entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.


En 1911, selon Le Gaulois, on comptait onze ruelles dans Paris dont trois dans le treizième arrondissement : la ruelle des Gobelins, la ruelle des Kroumirs et la ruelle des Reculettes.


Dans les plans de 1860, c'est sur un viaduc long de 800 mètres, composé d'arches de dix mètres d'ouverture et dont la hauteur maxima aurait été de quinze mètres avec des piles évidées à l'aplomb de l'entrevoie que le chemin de fer de ceinture aurait du traverser la vallée de la Bièvre en offrant une vue magnifique depuis le parc de la Butte-aux-Cailles qui, in fine, céda la place au Parc Montsouris.

menu-nouveautés
 Les gosses en marge - 6

Les gosses en marge

6 - Ceux de la Glacière, rois des chapardeurs

De chaque côté de l'avenue d'Italie, la butte Jeanne-d'Arc et la Butte-aux-Cailles se regardent, avec l'air de deux bons larrons complices de plus d'un tour. Par là, la faubourienne indolente, les cheveux dans les yeux, en tablier et en savates ; par ici, l'« affranchi ». Les gosses des deux se valent.

Ce n'est point tant sur le haut de la butte qu'il faut chercher les émules de Mimile. Ce quartier-là est en pleine mue. Des démolisseurs ont mis bas les maisonnettes de naguère; des immeubles neufs ont poussé. Place Paul-Verlaine, rue Bobillot, on commence (qui l'eût cru ?) à regarder de travers les femmes sans chapeau, les jeunes hommes en souliers de drap. Bref la Butte, qui porta si longtemps casquette, est en train de s'acheter un feutre.

Mais au pied de ce territoire conquis aux lois et à l'urbanisme, la liberté garde ses allures. Rue Brillat-Savarin, rue de la Fontaine-à-Mulard, place de Rungis, on marche sur la marmaille. Et quelle marmaille !

Plus crasseuse, plus morveuse, plus effrontée encore que celle de la cité Jeanne-d'Arc, une cohue de petits pillards qu'égrène le groupe des habitations à bon marché.

Ah philanthropie ! que de crimes on commet en ton nom ! Quand on a donné à quelques centaines de pauvres familles ces beaux immeubles aux briques luisantes, égayés de balcons coquets par où entre le rire du soleil, on leur a dit avec emphase :

« Vous voici chez vous, soyez heureuses. » Et les familles se sont installées ; mais beaucoup se sont crues encore au temps où, sur la zone, elles déclouaient des pans de leurs chambres pour allumer leur feu ; celles-ci ont arraché des lames de parquet, celles-là brûlé les portes intérieures. Et maintenant, rue Brillat-Savarin, il y a une cité Jeanne-d'Arc qui naît.

S'il n'y avait pas une gare rue de Tolbiac, que feraient Mimile et ses camarades ? Dieu merci, les Mimiles de la Glacière en ont une — de gare — eux aussi. C'est place de Rungis qu'ils vont au charbon ; et eux, au moins, ils ont le mérite de la franchise.

Dès deux heures, ils descendent en troupe, celui-ci avec une « poche », celui-là poussant une caisse montée sur deux roues de voiture d'enfant. En groupe, sans prendre la peine de s'égailler, ils s'installent devant le porche. Gare au camion qui sort en flânant ! Eux ne flâneront pas pour vous crever un sac de houille et récolter à dix pas de la station d'autobus, sans ruse ni crainte, leur bien mal acquis.

Tout d'ailleurs leur est de bonne prise. Je les ai vus piller une camionnette d'oranges. L'auto était arrêtée contre la gare ; le chauffeur vidait, au café le plus proche, une canette de bière. La bande s'approche — six garçons, une fille, une gosseline de dix ans fardée de crasse et de poussière. Les menottes sales talent l'épaisseur et la solidité des cordes qui lient les caisses ; des doigts se glissent entre les lattes derrière lesquelles luisent les panses rougeâtres. Enfin, voici un couvercle qui s'ébranle ; on l'aurait, en grimpant dans la bagnole :

— Vas-y, toi.

— Non, toi.

Les gosses hésitent. Le chauffeur est tout de même bien près. S'il se retournait !... Mais la fillette a plus d'audace ; ces femmes, ça n'a peur de rien. D'un bond elle est dans la voilure, brise la cagette, jette des fruits, ressaute à terre. Ce goûter juteux et sucré va faire trouver l'affût moins long.

Ils l'ont tranquillement dégusté devant moi, qui pouvais témoigner de leur vol.

R. Archambault.

A lire également

1 - Dans l'ombre de la Cité Jeanne-d'Arc.

2 - Une leçon d'école… charbonnière.

3 - Ici on est nourri gratis.

4 - La naissance d’un clown.

5 - Petites fugues sur un thème banal

6 - Ceux de la Glacière, rois des chapardeurs.

7 - Les bonnes opinions sont celles qui font vivre.

8 - Et quand ils seront grands.

Menu faits divers

Faits divers

Fiançailles d'Apaches - 1904

La subite passion de «Gueule d'Or» pour «La Tringle» fait une victime collatérale en la personne d'un terrassier dont l'état est presque désespéré.

Lire


Un meurtre rue Baudricourt - 1904

La rue Baudricourt a été hier soir le théâtre d'un drame passionnel. Un nommé Armand Féler, journalier, a tué de deux coups de couteau un ouvrier serrurier, Napoléon Stevenotte.

Lire


Quadruple empoisonnement - 1893

On appelle arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., qui, après avoir été accommodés par certains commerçants exploitant ce commerce, sont revendus par eux, pour quelques sous, aux ouvriers nécessiteux.

Lire


Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches - 1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

Lire


Une équipe de terrassiers découvre cinq squelettes à la Maison-Blanche - 1923

Mardi, vers trois heures du soir, au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon, le terrassier Fleurât qui, avec ses camarades, creusait la terre, pour l'aménagement d'un fournil, découvrait à moins d'un mètre du sol et quinze métrés environ de la rue, une caisse en bois tout à fait vermoulu, de 1 mètre 50 de large et 2 mètres de long.

Lire


Le crime de l'avenue d'Italie - 1899

Au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique, un vieillard de soixante-trois ans avait installé, il y a quelque temps, un atelier de réparations de bicyclettes. Une jeune fille de vingt-six ans, nommée Lucie Carronneille, qu'il faisait passer pour sa fille, demeurait avec lui.

Lire


Le drame de la rue Coypel - 1888

Un drame sanglant s'est déroulé hier, vers cinq heures, au numéro 13, de la rue Coypel. A cette adresse habite un ex-brigadier de gardiens de la paix , âgé de soixante-quatre ans, qui maria sa fille, il y a quelques années, à un marchand ambulant..

Lire


Le drame de l'avenue de Choisy - 1888


Le drame de l'avenue de Choisy - 1911


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939


Le soldeur Gauzy qui donna asile à Bonnot est blessé mystérieusement d'un coup de revolver - 1914


On a tenté de tuer Gauzy qui naguère abrita Bonnot fugitif et chez qui M. Jouin trouva la mort - 1914


Le meurtrier de Gauzy est connu - 1914


Le meurtrier de Gauzy est arrêté - 1914


Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc - 1935


Je disparaîtrai sans donner d'ennui à personne », avait dit le professeur - 1938


Un veuf tire sur sa maîtresse puis se suicide - 1914


Un soir à la Porte d'Italie - 1895


Drame de la jalousie - 1897


Chronique du feu - 1879


Le drame du quartier de la Gare - 1896


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte