Littérature



Le marchand de jouet de la rue Nationale

"Un gosse"

roman par Auguste Brepson

Extrait précédent

 

Première partie

XIV (suite)

L'infirmière, qui s'était approchée au cri de ma grand'mère, le regarda une seconde, et, sans mot dire, lui rabattit le drap sur la figure. Puis, m'enlevant de la chaise, elle m'embrassa, et d'une voix émue, me dit : « Mon pauvre enfant, tu n'as plus de père ! »

Cette nouvelle me laissa froid car, outre mon sentiment encore bien imparfait de la mort, je n'avais, somme toute, que fort peu connu mon père, mais ma grand'mère m'emmena en sanglotant...

On l'enterra au cimetière d'Ivry, dans la fosse commune.

Ce jour-là, ma grand'mère me demanda si je voulais l'accompagner ou rester chez nous ; mais comme en me disant cela, elle me présentait — sans doute pour me consoler d'un chagrin que je n'éprouvais pas — ces deux choses merveilleuses et tant convoitées, un sabot peint en vert avec un fouet à manche de jonc et à lanière de peau, je ne balançais pas à prendre le parti qui pouvait me permettre de me livrer tout à mon aise aux délices d'un jeu aussi mirifique.

Néanmoins, sentant obscurément qu'un tel choix avait d'inconvenant en pareille circonstance, je dissimulai ma joie et donnai comme prétexte à demeurer chez nous la fatigue du voyage.

Enfin je les tenais donc ces jouets fameux ! que seule notre misère m'avait empêché jusqu'alors de posséder, mais qui, certainement, eussent dû être depuis longtemps entre mes mains, si mes yeux avaient été des aimants, lorsque je les contemplais à la devanture du père Patati-Patata !

Ma grand'mère et moi appelions ainsi un vieux bonhomme à barbe neigeuse et à redingote verdâtre qui tenait un petit bazar, rue Nationale, en face de l'entrée de la grande cité.

Dès que vous entriez chez lui, il s'empressait, et fussiez-vous un client d'un sou ou de vingt-neuf — plus haut prix — il vous faisait l'article avec une égale ardeur, en jacassant comme une vieille pie, sans arrêt... et patati et patata...

Je me rappelle encore mon émotion les rares fois que je pénétrai dans cette petite boutique obscure et basse, toute bourrée de jouets. La vue de tous ces trésors me plongeait dans l'extase et je ne savais quoi admirer le plus des toupies, chemins de fer, bilboquets, soldats de plomb et bergeries étalés sur les tables ou amoncelés dans les casiers ; ou des cerceaux, tambours, trompettes, pantins et cerfs-volants qui pendaient du plafond comme les stalactites de cette grotte merveilleuse.

Je sortais de là malade d'envie, mais serrant néanmoins bien fort dans ma main mon malheureux jouet d'un sou : un petit sabre de plomb, ou une minuscule locomotive remplie de bonbons multicolores, gros comme des grains de millet.

Je n'allai pas au convoi de mon père, préférant me livrer au plaisir du jeu de sabot, mais peu de temps après le chien du marchand de bouchons m'en donna une fière leçon.

Son maître, un vieux à tête de juif-errant, habitait dans le passage une de ces boutiques crépusculaires qui était un affreux taudis. Son industrie consistait à ramasser sur les berges de la Seine les vieux bouchons déposés par les remous, à les nettoyer, et à les revendre aux marchands d'encre qui en bouchaient leurs bouteilles.

Il mourut. On le mit dans une boîte de sapin que l'on hissa sur le char des pauvres, et, sans fleurs, ni couronnes, ni cortège, par un matin sombre et glacial, la noire voiture s'ébranla... Alors, on vit cette chose merveilleuse et touchante, le chien, auquel jusqu'alors personne n'avait fait attention, venir se mettre tranquillement derrière le corbillard !... En vrai barbet qu'il était, il suivait son maître « jusqu'au bout ».

Un croque-mort voulut le chasser mais il s'entêta.

Et les passants émus saluaient au passage ce convoi singulier et s'attardaient longuement à le contempler qui s'en allait doucement dans la brume...

Extrait suivant



Le 13e en littérature

Quartier de la Gare

Un crime passionnel

par
J. H. Rosny

Je songe à l'histoire de la petite Jeannette, qui vivait dans le noble quartier de la Gare.

(1908)

Lire


La rue Jonas

Zigomar - La femme rousse

par
Léon Sazie

L'antre de « la Baleine » donnait sur la rue Jonas, comme nous l'avons dit. Cette rue au nom biblique se trouvait dans un grouillement de petites voies étroites, courtes, basses, tortueuses, qui forment un coin à part dans ce quartier.

(1910)

Lire


La Cité Jeanne d'Arc

Les mémoires de Rossignol

par
Rossignol

Ma « clientèle » de la rue Sainte-Marguerite disparaissait peu à peu. Elle s'était réfugiée cité Doré, qui donne rue Pinel et boulevard de la Gare, ou cité Jeanne-d'Arc, près de la rue Nationale, dans le treizième arrondissement.

(1894)

Lire


Les Gobelins

Zizine

par
Alexandre Arnoux

Dans le quartier des Gobelins, un gymnase. Des athlètes donnent une représentation suivie par une foule fervente. Dans cette foule un couple a attiré l’attention du narrateur. Elle, Zizine, femme superbe ; lui, petit, contrefait, douloureux. Milarot, champion du monde, est dans la salle.

(1938)

Lire


La Folie Neubourg

Le faiseur de momies

par
Georges Spitzmuller et Armand Le Gay

Le promeneur qui remonte le boulevard Auguste-Blanqui dans la direction de la place d'Italie, est frappé par l'aspect pittoresque d'une vieille maison enclose dans le triangle formé par ce boulevard, la rue Edmond-Gondinet et la rue Corvisart.

(1912)

Lire


La rue du Pot-au-Lait

Le drageoir aux épices

par
Joris-Karl Huysmans

Quelle rue étrange que cette rue du Pot-au-Lait ! déserte, étranglée, descendant par une pente rapide dans une grande voie inhabitée, aux pavés enchâssés dans la boue...

(1874)

Lire

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Le 23 juillet 1892, un ouvrier tourneur en bronze, nommé Dubru, se suicidait en se jetant dans la Bièvre, boulevard d’Italie. Son corps fut transporté à la Morgue.

*
*     *

En 1897, il y avait un magasin de porcelaine au 196 de l'avenue de Choisy dans laquelle le cheval du fiacre n°7119 entra le 26 mars…

*
*     *

Le 26 aout 1866, un important incendie se déclarait dans l'entrepôt de la compagnie des omnibus situé rue Tiers (actuelle rue Paulin Méry), derrière la place d'Italie, entrainant l'évacuation en urgence de 80 ou 250 chevaux selon les sources.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912