Une Chasse à l'ours - 1906

Une Chasse à l'Ours avenue des Gobelins

Un ours énorme s'était échappé, hier matin, de la ménagerie Darius installée, actuellement, sur la place d'Italie, et était venu se réfugier rue Philippe-de-Champaigne. Il provoquait, on le conçoit aisément, une légitime émotion sur son passage.

Apercevant un âne, traînant une petite charrette, l’ours se précipita sur la malheureuse bête et tenta de l'étrangler. Fort heureusement, plusieurs employés de la ménagerie arrivèrent à cet instant et, à coups de barre de fer, réussirent à faire tâcher prise au carnassier, qui s'enfuit de nouveau, cette fois dans la direction de l'avenue des Gobelins.

Chemin faisant, il mordit au poitrail un cheval attelé à une tapissière puis, de ses griffes puissantes, il laboura profondément la cuisse droite de M. Georges Labbé, âgé de vingt-six ans, employé à la ménagerie Darius, qui cherchait à le rejoindre. Enfin des gardiens de la paix intervinrent et, à coups de revolver, abattirent le dangereux animal.

Le Petit-Parisien — 16 juillet 1906

Lire également

Le récit du Journal

Le récit du Matin

Dernières mises en ligne

Dernières mises en ligne

Faits divers

Le drame de la rue Strau

Mme Victoire Arnaud, trente-deux ans, épouse divorcée de M. Gehier, est marchande des quatre-saisons. Elle demeure 7, rue Strau, et son travail opiniâtre lui a permis de faire quelques économies. Elle a pu soulager ainsi la détresse de son frère François Arnaud, vingt-huit ans, ouvrier en chômage, marié et père de cinq enfants.

Lire la suite


Dans la presse

Un abreuvoir pour chevaux et pour chiens a été inauguré ce matin

Les badauds sont rares dans le quartier de la Gare et lorsqu'une inauguration y amène des officiels et dû « beau monde », l'assistance est aussi clairsemée que pittoresque : c'est devant une dizaine de marmots, quelques garçons bouchers et deux ou trois ménagères que la fontaine, offerte par la S.P.A. à la Ville de Paris pour étancher la soif des chevaux et des chiens, a été remise à M. Morain, préfet de police. (1926)

Lire la suite


Saviez-vous que ...

C’est le 12 juillet 1926 à 11h45, devant le 2 boulevard de la Gare, aujourd’hui boulevard Vincent Auriol, que fut inaugurée la première fontaine pour chiens et chevaux de la capitale.

C'est arrivé dans le 13e...

 Un Mari gênant - 1892

Le drame de la rue Dunois

Un Mari gênant

Le Petit-Parisien — 14 avril 1892

M. Bolot, commissaire de police du quartier de la Gare, vient d'ouvrir une enquête au sujet d'une tentative d'assassinat dont M. Duchefdelaville, maraîcher, habitant 30, rue Dunois, aurait été victime.

Ce dernier a fait la déclaration suivante :

« J'étais couché, la nuit dernière, quand je sentis qu'on me passait une corde autour du cou et qu'on cherchait à m'étrangler.

L'obscurité qui régnait dans la chambre ne me permit pas de distinguer le visage de mon a agresseur; mais, je reconnus le pas de mon employé, le nommé Émile Prechasson

Au bout d'un instant, il me crut mort sans doute et partit.

J'eus alors la force de me traîner jusqu'à la, fenêtre dont je brisai les carreaux, et je criai « Au secours ! à l'assassin ! »

Mais, quel ne fut pas mon étonnement en reconnaissant, près de la maison, ma propre voiture gardée par ma femme que Prochasson ne tarda pas à rejoindre. »

Mme Duchafdelaville et Prochasson allaient aux Halles vendre les récoltes des maraîchers. À leur retour, ils ont été mis en état d'arrestation.

Dans le quartier de la Gare, on croit généralement que Mme Duchefdelaville et Prochasson ont des relations intimes et qu'ils ont voulu se débarrasser du mari gênant,

L'enquête se poursuit.


Les toutes dernières nouvelles avec Le Radical


A l’Éden-Théâtre, Roknedin sera prochainement encadré de deux numéros, qui vont, non seulement le corser mais encore permettre M. Bouyer, chargé du rôle de Roknedin, qui ne parait qu'à partir du acte du ballet, de jouer simultanément celui du capitaine Grant, au Chatelet.

On sait, en effet, que dans drame tiré du roman de M. Jules Verne, ce personnage ne parait qu'au premier acte et au dernier.


 Mort en Chantant - 1895

AU THEATRE DES GOBELINS

Mort en Chantant

Le Petit-Parisien — 15 janvier 1895

Un singulier cas de mort subite s'est produit hier soir, à dix heures, au théâtre des Gobelins. On donnait le Grand Mogol. et pendant un entracte M. Léon Choumy, ouvrier tanneur, âgé de trente ans, demeurant rue de Gentilly, proposa à un de ses amis, M. L… de sortir pour prendre un bock.

En traversant le vestibule, le tanneur, véritable dilettante, faisait la critique de l'interprétation de l'ouvrage, trouvant ceci bien, cela médiocre, etc.

— Tiens ! s'écria-t-il tout à coup en saisissant son compagnon par un bouton de son habit, voilà comment il faut pousser telle note. Au même moment, il entonnait le passage visé mais à peine avait-il émis le premier son qu'il s'affaissait sur le parquet.

M. Perruche, commissaire de police de service, envoya chercher le docteur Ollier, qui constata que M. Choumy venait de succomber à la rupture d'un anévrisme.

On a transporté néanmoins à l’hôpital Cochin le malheureux qui avait cessé de vivre.


RECONSTITUANT ÉNERGIQUE

Le Vin de Peptone de Chapoteaut contient la viande de bœuf digérée par la pepsine; il est beaucoup plus actif que les jus et extraits de viande; avec lui on nourrit les anémiques, les convalescents, les phtisiques, les malades privés d'appétit, dégoûtés des aliments ou ne pouvant les supporter et ceux épuisés par le travail, la fatigue ou les veillées. La Peptone Chapoteaut est, à cause de sa pureté, la seule employée à l'Institut Pasteur.

Dépôt : Pharmacie VIAL, 1, rue Bourdaloue.


 Le drame de la rue des Tanneries - 1932

Le drame de la rue des Tanneries


Rue des Tanneries, dans un couloir, un plombier abat sa maîtresse puis il se tire une balle dans la tête

Paris-Soir — 20 janvier 1932

Cet après-midi, à 13 h. 30, dans un petit logement, 4, rue des Tanneries, s'est déroulé un rapide drame de l'amour.

Un homme, M. Désiré Rivière, âgé de 30 ans, marié, ouvrier plombier, demeurant 2 rue de Rungis, a tué sans explication et à bout portant, de trois balles de revolver dans la poitrine et à la tête, sa maitresse, Mme Mallet, nés Amélie Tatrocci, 33 ans, mariée, demeurant 59, rue du Couidic. Puis il s'est suicidé.

C’est chez une locataire du rez-de-chaussée que Désiré Rivière eut une dernière entrevue avec Amélie Mallet. C’est là, après un dramatique et très court tête-à-tête, que le plombier abattit son ancienne maîtresse et se suicida sur son corps.

Lire la suite

Découvrir le 13e arrondissement...

La villa des Chiffonniers

La villa des Chiffonniers (Cité Doré)

Là-bas, bien loin, au fond d’un faubourg impossible, plus loin que le Japon, plus inconnu que l’intérieur de l’Afrique, dans un quartier où personne n’a jamais passé, il existe quelque chose d’incroyable, d’incomparable, de curieux, d’affreux, de charmant, de désolant, d’admirable.

La Bièvre
par J.K. Huysmans

La Bièvre représente aujourd'hui le plus parfait symbole de la misère féminine exploitée par une grande ville.

Née dans l'étang de Saint-Quentin, près de Trappes, elle court, fluette, dans la vallée qui porte son nom, et, mythologiquement, on se la figure, incarnée en une fillette à peine pubère, en une naïade toute petite, jouant encore à la poupée, sous les saules.

 

 

Jardin des Gobelins

Le verger des Gobelins

On sait que les tapissiers des Gobelins sont des techniciens hors pair, et non pas seulement des virtuoses, mais des artistes. Ce que l'on sait moins, c'est qu'ils ont tous leur violon d'Ingres. Ils invoquent, le dimanche venu, Pomone aux joues vermeilles, déesse des vergers, et s'escriment merveilleusement, qui de la bêche, qui du sécateur, du boyau ou de l'arrosoir.

 

La Bièvre et ses bords

Il est un coin de Paris d'étrange aspect, un paysage pittoresque et bizarre qui a déjà bien perdu de son caractère et qui, dans quelques semaines, ne sera plus qu'un souvenir; c'est cette vallée, au trois quarts comblée à aujourd'hui, que forme, à son entrée à la Maison-Blanche, la Bièvre, encaissée entre la Butte-aux-Cailles et le plateau de Montsouris.


Dernières mises en ligne

à découvrir

Faits divers

Oscar, le pauvre ours

Chaque soir, à la fête de la place d'Italie, Oscar faisait la joie des spectateurs par ses facéties, par le vacarme étourdissant qu'il menait. À lui seul, il faisait, recette. C'est dire si son patron avait une grande estime pour lui ...

Lire la suite


Dans la presse

Les trains de voyageurs de la Petite Ceinture cesseront de fonctionner dimanche prochain

Le train à voyageurs dont le terminus est la station Maison-Blanche, qu'il atteint un peu avant 23 heures, sera le dernier à rouler sur ces voies, dimanche soir. Saluons-le, nous ne le reverrons plus ! (1934)

Lire la suite

 Le crime de la butte aux cailles - 2

Le crime de la butte-aux-cailles


Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart

Bien que l'identité de la victime reste encore inconnue, on croit à un meurtre politique

La petite cité aux rues tortueuses qui, village dans la ville, se tasse entre la place Paul-Verlaine et le boulevard Auguste-Blanqui, bourdonne ce matin d'un naturel émoi. À chaque angle de venelle ont poussé de petits groupes qui s'entretiennent de « l'affaire » et les ménagères qui se pressent au marché Corvisart ne parlent que de cela en soupesant des choux- fleurs. Venant après tant de crimes mystérieux, l'assassinat de la rue des Cinq-Diamants mérite une telle rumeur : une victime, dont on ignore non seulement la vie, mais l'identité, des meurtriers présumés « politiques », sept coups de revolver, un acharnement rare à tuer, voilà plus qu'il n'en faut pour que tout un quartier s'agite — et surtout celui-ci où, de tout temps, les commères s'en donnèrent à langue que veux-tu.

Lire la suite


 Le marché des Gobelins - 1867

Les embellissements de Paris


Le Marché des Gobelins

Le Figaro — 8 aout 1867

Nous avons fait hier un voyage d'exploration dans les régions lointaines et inhospitalières du 13e arrondissement. Nous y avons découvert un nouveau marché, construit en briques et sur caves, d'après le système si heureusement adopté aujourd'hui.

A droite, le marché des Gobelins -(Gravure "Le Monde Illustré 1868)

Lire la suite

A lire également

Les Bijoutiers du marché des Gobelins(1872)

Quadruple empoisonnement (1893)


Dernières mises en ligne

Et aussi ...

Faits divers

Amours séniles - 1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

Lire la suite


Dans la presse

Milla ans sous la terre

Dans un quartier de Paris, renommé par ses tanneries, ses peausseries, et surtout par la manufacture des Gobelins, hélas ! incendiée en partie, est un vaste terrain, où s'élevait jadis une église dédiée à saint Martin, au faubourg Saint-Marcel. (1871)

Lire la suite