Littérature



"Un gosse"

roman par Auguste Brepson

Extrait précédent

 

Première partie

[...] La chose se produisit une fois, et je me rappellerai toujours la figure décomposée de ma grand'mère quand elle s'aperçut en rentrant chez nous, par un après-midi de neige, que toute sa fortune, trente-quatre sous, — trois pièces de dix sous et deux gros sous enveloppés dans un bout de journal, — avait filé par la poche trouée de son tablier.

La voilà aussitôt repartie à leur recherche, explorant minutieusement les trottoirs, les pavés et les ruisseaux, dans le gâchis de la neige fondue.

Elle les retrouva, ô miracle ! toujours enveloppés dans leur papier tout trempé de la boue, des mille pieds qui l'avaient foulé, au coin de la rue du Banquier et de l'avenue des Gobelins

XIV

Nous, avions, comme voisins de palier, une famille de chiffonniers : le père, la mère et les deux filles. Ma grand'mère leur avait acheté une fois ou deux des « arlequins », reliefs des festins bourgeois, que les cuisinières donnent aux biffins au lieu de les jeter Depuis, les filles venaient parfois me chercher pour jouer avec elles dans les escaliers. Ma grand'mère y consentait.

C'étaient deux gamines sordides et haillonneuses, toujours à se gratter la tignasse et dont la plus jeune pouvait avoir huit ans et l'aînée douze, peut-être quinze, on ne savait avec les vieilles nippes de femmes qui l'accoutraient.

Nos jeux se bornaient à escalader jusqu'aux combles et à dégringoler les marches poisseuses de l'immense édifice, à errer parmi les couloirs humides et obscurs comme des égouts ou à tenir de vagues conciliabules dans les coins.

L'entrain manquait. Une gêne singulière planait entre moi et la grande. Elle ne faisait que me dévisager avec un regard trouble et un sourire contraint qui m'embarrassaient. Je sentais confusément qu'elle me voulait quelque chose de mystérieux et de malpropre et qu'elle ne pouvait l'exprimer. Elle hésitait devant mes yeux candides et attendait, pour se mettre à l'aise, que je lui fisse des avances dont j'étais encore fort incapable.

Cependant, le désir de cette femelle fut un jour si âpre, qu'elle me le communiqua en quelque sorte par influence magnétique. Elle me baigna et me pénétra de ses effluves amoureux, et m'agita d'un trouble nouveau.

Nous étions sur un palier, à côté d'une fenêtre qui diffusait un jour saumâtre. Elle me prit la main qu'elle serra et, me fixant plus hardiment que de coutume, elle dit à sa sœur, d'une voix que la passion rendait rauque et haletante : « Quels yeux il a !... c'est-y malheureux qu'y sache pas ! »

Chose bizarre, à ces mots, qui cependant n'étaient pour moi que du chinois, je devins rouge et ressentis dans ma chair un tressaillement inconnu !

Croyant à mon trouble que j'avais compris, elle m'attira brusquement à elle, la lèvre goulue ; mais elle me lâcha aussitôt, en apercevant ma grand'mère qui m'apportait mon béret et mon capuchon.

Nous sortions. Ma grand'mère avait l'air tout agité, et ne parvenait pas à me boutonner tellement elle tremblait.

Dans la rue elle me prit la main et me fit marcher vite. Parfois elle hochait la tête et soupirait : « Ah ! mon Dieu ! mon Dieu ! »

Nous allions voir mon père qui mourait.

Ma grand'mère venait d'en être informée par un homme, qui, sorti le matin de l'hôpital, avait consenti à venir l'aviser que mon père, au plus mal, ne faisait que nous réclamer. Il avait ajouté : « Dépêchez-vous, car l'infirmière a dit qu'il ne passerait pas la journée ».

Nous nous hâtions dans la bruine glacée qui tombait du ciel sale.

Était-ce l'effet de ce sombre après-midi d'hiver, mais quand nous pénétrâmes dans la salle où était mon père, jamais elle ne m’avait paru aussi triste.

Les vitres ternies de buée y versaient un jour blafard, et, parmi la blancheur des oreillers, toutes ces figures hâves, coiffées du bonnet de coton, paraissaient encore plus plombées que d'habitude. Une odeur écœurante de fièvre et de pharmacie flottait dans l'atmosphère lourde : nos pas sonnaient lugubrement sur les dalles luisantes, et l'on entendait quelque part un hoquet d'agonie.

En approchant du lit de mon père, je remarquai son aspect singulier. — On lui avait mis des lanches de sûreté, pour l'empêcher de tomber, lorsqu'il se débattait dans la fièvre. — Il me fallut pour le voir que l'infirmière me fit monter sur une chaise.

Il reposait sur une pile d'oreillers, les yeux fermés. Il avait la figure terreuse, mais ses pommettes étaient roses. De ses lèvres livides sortait ce hoquet que j'avais entendu en entrant, et ses mains décharnées froissaient les draps.

Nous le contemplions, silencieux. Soudain il ouvrit les paupières. Ses yeux étaient troubles, presque vitreux. Néanmoins il nous reconnut, car il se mit à parler péniblement, d'une voix pâteuse, coupée par cet horrible hoquet qui, à chaque fois qu'il l'exhalait, se répercutait dans ma poitrine.

Il se plaignait que nous venions bien tard. Ma grand'mère me souleva vers lui pour que je l'embrasse ; mais il me repoussa, et, de nouveau, ferma les yeux.

Nous restâmes longtemps ainsi à le regarder hoqueter.

La forte chaleur m'engourdissait ; j'avais du mal il tenir mes yeux ouverts, et je me serais volontiers jeté sur ce lit vacant qui était à côté de moi.

Un malade se mit à tousser. Aussitôt ce fut comme une contagion, un signal, qui fit s'élever des quintes d'un peu partout...

Oh ! ces toux rauques et torturantes de poitrinaires !

Les uns se mettaient péniblement sur leur séant pour tousser, ployés en deux ; d'autres, rejeta draps et couvertures, s'asseyaient au bord du lit et, leurs maigres jambes pendantes, râlaient en expectorant dans les crachoirs...

Mais je me retournai soudain. Ma grand'mère venait de pousser, une exclamation, et, toute pale, fixait mon père avec des yeux terrifiés... Je le regardai et ne lui trouvai cependant rien d'extraordinaire. A part que ses mains détendues ne grattaient plus ses draps et que sa bouche entr'ouverte et légèrement tordue n'éructait plus son hoquet monotone, il paraissait toujours dormir. Il avait même une expression de calme surprenante-Cependant le rose de ses pommettes avait disparu.

L'infirmière, qui s'était approchée au cri de ma grand'mère, le regarda une seconde, et, sans mot dire, lui rabattit le drap sur la figure. Puis, m'enlevant de la chaise, elle m'embrassa, et d'une voix émue, me dit : « Mon pauvre enfant, tu n'as plus de père ! »

Extrait suivant



Le 13e en littérature

La Cité Jeanne-d'Arc

Un gosse

par
Auguste Brepson

La cité Jeanne-d'Arc est ce vaste ensemble de bâtiments noirs, sordides et lugubres percés comme une caserne de mille fenêtres et dont les hautes façades s’allongent rue Jeanne-d'Arc, devant la raffinerie Say.

(1928)

Lire


Butte-aux-Cailles

La vague rouge

par
J. H. Rosny Ainé

L'homme suivit d'abord la rue de Tolbiac, puis s'engagea par ces voies ténébreuses, bordées de planches, de lattes et de pieux, qui montent vers la Butte-aux-Cailles. Les oiseaux des réverbères dansaient dans leurs cages de verre. On apercevait des terrains fauves, des chaînes de bosselures, des rampes de lueurs, des phares dans un trou du ciel, et, du côté de la Butte, un nuage de feu pâle évaporé sur Paris...

(1910)

Lire


Le quartier de la Gare

Monsieur Lecoq

par
Émile Gaboriau

Le 20 février 18.., un dimanche, qui se trouvait être le dimanche gras, sur les onze heures du soir, une ronde d’agents du service de la sûreté sortait du poste de police de l’ancienne barrière d’Italie.
La mission de cette ronde était d’explorer ce vaste quartier qui s’étend de la route de Fontainebleau à la Seine, depuis les boulevards extérieurs jusqu’aux fortifications.
Ces parages déserts avaient alors la fâcheuse réputation qu’ont aujourd’hui les carrières d’Amérique.

(1869)

Lire


Butte-aux-Cailles

Le trésor caché

par
Charles Derennes

Depuis toujours on habitait, mon père et moi, sur la Butte-aux-Cailles ; encore aujourd'hui, ce quartier-là n'est guère pareil à tous les autres. Mais si vous l'aviez vu du temps que je vous parle ! Des cahutes s'accrochaient à la butte comme des boutons au nez d'un galeux ; ça grouillait de gosses et de chiens, de poux et de puces...

(1907)

Lire


La prairie de la Glacière

Sans Famille

par
Hector Malot

C’est un quartier peu connu des Parisiens que celui qui se trouve entre la Maison-Blanche et la Glacière ; on sait vaguement qu’il y a quelque part par là une petite vallée, mais comme la rivière qui l’arrose est la Bièvre, on dit et l’on croit que cette vallée est un des endroits les plus sales et les plus tristes de la banlieue de Paris. Il n’en est rien cependant, et l’endroit vaut mieux que sa réputation.

(1878)

Lire


Butte-aux-Cailles

Bouscot

par
Gaston Chéreau

Il habitait tout là-bas, aux Gobelins, dans un pâté de bicoques en carton que bousculent des rues à noms magnifiques rue des Cinq-Diamants, rue de l'Espérance, rue de la Butte-aux-Cailles…

(1909)

Lire

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

En 1921, le maire du 13ème arrondissement était M. Guerineau. Il possédait une usine de céramique dont les bâtiments s'étendaient du numéro 69 de la rue du Gaz au numéro 172 de l'avenue de Choisy. Cette usine brûla le 26 octobre 1921.

*
*     *

Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

*
*     *

En 1901, M. et Mme S..., marchands de beurre, habitaient 101, rue de Patay, un petit pavillon isolé.
Devant était un minuscule jardinet, sur les côtés un hangar, et, dans le fond, une remise et des écuries avec un mur de clôture séparant la propriété d’un terrain vague ayant vue sur la rue Albert et sur lequel on élèvait une maison, encore en construction.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912