entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

L'école 8 rue Kuss, a été construite en 1934, par l'architecte Roger-Henri Expert, qui utilisa largement le béton.


Charles Le Boucq (1868-1959) fut député du 13ème arrondissement de 1906 à 1928. Spécialisé dans les questions économiques, il présida le groupe d'action économique, rapporta divers budgets, notamment ceux du ravitaillement, des essences et pétroles, de la marine marchande, ainsi que le projet de loi sur la production d'ammoniaque synthétique. Après son échec de 1928, Charles Le Boucq abandonna la carrière politique.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés
 Les gosses en marge - 6

Les gosses en marge

6 - Ceux de la Glacière, rois des chapardeurs

De chaque côté de l'avenue d'Italie, la butte Jeanne-d'Arc et la Butte-aux-Cailles se regardent, avec l'air de deux bons larrons complices de plus d'un tour. Par là, la faubourienne indolente, les cheveux dans les yeux, en tablier et en savates ; par ici, l'« affranchi ». Les gosses des deux se valent.

Ce n'est point tant sur le haut de la butte qu'il faut chercher les émules de Mimile. Ce quartier-là est en pleine mue. Des démolisseurs ont mis bas les maisonnettes de naguère; des immeubles neufs ont poussé. Place Paul-Verlaine, rue Bobillot, on commence (qui l'eût cru ?) à regarder de travers les femmes sans chapeau, les jeunes hommes en souliers de drap. Bref la Butte, qui porta si longtemps casquette, est en train de s'acheter un feutre.

Mais au pied de ce territoire conquis aux lois et à l'urbanisme, la liberté garde ses allures. Rue Brillat-Savarin, rue de la Fontaine-à-Mulard, place de Rungis, on marche sur la marmaille. Et quelle marmaille !

Plus crasseuse, plus morveuse, plus effrontée encore que celle de la cité Jeanne-d'Arc, une cohue de petits pillards qu'égrène le groupe des habitations à bon marché.

Ah philanthropie ! que de crimes on commet en ton nom ! Quand on a donné à quelques centaines de pauvres familles ces beaux immeubles aux briques luisantes, égayés de balcons coquets par où entre le rire du soleil, on leur a dit avec emphase :

« Vous voici chez vous, soyez heureuses. » Et les familles se sont installées ; mais beaucoup se sont crues encore au temps où, sur la zone, elles déclouaient des pans de leurs chambres pour allumer leur feu ; celles-ci ont arraché des lames de parquet, celles-là brûlé les portes intérieures. Et maintenant, rue Brillat-Savarin, il y a une cité Jeanne-d'Arc qui naît.

S'il n'y avait pas une gare rue de Tolbiac, que feraient Mimile et ses camarades ? Dieu merci, les Mimiles de la Glacière en ont une — de gare — eux aussi. C'est place de Rungis qu'ils vont au charbon ; et eux, au moins, ils ont le mérite de la franchise.

Dès deux heures, ils descendent en troupe, celui-ci avec une « poche », celui-là poussant une caisse montée sur deux roues de voiture d'enfant. En groupe, sans prendre la peine de s'égailler, ils s'installent devant le porche. Gare au camion qui sort en flânant ! Eux ne flâneront pas pour vous crever un sac de houille et récolter à dix pas de la station d'autobus, sans ruse ni crainte, leur bien mal acquis.

Tout d'ailleurs leur est de bonne prise. Je les ai vus piller une camionnette d'oranges. L'auto était arrêtée contre la gare ; le chauffeur vidait, au café le plus proche, une canette de bière. La bande s'approche — six garçons, une fille, une gosseline de dix ans fardée de crasse et de poussière. Les menottes sales talent l'épaisseur et la solidité des cordes qui lient les caisses ; des doigts se glissent entre les lattes derrière lesquelles luisent les panses rougeâtres. Enfin, voici un couvercle qui s'ébranle ; on l'aurait, en grimpant dans la bagnole :

— Vas-y, toi.

— Non, toi.

Les gosses hésitent. Le chauffeur est tout de même bien près. S'il se retournait !... Mais la fillette a plus d'audace ; ces femmes, ça n'a peur de rien. D'un bond elle est dans la voilure, brise la cagette, jette des fruits, ressaute à terre. Ce goûter juteux et sucré va faire trouver l'affût moins long.

Ils l'ont tranquillement dégusté devant moi, qui pouvais témoigner de leur vol.

R. Archambault.

A lire également

1 - Dans l'ombre de la Cité Jeanne-d'Arc.

2 - Une leçon d'école… charbonnière.

3 - Ici on est nourri gratis.

4 - La naissance d’un clown.

5 - Petites fugues sur un thème banal

6 - Ceux de la Glacière, rois des chapardeurs.

7 - Les bonnes opinions sont celles qui font vivre.

8 - Et quand ils seront grands.

Menu faits divers

Faits divers

Haustrate aux Assises -1907

Le 7 avril dernier, dans l'après-midi, le sous-brigadier Mariton, de service rue Nationale, voyait venir à lui un individu en proie à une violente émotion et qui lui déclara :
— Conduisez-moi au poste, car je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc.

Lire


Un mari qui tue sa femme - 1897

Un brave égoutier, M. Pierre S... demeurant 27, rue Harvey, dans le quartier de la Gare, donnait, ces jours derniers, asile à sa nièce, une gamine, de seize ans et demi, Pauline Ohlmann, qui avait épousé, quelques mois auparavant, un charretier nommé Patural et l'avait quitté pour se soustraire à ses brutalités.

Lire


Un rôti de chien enragé - 1873

On sait peut-être que la cité Doré, près de l’ancienne barrière des Deux-Moulins, est un quartier composé de cahutes singulières, habitées par des chiffonniers. Quartier modèle s'il en fut... Sa population tient à ce que tout s'y passe pour le mieux, à ce que rien ne vienne entacher la réputation d'esprit pacifique...

Lire


Une femme aux fers - 1873

Avant-hier, vers sept heures au matin, un gardien de la paix de service rue Lahire (13e arrondissement), entendit des cris d'angoisse et la voix d'une jeune femme l'appelant de la fenêtre du premier étage d'une maison située dans l'impasse de la Cerisaie.

Lire


Amours séniles - 1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

Lire


La Jalousie d'un Vieillard - 1904

Le drame qui s'est déroulé hier matin dans le quartier des Gobelins doit être classé dans la catégorie des crimes passionnels. Et pourtant le héros de cette aventure sanglante, Paul Perrotel, compte près de soixante printemps.

Lire


Une tragédie passage Doré - 1908

Non loin de l'emplacement où s'ouvrira bientôt le nouvel hôpital de la Pitié, dans le treizième arrondissement de Paris, se trouve une petite cité ouvrière, le passage Doré, qui forme le prolongement de la rue Louis-Français et qui vient aboutir rue Jenner.

Lire


Un Drame du Terme - 1902


Querelle de famille - 1905


La guerre à propos d’œufs de Pâques - 1897


« Entends-tu ma voix qui t'invite ? » - 1905


Une page d'amour - 1906


Drame de la misère - 1894


La pègre -1907


Un duel à l'américaine - 1895


Les étrangleurs des Gobelins - 1895


Un drame boulevard de l'Hôpital - 1897


Un jeu dangereux - 1897


Un héros de Gaboriau - 1901


Une bande d'aigrefins - 1897


Une singulière hallucination - 1901


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte