie (1896)

Un habitant du département de l'Yonne, M. Petrus Pourpiot, rentier, âgé de quarante-six ans, arrivait à Paris, samedi dernier, pour assister aux fêtes merveilleuses données en l'honneur des souverains russes.

Lire


La « Folie russe » (1896)

Il est à remarquer que les grands événements ont leur répercussion dans le cerveau des malheureux que la folie guettait évidemment depuis longtemps.

Lire


La chasse aux loups (1896)

Hier, vers cinq heures du matin, tandis que le soleil, qui a le réveil mauvais en ce moment, risquait sa première grimace à travers la brume du ciel, les gens qui passaient boulevard de l'Hôpital, ouvriers se rendant à leur travail ou chiffonniers occupés à éplucher les boîtes à ordure, furent soudain surpris d'entendre une fusillade qui crépitait à côté d'eux.

Lire


La mort du gardien de la paix Maurs (1900)

Dans la nuit de dimanche à lundi, le gardien de la paix Jean-Baptiste Maurs, du treizième arrondissement, étant de service boulevard d'Italie, était requis par des passants afin de faire cesser le scandale que causaient trois mauvais drôles au coin de la rue Vergniaud.

Lire


L’empoisonneur de la rue Cacheux : ordonnance de non-lieu (1896)

M. Lemercier, juge d'instruction, vient de rendre une ordonnance de non-lieu en faveur de Lemaire, le vieillard habitant rue Cacheux...

Lire


L’empoisonneur de Maison-Blanche (1896)

L'empoisonneur de Maison-Blanche est un sexagénaire, nommé Alexandre Lemaire domicilié 3, rue Cacheux, près de la porte de Gentilly.
Son arrestation, l'accusation terrible qui pèse sur lui, ont stupéfié ceux qui le connaissent et ne le tenaient que pour un joyeux drille tout ce qu'il y a de plus inoffensif.
Mais disons de suite que la culpabilité de ce doux empoisonneur est bien loin d'être établie.

Lire


L'empoisonneur de la rue Cacheux (1896)

Bien que septuagénaire, Alexandre Lemaire, journalier, demeurant 3, rue Cacheux, prenait pour maîtresse, il y a quatre ans, une femme G..., âgée de cinquante ans, et avait d'elle une petite fille.

Lire


[-]

[+] Le XIIIe dans les romans...

une-litterature

La dame de pique

par Jules de Gastyne
1906

La rue du Dessous-des-Berges

Il existe à Paris, dans les quartiers perdus, des rues mornes et désertes qu'on traverse avec un sentiment de stupeur.

Lire


Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier
1907

A travers la Maison-Blanche

Un instant plus tard, elle était dehors dans le terrain vague qui descendait en pente rapide vers la vallée de la Bièvre...

Lire


La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La poterne des Peupliers

Un homme s'arrêta sur la route, près de Gentilly. Il considéra le paysage misérable et puissant, les fumées vénéneuses, l'occident frais et jeune comme aux temps de la Gaule celtique.
Si l'auteur nomme une poterne des Tilleuils, c'est bien de la poterne des Peupliers dont s'agit.

Lire


Perdues dans Paris

par Jules Mary
1908

La rue des Peupliers

Un des coins de Paris, misérable et sinistre. La longée des fortifications plantées d'arbres en double ou triple rangée, le côtoie pourtant de verdures plaisantes durant la belle saison, mais, en réalité, sépare pour ainsi dire cette région parisienne du reste du monde. Du haut de la rue des Peupliers...

Lire


Les esclaves de Paris

par Émile Gaboriau
1868

Le quartier Croulebarbe

C'est là un quartier étrange, inconnu, à peine soupçonné de la part des Parisiens...
Où Emile Gaboriau fait découvrir le quartier Croulebarbe à ses lecteurs.

Lire


Un gosse

par Auguste Brepson
1928

La Cité Jeanne-d'Arc

La cité Jeanne-d'Arc est ce vaste ensemble de bâtiments noirs, sordides et lugubres percés comme une caserne de mille fenêtres et dont les hautes façades s’allongent rue Jeanne-d'Arc, devant la raffinerie Say.

Lire


La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La Butte-aux-Cailles

L'homme suivit d'abord la rue de Tolbiac, puis s'engagea par ces voies ténébreuses, bordées de planches, de lattes et de pieux, qui montent vers la Butte-aux-Cailles. Les oiseaux des réverbères dansaient dans leurs cages de verre. On apercevait des terrains fauves, des chaînes de bosselures, des rampes de lueurs, des phares dans un trou du ciel, et, du côté de la Butte, un nuage de feu pâle évaporé sur Paris...

Lire


Monsieur Lecoq

par Émile Gaboriau
1869

Le quartier de la Gare

Le 20 février 18.., un dimanche, qui se trouvait être le dimanche gras, sur les onze heures du soir, une ronde d’agents du service de la sûreté sortait du poste de police de l’ancienne barrière d’Italie.
La mission de cette ronde était d’explorer ce vaste quartier qui s’étend de la route de Fontainebleau à la Seine, depuis les boulevards extérieurs jusqu’aux fortifications.
Ces parages déserts avaient alors la fâcheuse réputation qu’ont aujourd’hui les carrières d’Amérique.

Lire


Le trésor caché

par Charles Derennes
1907

A la butte-aux-cailles

Depuis toujours on habitait, mon père et moi, sur la Butte-aux-Cailles ; encore aujourd'hui, ce quartier-là n'est guère pareil à tous les autres. Mais si vous l'aviez vu du temps que je vous parle ! Des cahutes s'accrochaient à la butte comme des boutons au nez d'un galeux ; ça grouillait de gosses et de chiens, de poux et de puces...

Lire


Sans Famille

par Hector Malot
1878

La prairie de la Glacière

C’est un quartier peu connu des Parisiens que celui qui se trouve entre la Maison-Blanche et la Glacière ; on sait vaguement qu’il y a quelque part par là une petite vallée, mais comme la rivière qui l’arrose est la Bièvre, on dit et l’on croit que cette vallée est un des endroits les plus sales et les plus tristes de la banlieue de Paris. Il n’en est rien cependant, et l’endroit vaut mieux que sa réputation.

Lire


Contes des mille et un matins

par Gaston Chéreau
1909

Bouscot

Il habitait tout là-bas, aux Gobelins, dans un pâté de bicoques en carton que bousculent des rues à noms magnifiques rue des Cinq-Diamants, rue de l'Espérance, rue de la Butte-aux-Cailles…

Lire


Contes du Journal

par J. H. Rosny
1908

Un crime passionnel

Je songe à l'histoire de la petite Jeannette, qui vivait dans le noble quartier de la Gare.

Lire


[-]

[+] Les essentiels du jour

 Projet d'ouverture de la rue du Transit

PARIS NOUVEAU


Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers.

Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte.

Entre cette rivière morte et la Bièvre proprement dite, s'étendent des prés de l'aspect le plus pastoral, où les blanchisseuses d'alentour étendent le linge sur des piquets, où des vaches paissent comme en pleine Normandie. C'est à se croire à cent lieues de chez Brébant.

Lire la suite
 LE XIIIe ARRONDISSEMENT EN 1884

Elections municipales 1884


Paris électoral
Le XIIIe arrondissement vu par "Le Temps"

Le journal "Le Temps" vient de publier un numéro exceptionnel en vue des élections municipales de 1884. Il y livre sa vision du XIIIème arrondissement :

« Entre deux hautes collines une vallée profonde, avec des prairies submersibles bordées de grandes lignes de peupliers; l'une des montagnes se nomme la Butte-aux-Cailles et l'autre les Deux-Moulins. De temps en temps des sites pittoresques avec des noms charmants comme la Fontaine-à-Mulard ou le Moulin-des-Près. A peu de distance une cité de chiffonniers et une sorte de petite ville close où demeurent 4,000 vieilles femmes voilà le 13e arrondissement de Paris. »

Lire la suite
 M Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss - 1941

L'école modèle de la rue Küss


M Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss

Le Docteur Steeg, maire de Berlin, ou plus exactement, président de l'administration municipale de la capitale du Reich, est, depuis quelques jours, on le sait, l'hôte de Paris.

Le Petit-Parisien — 28 février 1941
Lire la suite

[-]

Découvrir le 13e arrondissement...

La villa des Chiffonniers

La villa des Chiffonniers (Cité Doré)

Là-bas, bien loin, au fond d’un faubourg impossible, plus loin que le Japon, plus inconnu que l’intérieur de l’Afrique, dans un quartier où personne n’a jamais passé, il existe quelque chose d’incroyable, d’incomparable, de curieux, d’affreux, de charmant, de désolant, d’admirable.

La Bièvre
par J.K. Huysmans

La Bièvre représente aujourd'hui le plus parfait symbole de la misère féminine exploitée par une grande ville.

Née dans l'étang de Saint-Quentin, près de Trappes, elle court, fluette, dans la vallée qui porte son nom, et, mythologiquement, on se la figure, incarnée en une fillette à peine pubère, en une naïade toute petite, jouant encore à la poupée, sous les saules.

 

 

Le verger des Gobelins

On sait que les tapissiers des Gobelins sont des techniciens hors pair, et non pas seulement des virtuoses, mais des artistes. Ce que l'on sait moins, c'est qu'ils ont tous leur violon d'Ingres. Ils invoquent, le dimanche venu, Pomone aux joues vermeilles, déesse des vergers, et s'escriment merveilleusement, qui de la bêche, qui du sécateur, du boyau ou de l'arrosoir.

 

La Bièvre et ses bords

Il est un coin de Paris d'étrange aspect, un paysage pittoresque et bizarre qui a déjà bien perdu de son caractère et qui, dans quelques semaines, ne sera plus qu'un souvenir; c'est cette vallée, au trois quarts comblée à aujourd'hui, que forme, à son entrée à la Maison-Blanche, la Bièvre, encaissée entre la Butte-aux-Cailles et le plateau de Montsouris.

La folie Neufbourg

Le Clos-Payen, situé rue du Champ-de l'Alouette, rebaptisée au dix-neuvième siècle du nom moins champêtre de Corvisart, était un vaste ensemble de terrains arrosés par la Bièvre et qui échut, en 1762, à Mme Le Prestre de Neubourg, femme du receveur-général des finances de Caen. 

L'hôpital de la Pitié

Depuis plus d'un an, nous l'avons dit déjà ; on travaille à Paris à la construction des bâtiments du nouvel hôpital de la Pitié.

Le XIIIe dans les romans...

La petite Miette

par Eugène Bonhoure (1889)

En remontant le boulevard de l'Hôpital

Ce jour-là, 3 octobre 1886, le train express de Bordeaux — deuxièmes et troisièmes classes — avait eu plus d'une heure de retard et le service de l'arrivée s'en ressentait...

Lire

La petite Miette

par Eugène Bonhoure (1889)

La ruelle des Reculettes

— Où demeure le pharmacien? demanda Furet.
— Au coin de la rue Corvisart et de la rue Croulebarbe.
— Est-ce qu'il y a deux chemins pour y aller ?

Lire

La criminelle

par Jules Lermina (1881)

La rue des Cinq-diamants

Un plus érudit découvrira l'origine de ce nom singulier, la rue des Cinq-Diamants.
L'étude consciencieuse qui a été faite pour le vieux Paris tentera quelque explorateur des anciennes banlieues annexées : et quel champ plus vaste sera offert à sa curiosité que l'étrange et hideux quartier de la Butte-aux-Cailles ?

Lire

Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier (1907)

La Butte-aux-Cailles

Très peu de Parisiens, assurément, connaissent la « Butte-aux-Cailles ». C'est très loin, très loin, passé la place d'Italie, au diable dans ces régions où l'on ne va pas...

Lire


Le faiseur de momies

par Georges Spitzmuller et Armand Le Gay (1912)

De la place d'Italie à la Bièvre via l'avenue de la soeur Rosalie et la ruelle des Reculettes

Dans ce roman paru en feuilleton dans Le Matin, Georges Spitzmuller et Armand Le Gay emmènent leur lecteur sur la piste de M. Ducroc, chef de la sûreté, pour qui le XIIIe arrondissement n'avait pas de secret.

Lire


La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé (1910)

La poterne des Peupliers

Un homme s'arrêta sur la route, près de Gentilly. Il considéra le paysage misérable et puissant, les fumées vénéneuses, l'occident frais et jeune comme aux temps de la Gaule celtique.
Si l'auteur nomme une poterne des Tilleuils, c'est bien de la poterne des Peupliers dont s'agit.

Lire


La dame de pique

par Jules de Gastyne (1906)

La rue du Dessous-des-Berges

Il existe à Paris, dans les quartiers perdus, des rues mornes et désertes qu'on traverse avec un sentiment de stupeur.

Lire


Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier (1907)

A travers la Maison-Blanche

Un instant plus tard, elle était dehors dans le terrain vague qui descendait en pente rapide vers la vallée de la Bièvre...

Lire


Perdues dans Paris

par Jules Mary (1908)

La rue des Peupliers

Un des coins de Paris, misérable et sinistre. La longée des fortifications plantées d'arbres en double ou triple rangée, le côtoie pourtant de verdures plaisantes durant la belle saison, mais, en réalité, sépare pour ainsi dire cette région parisienne du reste du monde. Du haut de la rue des Peupliers...

Lire


La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé (1910)

La Butte-aux-Cailles

L'homme suivit d'abord la rue de Tolbiac, puis s'engagea par ces voies ténébreuses, bordées de planches, de lattes et de pieux, qui montent vers la Butte-aux-Cailles. Les oiseaux des réverbères dansaient dans leurs cages de verre. On apercevait des terrains fauves, des chaînes de bosselures, des rampes de lueurs, des phares dans un trou du ciel, et, du côté de la Butte, un nuage de feu pâle évaporé sur Paris...

Lire


Les esclaves de Paris

par Émile Gaboriau (1868)

Le quartier Croulebarbe

C'est là un quartier étrange, inconnu, à peine soupçonné de la part des Parisiens...
Où Emile Gaboriau fait découvrir le quartier Croulebarbe à ses lecteurs.

Lire


Un gosse

par Auguste Brepson (1928)

La Cité Jeanne-d'Arc

La cité Jeanne-d'Arc est ce vaste ensemble de bâtiments noirs, sordides et lugubres percés comme une caserne de mille fenêtres et dont les hautes façades s’allongent rue Jeanne-d'Arc, devant la raffinerie Say.

Lire

 Projet d'ouverture de la rue du Transit

PARIS NOUVEAU


Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers.

Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte.

Entre cette rivière morte et la Bièvre proprement dite, s'étendent des prés de l'aspect le plus pastoral, où les blanchisseuses d'alentour étendent le linge sur des piquets, où des vaches paissent comme en pleine Normandie. C'est à se croire à cent lieues de chez Brébant.

Lire la suite
 LE XIIIe ARRONDISSEMENT EN 1884

Elections municipales 1884


Paris électoral
Le XIIIe arrondissement vu par "Le Temps"

Le journal "Le Temps" vient de publier un numéro exceptionnel en vue des élections municipales de 1884. Il y livre sa vision du XIIIème arrondissement :

« Entre deux hautes collines une vallée profonde, avec des prairies submersibles bordées de grandes lignes de peupliers; l'une des montagnes se nomme la Butte-aux-Cailles et l'autre les Deux-Moulins. De temps en temps des sites pittoresques avec des noms charmants comme la Fontaine-à-Mulard ou le Moulin-des-Près. A peu de distance une cité de chiffonniers et une sorte de petite ville close où demeurent 4,000 vieilles femmes voilà le 13e arrondissement de Paris. »

Lire la suite
 M Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss - 1941

L'école modèle de la rue Küss


M Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss

Le Docteur Steeg, maire de Berlin, ou plus exactement, président de l'administration municipale de la capitale du Reich, est, depuis quelques jours, on le sait, l'hôte de Paris.

Le Petit-Parisien — 28 février 1941
Lire la suite