La vallée de la Bièvre et la rue de Tolbiac - 1878

Les terrassements de la rue de Tolbiac

Vue, depuis la rue de la Providence, du percement de la rue de Tolbiac en 1875 par Charles Marville (extrait).
Source : © Charles Marville / BHVP / Roger-Viollet

Si de la Butte aux Cailles on veut se rendre à l’une des portes de l’enceinte fortifiée, il faut aujourd'hui traverser à niveau un petit chemin de fer à rails saillants qui se dresse dans la direction transversale, c’est-à-dire de l’ouest à l’est de Paris.

Ce chemin de fer est desservi par de vraies locomotives remorquant de véritables wagons, ce qui achève l’illusion des personnes peu au courant de la transformation du quartier.

En effet, le rôle de ce chemin de fer est simplement de suffire aux terrassements exceptionnels que la fermeture de la rue de Tolbiac entraîne dans la traversée du val de Bièvre.

Ces terrassements dont le cube définitif ne peut encore être estimé quant à présent, consistent surtout en remblais variant jusqu'à 15 mètres de hauteur et dont l'épaisseur moyenne atteint 25 mètres.

Cette voie qui ne tardera plus guère à être achevée, aura coûté presque aussi cher du chef des terrassements que telle autre coûterait du chef des expropriations.

Elle sera, pour la rive gauche de la Seine, ce qu'est la rue de Puebla pour la rive droite, tant au point de vue du rôle assigné qu'à celui des variabilités du niveau.

La France — 8 août 1878

Dernières mises en ligne

Dernières mises en ligne

Faits divers

Les étrangleurs de Paris

Le treizième arrondissement, par delà les Gobelins, dans les parages de l'avenue et de la barrière d'Italie, est certainement, de tous les coins excentriques de Paris, le plus mal famé et le plus dangereux pour la sécurité des passants attardés.
Il y a dans ces confins reculés, où il ne fait pas bon s'aventurer seul à partir d'une certaine heure, de véritables coupe-gorge, infestés de rôdeurs, de redoutables bandes d'étrangleurs, habiles à pratiquer le fameux coup classique dit « du père François ». Et, surtout depuis quelque temps, il ne se passait pas de nuit qu'on n'eût de nouvelles agressions à enregistrer.

Lire la suite


Dans la presse

La mystérieuse petite ceinture : De Vincennes aux Batignolles en faisant le grand tour

Entre Belleville et la Seine, c'est la zone des sifflets désespérés. Si les « Circulaires » qui vont leur petit bonhomme de route ne s’inquiètent guère du parcours à horaires fixes, les autres trains, messageries, rapides et autres, ont sans cesse besoin de demander leur route aux distributeurs de voie libre.
Cris brefs qui courent tout au long de cette frontière illusoire de Paris, cris impatients de ceux qui ne peuvent attendre ou qui s’étonnent des disques et des feux rouges. (1930)

Lire la suite


Saviez-vous que ...

Le 14 juillet 1906, on pouvait aller en métro de la place d'Italie à la gare de Lyon sans changement.
A cette date, la ligne 5 se raccordait à la ligne Porte Maillot- Vincennes.

Dans la presse...

Menu article

La mystérieuse petite ceinture : De Vincennes aux Batignolles en faisant le grand tour

Entre Belleville et la Seine, c'est la zone des sifflets désespérés. Si les « Circulaires » qui vont leur petit bonhomme de route ne s’inquiètent guère du parcours à horaires fixes, les autres trains, messageries, rapides et autres, ont sans cesse besoin de demander leur route aux distributeurs de voie libre.
Cris brefs qui courent tout au long de cette frontière illusoire de Paris, cris impatients de ceux qui ne peuvent attendre ou qui s’étonnent des disques et des feux rouges. (1930)

Lire


Les derniers mohicans de Paris : Avec les Algériens du boulevard de la Gare

Sous la ligne aérienne du métro dont la longue perspective s'étend à l'infini, le boulevard de la Gare monte doucement vers la place d'Italie. À droite et à gauche, des maisons basses s'alignent, coupées par de petites rues pavées, à l'angle desquelles sont nichés de ridicules et ternes jardinets. Çà et là un immeuble neuf qui usurpe des allures de building, un magasin dont l'étalage déborde le trottoir, des bars, des hôtels, des restaurants, puis encore, sur la gauche, le cube uniforme et sans fantaisie de la raffinerie Say. (1928)

Lire


L’impresario des mendiants

Dans le quartier de la Butte-aux-Cailles s'est installé un impresario qui cultive une spécialité plus que bizarre. Il a centralisé là toutes les monstruosités capables d'attendrir le passant. (1872)

Lire


De la difficulté d’être le treizième arrondissement

Décidément, la ville de Paris n'aura pas de treizième arrondissement.
Hélas ! ce treizième arrondissement, il est partout, et on n'en veut nulle part. (1859)

Lire


La ligne métropolitaine n° 10 doit être prolongée jusqu'à Austerlitz

En parlant, l'autre jour, du projet de prolongement de la ligne métropolitaine n° 10, actuellement arrêtée à la station Jussieu, vers la gare d'Orléans, terminus envisagé, nous notions que les organisations consultées n'avaient opposé aucune objection à l'administration préfectorale.
Le Syndicat de défense des intérêts généraux du quartier de la Gare, cependant, nous prie de déclarer qu'il a protesté contre le parcours projeté dès qu'il en a eu connaissance. Le quartier de la Gare est le seul qui n'ait point le métro. (1932)

Lire


Une Descente imprévue

Le ballon « Le Rêve » partait dans l'après-midi d'hier de l'usine à gaz de la Plaine-Saint-Denis, pour exécuter une ascension libre. Pris dans un courant circulaire, l'aérostat, plana longtemps sur Paris, sans pouvoir s'élever. Vers huit heures du soir il se trouvait à une faible hauteur au-dessus du quartier de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement... (1901)

Lire


Rue Cantagrel, des ateliers de nickelage gênent considérablement les voisins

Il existe rue Cantagrel, au 86, presque à l'angle de la rue de Tolbiac, des ateliers de chromage et nickelage. Le bruit et les odeurs qui en émanent sont tels qu'il est pénible d'habiter dans les parages. (1932)

Lire


Un matin à la poterne des Peupliers

Six heures et demie du matin. Le gardien de la paix Louis Roupillon, du treizième arrondissement, vient de prendre son service à la poterne des Peupliers, tout là-bas, là-bas, derrière la Butte-aux-Cailles, sous le boulevard Kellermann. (1905)

Lire


Le cuiseur de cadavres

Si, par hasard, vous vous aventurez tout là-bas, là-bas, près des fortifications, dans le quartier de la Gare, vous pourrez, si vous passez rue des Chamaillards, voir, paisible, fumant sa pipe au seuil d'une grande porte peinte en marron, un homme frisant la soixantaine... (1896)

Lire


La cité Doré

La cité Doré est située au cœur même du treizième arrondissement, que les statisticiens nous donnent comme le plus misérable de Paris, entre la rue Jenner et la place Pinel. Figurez-vous, entre deux murailles nues, un long boyau s’ouvrant ... (1889)

Lire


Les vestiges de l’église Saint-Hippolyte

Malgré les larges et bienfaisantes percées opérées à travers les quartiers du vieux Paris, les monuments d’un autre âge sont loin d’être rares sur le sol de la cité. C’est ainsi qu’on trouve encore dans le 13e arrondissement, au n° 8 de la rue Saint-Hippolyte, des restes curieux d’un édifice qu’on croit généralement disparu depuis longtemps. (1865)

Lire


Faits divers

 Un meurtre rue Vandrezanne - 1903

A la Maison-Blanche

Un meurtre rue Vandrezanne

Le Journal — 1er février 1903

Les deux amis de « Lolotte-la-Caille ». ― Une discussion professionnelle. ― Arrestation du coupable.

Deux souteneurs, Ludovic Journet et Paul Richoux, se prenaient de querelle, la nuit dernière, au sujet d'une femme galante, connue sous le nom de « Lolotte-la-Caille », dont ils se partagent les faveurs.

A minuit et demi, ils se rencontrèrent rue Vandrezanne, tout près de l'escalier de pierres conduisant à la rue de Tolbiac. Leur rencontre n'était point fortuite, aussi n'avaient-ils point oublié, en prévision d'une discussion orageuse, de se munir d' « eustaches ».

Journet reprocha à son adversaire de s'attribuer la meilleure part des bénéfices réalisés par «La Caille» ; puis, sur réplique de Richoux, les deux peu intéressants personnages en vinrent aux mains.

Un terrible corps à corps s'engagea. Tout à coup, Richoux, sentant qu'il allait succomber, sortit de sa poche un couteau à cran d'arrêt dont il porta quatre coups à son adversaire.

Celui-ci chancela et s'abattit sur la chaussée, grièvement atteint à la poitrine.

Alors le meurtrier se mit en devoir d'enlever la menue monnaie qu'avait en poche le blessé, puis s'enfuit dans la direction de la rue Bobillot.

Des agents, en service au poste de cette rue, intrigués par l'allure rapide du fugitif, se lancèrent à sa poursuite et purent le rattraper place d'Italie.

Ramené au poste, l'amant de « Lolotte-la-Caille » raconta ce qui venait de se passer rue Vandrezanne. Les gardiens de la paix y allèrent et firent transporter Journet à l'hôpital Cochin, où en raison de la gravité de son état, il fut admis d'urgence. Quant à Richoux, après que M. Pelatan, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, lui eût fait subir l'interrogatoire d'usage, il fut écroué au Dépôt.


Eugène Pirou, le photographe des célébrités contemporaines, 5, boulevard Saint-Germain, vient de créer une installation lui permettant d'opérer à la lumière artificielle par tous les temps, même la nuit. C'est le dernier mot de la Science et de l'Art. Ses ateliers sont situés au rez-de-chaussée.


 « La Lutteuse » n'aime pas les agents. -1910

Une arrestation rue Nationale

« La Lutteuse » n'aime pas les agents.

Le Matin ― 5 novembre 1910

Jeanne Leclair, trente-trois ans, dite « la Lutteuse » est une forte femme. Très douce avec ses amis, elle devient terrible lorsqu'elle aperçoit le képi d'un gardien de la paix. Taillée en hercule, une légère moustache ombrageant sa lèvre volontaire, les biceps saillants, Jeanne est bien connue des gardiens de la paix du treizième arrondissement, qui n'aiment guère cette laveuse, à qui l'habitude du battoir n'a pas fait la main leste.

Condamnée, voici quelques jours, à un mois de prison pour outrages et rébellion aux agents, « la Lutteuse » recevait hier, à son domicile, 164, rue Nationale, la visite de deux inspecteurs de la Sûreté, chargés de l'arrêter, pour l'emmener purger sa peine. Mais la virago était de méchante humeur. Elle accueillit les agents par quelques injures bien senties, puis voyant que ses arguments ne pouvaient arriver à convaincre ses visiteurs, elle entra dans une violente colère. Bondissant sur l'un des inspecteurs, elle le mordit cruellement à la main droite, pendant que d'un « cross bien lancé, elle décrochait la mâchoire du second agent. Il fut nécessaire de recourir à l'aide de deux gardiens de la paix, placés au pied de l'escalier en vue d'une résistance probable, pour s'emparer de la peu commode représentante du sexe faible. Elle fut solidement ligotée et conduite, l'écume aux lèvres, dans une voiture à bras, au commissariat du quartier de la Gare. « La Lutteuse », dont le casier judiciaire s'orne de douze condamnations pour outrages, a été envoyée au Dépôt.


LA JEUNE FILLE MODERNE

pour être armée contre les difficultés de la vie, doit compléter son instruction classique par une année d'études pratiques : sténodactylographie, comptabilité, langues étrangères, coupe, modes, art ménager, etc.

Tel est le programme de l'Institut professionnel féminin, subventionné par la Ville de Paris, 84, rue Saint-Lazare annexe, 146 bis, rue de Rennes.

Sur demande, brochure illustrée franco.


 Le drame de la rue Clisson. - 1896

Dans le quartier de la Gare

Le drame de la rue Clisson.

Le Rappel — 8 décembre 1896

Rue Clisson, numéro 46, habite depuis plusieurs années, un clerc de notaire, M. Charles Grandjon, âgé de quarante ans et sa maîtresse, Mlle Marie de Valtesse, âgée de trente-cinq ans.

La nuit dernière une discussion s'éleva entre eux.

Mlle de Valtesse reprochait à son amant de dépenser ses revenus avec des rivales.

Cette idée fixe poussa la jeune femme à un acte de désespoir, aussi vers cinq heures du matin elle se levait, prenait un revolver et se logeait une balle dans la poitrine.

M. Grandjon, réveillé en sursaut, aperçut la jeune femme inanimée, il la crut morte et prenant le revolver il se tira deux balles dans la tête.

Les voisins accoururent, enfoncèrent la porte et s'empressèrent autour des blessés.

Un médecin a fait transporter les deux blessés à l'hôpital Cochin.

L'état de Mlle de Valtesse est particulièrement grave.

M. Perruche, commissaire de police a ouvert une enquête.


CHOCOLAT PAR EXCELLENCE

On trouve dans cent parties de Cacao Van Houten plus de soixante parties alimentaires utiles : le pain, les pommes de terre, le lait, etc. sont bien loin d'être-aussi riches en substances alibiles.

Et avec cela il est facile à digérer, ne fatigue pas l'estomac et on ne s'en lasse jamais.

Voilà pourquoi il constitue le meilleur et le plus hygiénique des Chocolats à consommer liquides.

Derniers faits divers

sans titre 1

Les étrangleurs (1894)

Décidément, le treizième arrondissement détient le record des affaires dramatiques, plus particulièrement des affaires nocturnes.
Le garçon limonadier était arrivé à la hauteur de la place des Alpes, qui forme une sorte de rond-point sur la droite du boulevard, lorsque quatre individus se jetèrent sur lui.

Lire


Un enfant mangé par un cheval (1884)

Un épouvantable accident a eu lieu hier dans le quartier de la Butte-aux-Cailles.
Au numéro 14 de la rue de l'Espérance, habitent les époux Hugon ; ils ont trois enfants, deux petites filles de cinq et sept ans, et un garçon de quatorze ans, le petit Jean. Les époux Hugon vont acheter dans les environs de Paris des légumes qu'ils revendent à la Halle.

Lire


La casquette du bossu (1895)

Une scène tragi-comique s’est déroulée, hier soir, à six heures, boulevard de l’Hôpital.
M. Julien Napthe, âgé de quarante-deux ans, demeurant, rue Jenner, garçon de magasin, passait, portant un paquet sous chaque bras, lorsqu’un tourbillon de vent lui enleva tout à coup sa casquette.

Lire


Bataille rangée (1896)

Dernièrement, une demi-douzaine d’individus sans aveu, habitués de la barrière d’Italie, s’étaient rendus en état d’ivresse dans un débit de la place Maubert, et là ils avaient cherché querelle à des souteneurs du quartier qui, n’étant pas en nombre suffisant, durent battre en retraite.

Lire


La veuve Rigolot a malgré tout de la chance (1873)

La dame veuve Rigolot est une bonne vieille qui tient, boulevard de la Gare, 6, une baraque pour la vente des journaux.

Lire


Le Drame de la rue Auguste-Lançon (1897)

Une tentative d'assassinat avec préméditation a été commise hier soir, rue Auguste-Lançon, dans le quartier de la Maison Blanche. Un nommé Albert Villey, âgé de vingt-cinq ans, a lardé de coups de couteau un cordonnier, M. Charles Sander, âgé de trente-cinq ans.
C'est la vengeance qui a provoqué ce drame, dont voici les détails...

Lire


L'oie à lunettes (1915)

Le chant des coqs et le gloussement des poules, parqués dans un terrain vague de la rue Brillat-Savarin, avaient attiré l'attention du chiffonnier Jean Pitallier, âgé de cinquante-sept ans, et de la chiffonnière Emma Truffier, un peu plus jeune.

Lire


La viande meurtrière (1907)

Entre les numéros 26 et 28 de la rue Damesme s'ouvrent, parmi des terrains vagues, plusieurs voies symétriquement alignées où s'élèvent, pittoresques et vétustés, des baraques en planches et des cahutes en torchis. C'est là que vit, grouille et travaille une populeuse colonie de chiffonniers.

Lire


Le crime de la rue Clisson (1872)

Au commencement du mois de septembre de l'année dernière, une odeur nauséabonde s'était répandue dans la maison rue Clisson, 2. Elle augmenta progressivement d'intensité, et finit par devenir insupportable. On en rechercha la cause, et on reconnut qu'elle provenait du logement occupé par le sieur Boucher, commissionnaire en vins.

Lire


Pour guérir sa femme du mal de tête, un ivrogne lui fend le crâne à coup de hache (1935)

Dans un petit café de la place Pinel, un terrassier, Louis Pruvost, dit « Petit-Louis » s'approchait hier soir du comptoir de zinc. Il commanda un verre de gros vin rouge et se tournant, tout à coup, vers une de ses connaissances, M. Rajot, il lui dit en le regardant dans les yeux :
— Ma femme est guérie de ses maux de tête, je viens de lui ouvrir le crâne avec ma hache ! Ces femmes, ajoutait-il, ont tous les jours un mal nouveau qui les prend.

Lire


Le drame de la place Pinel : Vingt ans de travaux forcés (1935)

Puisatier âgé de cinquante-trois ans, Louis Pruvot est un ivrogne invétéré. Depuis plus de quinze ans il habitait 17, place Pinel, avec Élise Chavannes, de six ans son aînée.

Lire


Un drame place Pinel (1935)

Je déclare avoir tué ma femme à coup de hache.

Lire


Découvrir le 13e arrondissement...

La villa des Chiffonniers

La villa des Chiffonniers (Cité Doré)

Là-bas, bien loin, au fond d’un faubourg impossible, plus loin que le Japon, plus inconnu que l’intérieur de l’Afrique, dans un quartier où personne n’a jamais passé, il existe quelque chose d’incroyable, d’incomparable, de curieux, d’affreux, de charmant, de désolant, d’admirable.

La Bièvre
par J.K. Huysmans

La Bièvre représente aujourd'hui le plus parfait symbole de la misère féminine exploitée par une grande ville.

Née dans l'étang de Saint-Quentin, près de Trappes, elle court, fluette, dans la vallée qui porte son nom, et, mythologiquement, on se la figure, incarnée en une fillette à peine pubère, en une naïade toute petite, jouant encore à la poupée, sous les saules.

 

 

Le verger des Gobelins

On sait que les tapissiers des Gobelins sont des techniciens hors pair, et non pas seulement des virtuoses, mais des artistes. Ce que l'on sait moins, c'est qu'ils ont tous leur violon d'Ingres. Ils invoquent, le dimanche venu, Pomone aux joues vermeilles, déesse des vergers, et s'escriment merveilleusement, qui de la bêche, qui du sécateur, du boyau ou de l'arrosoir.

 

La Bièvre et ses bords

Il est un coin de Paris d'étrange aspect, un paysage pittoresque et bizarre qui a déjà bien perdu de son caractère et qui, dans quelques semaines, ne sera plus qu'un souvenir; c'est cette vallée, au trois quarts comblée à aujourd'hui, que forme, à son entrée à la Maison-Blanche, la Bièvre, encaissée entre la Butte-aux-Cailles et le plateau de Montsouris.

La folie Neufbourg

Le Clos-Payen, situé rue du Champ-de l'Alouette, rebaptisée au dix-neuvième siècle du nom moins champêtre de Corvisart, était un vaste ensemble de terrains arrosés par la Bièvre et qui échut, en 1762, à Mme Le Prestre de Neubourg, femme du receveur-général des finances de Caen. 

L'hôpital de la Pitié

Depuis plus d'un an, nous l'avons dit déjà ; on travaille à Paris à la construction des bâtiments du nouvel hôpital de la Pitié.

Le XIIIe dans les romans...

une-litterature

La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La Butte-aux-Cailles

L'homme suivit d'abord la rue de Tolbiac, puis s'engagea par ces voies ténébreuses, bordées de planches, de lattes et de pieux, qui montent vers la Butte-aux-Cailles. Les oiseaux des réverbères dansaient dans leurs cages de verre. On apercevait des terrains fauves, des chaînes de bosselures, des rampes de lueurs, des phares dans un trou du ciel, et, du côté de la Butte, un nuage de feu pâle évaporé sur Paris...

Lire


Monsieur Lecoq

par Émile Gaboriau
1869

Le quartier de la Gare

Le 20 février 18.., un dimanche, qui se trouvait être le dimanche gras, sur les onze heures du soir, une ronde d’agents du service de la sûreté sortait du poste de police de l’ancienne barrière d’Italie.
La mission de cette ronde était d’explorer ce vaste quartier qui s’étend de la route de Fontainebleau à la Seine, depuis les boulevards extérieurs jusqu’aux fortifications.
Ces parages déserts avaient alors la fâcheuse réputation qu’ont aujourd’hui les carrières d’Amérique.

Lire


Les Loups de Paris

par Jules Lermina
1877

La Butte aux-Cailles

Il est sur la rive gauche de la Seine, au-delà de la rue Mouffetard et de la Montagne-Sainte-Geneviève, un lieu étrange, sauvage...

Lire


La petite Miette

par Eugène Bonhoure
1889

En remontant le boulevard de l'Hôpital

Ce jour-là, 3 octobre 1886, le train express de Bordeaux — deuxièmes et troisièmes classes — avait eu plus d'une heure de retard et le service de l'arrivée s'en ressentait...

Lire


La criminelle

par Jules Lermina
1881

La rue des Cinq-diamants

Un plus érudit découvrira l'origine de ce nom singulier, la rue des Cinq-Diamants.
L'étude consciencieuse qui a été faite pour le vieux Paris tentera quelque explorateur des anciennes banlieues annexées : et quel champ plus vaste sera offert à sa curiosité que l'étrange et hideux quartier de la Butte-aux-Cailles ?

Lire


Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier
1907

La Butte-aux-Cailles

Très peu de Parisiens, assurément, connaissent la « Butte-aux-Cailles ». C'est très loin, très loin, passé la place d'Italie, au diable dans ces régions où l'on ne va pas...

Lire


La petite Miette

par Eugène Bonhoure
1889

La ruelle des Reculettes

— Où demeure le pharmacien? demanda Furet.
— Au coin de la rue Corvisart et de la rue Croulebarbe.
— Est-ce qu'il y a deux chemins pour y aller ?

Lire


Le faiseur de momies

par Georges Spitzmuller et Armand Le Gay
1912

De la place d'Italie à la Bièvre via l'avenue de la soeur Rosalie et la ruelle des Reculettes

Dans ce roman paru en feuilleton dans Le Matin, Georges Spitzmuller et Armand Le Gay emmènent leur lecteur sur la piste de M. Ducroc, chef de la sûreté, pour qui le XIIIe arrondissement n'avait pas de secret.

Lire


La dame de pique

par Jules de Gastyne
1906

La rue du Dessous-des-Berges

Il existe à Paris, dans les quartiers perdus, des rues mornes et désertes qu'on traverse avec un sentiment de stupeur.

Lire


Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier
1907

A travers la Maison-Blanche

Un instant plus tard, elle était dehors dans le terrain vague qui descendait en pente rapide vers la vallée de la Bièvre...

Lire


 Le crime du bd Kellermann

Quartier de la Maison-Blanche


Le crime du bd Kellermann

Un livreur est tué et dévalisé par deux rôdeurs 

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 heure, deux agents cyclistes effectuant une ronde, découvraient sur les fortifications, à l'angle de la rue Damesme et du boulevard Kellermann, un homme inanimé.

Il était couvert de blessures et de traces de coups sa face portait d'horribles plaies. Les gardiens transportèrent le blessé à l'hôpital de Bicêtre, où il succomba.

L'homme avait été dévalisé après avoir été assassinné.

Les meurtriers, à qui le crime n'avait rapporté qu'une cinquantaine de francs, sont arrêtés

Tous les détails
Dernières mises en ligne

à découvrir

Faits divers

Les étrangleurs

Décidément, le treizième arrondissement détient le record des affaires dramatiques, plus particulièrement des affaires nocturnes.
Le garçon limonadier était arrivé à la hauteur de la place des Alpes, qui forme une sorte de rond-point sur la droite du boulevard, lorsque quatre individus se jetèrent sur lui.

Lire la suite


Dans la presse

Les derniers mohicans de Paris : Avec les Algériens du boulevard de la Gare

Sous la ligne aérienne du métro dont la longue perspective s'étend à l'infini, le boulevard de la Gare monte doucement vers la place d'Italie. À droite et à gauche, des maisons basses s'alignent, coupées par de petites rues pavées, à l'angle desquelles sont nichés de ridicules et ternes jardinets. Çà et là un immeuble neuf qui usurpe des allures de building, un magasin dont l'étalage déborde le trottoir, des bars, des hôtels, des restaurants, puis encore, sur la gauche, le cube uniforme et sans fantaisie de la raffinerie Say. (1928)

Lire la suite

 Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles

UN DRAME MYSTÉRIEUX


Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles

Accrochée au boulevard Blanqui, la rue des Cinq-Diamants escalade la Butte-aux-Cailles. Rue morne et sans fantaisie, elle aligne, le long de maigres trottoirs, une vulgarité perspective de maisons lisses, crises, mornes, trouée, çà et là, par les contrevents vert pomme d'un bar ou par la façade blanchie à la chaux d'un meublé pauvre.

C'est dans l'un de ces hôtels, celui qui étale, au numéro 21, l'enseigne du « Papillon d'Or », que le 1er février dernier, un Yougoslave, Joseph Werner, étudiant, à l'école de journalisme de son pays, élisait domicile. Sa venue ne manqua point de surprendre la patronne, habituée à héberger en majeure partie des couples ouvriers. Jean Werner, un garçon de 25 ans, au visage intelligent, barre d'une petite moustache noire, et porteur de grosses lunettes d'écaille, avait l'air d'un gentleman.

Lire la suite

 Explosion 20 octobre 1915

Quartier de la Maison-Blanche


Une usine explose

Nombreux morts et blessés

Le Petit-Parisien 21 octobre 1915

Une série d'effroyables explosions retentissaient, hier, vers deux heures et demie de l'après-midi, rue de Tolbiac, dans le quartier de la Maison-Blanche. A plus de deux cents mètres à la ronde vitres, glaces, portes, panneaux et même cloisons volaient en éclats.

Dans toutes les voies, proches du croisement des rues Bobillot et de Tolbiac, les passants et les locataires des immeubles étaient renversés, pendant que s'abattait, autour d'eux, une pluie de fragments d'acier, de décombres, de branches arrachées.

Une usine venait de sauter. Il était exactement deux heures vingt et une minutes quand la première explosion se produisit

Ce qui s'est passé...

Funèbre défilé à la morgue

On recherche les causes de la catastrophe

La liste des blessés

Dernières mises en ligne

Et aussi ...

Faits divers

Les escroqueries d'une jolie fille - 1897

Le commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche vient d'arrêter une fort jolie fille de vingt ans, Olda Régier, qui, en moins d'un an, a commis des vols pour une trentaine de mille francs, en usant de moyens assez curieux.

Lire la suite


Dans la presse

Pour les Petits Ménages, Maisons et jardins

C'est aujourd'hui qu'on inaugure la « fondation Singer-Polignac » devant un nombreux et élégant public d'invités.
À vrai dire, ce n'est pas « tout près d'ici ». C'est à l'autre bout de Paris, à la Glacière, tout près des « fortifs » dans un quartier essentiellement populaire, où l'on vient d'achever une nouvelle église, une nouvelle paroisse, Sainte-Anne, qui succède à la chapelle Bréa. Rue de la Colonie, entre les baraques en planches d'une population inconnue et une usine ; on y arrive par la place d'Italie et la rue Bobillot. (1911)

Lire la suite