entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Les batiments anciens de la gare d'Austerlitz ont été construits en 1867 sous la direction de l'architecte Renault.


Le 7 décembre 1930, un beau dimanche, à l'angle de l'avenue des Gobelins et de la rue Philippe- de-Champaigne, le manœuvre géorgien Parmény Tchanoukvadzé, trente-six ans, abattait à coups de pistolet automatique M. Noé Ramichvili, quarante-neuf ans, ancien ministre de l'Intérieur du gouvernement menchevik de Géorgie, président à Paris du parti Tebanoukvadze social démocrate géorgien, blessant M. Menagarichvili, secrétaire du précédent, qui se portait au secours de son chef.


La rue de la Colonie s'appella ainsi en raison de la présence d'une colonie de chiffonniers dans le secteur.

menu-nouveautés
 Les gosses en marge - 7

Les gosses en marge

7 - Les bonnes opinions sont celles qui font vivre

Tatave., orphelin de dix ans, et ses huit frères et soeurs, ont été recueillis, rue de la Fontaine-à-Mulard, par une tante, la mère Anthuile. La mère Anthuile a les deux mains coupées, ce qui ne l'empêche pas de lever le coude et d'avoir son compte dès le matin. Tatave, qui a l'étude pour ennemie naturelle, a trouvé là une institutrice à son gré.

L'autre jour, un agent cycliste, qui s'était levé de mauvaise humeur, a ramassé Tatave comme un toutou errant alors que, sur le bord du terrain qui longe la cité, le gosse jouait à la patinette avec une planche montée sur deux bobines. Et mon Tatave, écolier renégat, a été conduit à la mairie.

Vous voyez la scène. Un bureau officiel sévère comme il convient à un lieu où règnent les lois et décrets de la République, et un monsieur plus sévère encore, qui regarde Tatave de haut en bas. Tatave, tout petit, n'ose pas regarder le monsieur ; son pied nu et sale gratte le tapis de laine, ses menottes tortillent le vieux béret veuf de son pompon, que sa tante, jadis, lui découvrit dans une poubelle :

— Pourquoi ne vas-tu pas à l'école, gamin ?

Tatave fait mine de pleurer très fort :

— Hi, hi, hi ! J'ai pas d'souliers, m'sieu.

— Et c'est pour ça que tu ne vas pas en classe ?

— Hi, hi. hi ! oui, m'sieu.

— Tu ne pouvais pas venir le dire ? On va t'en donner, des galoches. Le monsieur écrit sur un papier. Tatave essuie au coin de son œil des larmes supposées. C'est, qu'au fond il rayonne, le môme ! Des galoches toutes neuves, pensez donc !

Et Tatave s'est laissé chausser ; il est passé, rue Bobillot, devant l'agent qui l'avait arrêté en faisant narquoisement sonner ses semelles.

Puis, arrivé place de Rungis, il a quitté les beaux souliers pour courir jusqu'à la cité.

— R'garde, tante, les bathes grolles qu'i m'a refilé, m'sieu l'maire.

La tante Anthuile, que le vin rend lyrique, exulte. La voilà qui prend les galoches avec ses moignons experts, et qui s'en va, riant toute seule, vers la zone... Ce soir, vous pourrez acheter les souliers au marché de Bicêtre et trouver la tante Anthuile affalée sur quelque talus. Demain, pieds nus encore, Tatave jouera à la patinette près de la fontaine à Mulard.

Tatave et les gosses de la colonie n'ont pas d'amis qu'à la mairie. De temps à autre une bande de petits chapardeurs, s'en vient jouer autour de Sainte-Anne. Sainte-Anne est la grande église de la rue de Tolbiac, une église bien imposante pour un tel quartier, avec sa coupole soi-disant latine et ses clochers faussement byzantins ; mais dans cette basilique sévère, il y a un bon curé. Quand le bon curé se promène, il est bien rare qu'il ne tombe pas sur une troupe de gamins qui le guettaient sans en avoir l'air et qui, bien respectueusement, le saluent. Tant de respect veut sa récompense ; le curé s'arrête, bavarde, apprend que, chez celui-ci, on manque d'argent, chez celui-là de vêtements, de pain chez cet autre.

— Mes pauvres enfants ! mes pauvres enfants ! Je vous ferai porter tout cela demain par les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul.

— Merci, monsieur le curé, disent les mômes avec une émotion visible.

Et puis, le curé parti, frtt... Toute la bande vole chez le pasteur où, devenue soudain protestante, elle se laisse à nouveau combler. Ainsi Dieu, comme il est écrit, protège les grandes familles. Rien toutefois ne peut être parfait en cette vallée de misère.

— Y en a un que j'peux pas blairer, m'a confié Tatave, c'est le rabbin. Y a rien à faire pour qu'i « chique ».

Tatave, en fait de dieux, n'admet que les dieux qui paient.

R. Archambault.

Quelques jours plus tard, le 29 avril 1929, Paris-Soir publia l'article suivant qui venait compléter la série :

Une jeune femme de La Glacière recueille sept orphelins

Paris-Soir — 29 avril 1929

Dans un article consacré aux enfants irréguliers du quartier de la Glacière et publié le 7 courant, nous avions évoqué, sous un nom d'ailleurs supposé, la figure d'une femme fort connue autour de la place de Rungis, particulièrement à cause de son infirmité : elle avait les deux mains coupées.

Celte femme vient de mourir et les sept petits enfants qu'elle laissait derrière elle ont été recueillis 63, rue de la Fontaine-à-Mulard, par une brave et laborieuse marchande des quatre-saisons, Mme veuve Renard.

Mme Renard, à trente ans, n'a pas hésité à se changer des sept orphelins, et l'on sait ce que sont sept enfants en ce temps de vie extra-chère. Il est donc bien évident que ce n'est point cette dévouée travailleuse que nous visions dans notre article, et nous sommes heureux, au contraire, de lui adresser ici toutes les félicitations que mérite son geste si simplement et si modestement généreux.


A lire également

1 - Dans l'ombre de la Cité Jeanne-d'Arc.

2 - Une leçon d'école… charbonnière.

3 - Ici on est nourri gratis.

4 - La naissance d’un clown.

5 - Petites fugues sur un thème banal

6 - Ceux de la Glacière, rois des chapardeurs.

7 - Les bonnes opinions sont celles qui font vivre.

8 - Et quand ils seront grands.

Menu faits divers

Faits divers

Un bien triste individu - 1896

Les gardiens de la paix Déom et Métayer étaient de service l'avant-dernière nuit, vers trois heures et demie, dans la rue du Moulin-des-Prés, lorsque les cris « Au secours ! à l'assassin ! » poussés par une voix de femme, retentirent soudain dans la rue Gérard.

Lire


Un coup raté - 1891

L'avant-dernière nuit, vers trois heures du matin, une veuve Bricot, qui tient un garni 112, boulevard de la Gare, entendait tout à coup des cris provenant d'une chambre inoccupée de l'hôtel.

Lire


Le crime de la Cité Jeanne d'Arc - 1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait : Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

Lire


Le crime de la Cité Jeanne d'Arc - 1907

L'homme qui, la veille, avait étranglé, cité Jeanne-d'Arc, le journalier Jean Guérineau, a consenti à dévoiler enfin son identité.

Lire


Haustrate aux Assises -1907

Le 7 avril dernier, dans l'après-midi, le sous-brigadier Mariton, de service rue Nationale, voyait venir à lui un individu en proie à une violente émotion et qui lui déclara :
— Conduisez-moi au poste, car je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc.

Lire


Un mari qui tue sa femme - 1897

Un brave égoutier, M. Pierre S... demeurant 27, rue Harvey, dans le quartier de la Gare, donnait, ces jours derniers, asile à sa nièce, une gamine, de seize ans et demi, Pauline Ohlmann, qui avait épousé, quelques mois auparavant, un charretier nommé Patural et l'avait quitté pour se soustraire à ses brutalités.

Lire


Un rôti de chien enragé - 1873

On sait peut-être que la cité Doré, près de l’ancienne barrière des Deux-Moulins, est un quartier composé de cahutes singulières, habitées par des chiffonniers. Quartier modèle s'il en fut... Sa population tient à ce que tout s'y passe pour le mieux, à ce que rien ne vienne entacher la réputation d'esprit pacifique...

Lire


Une femme aux fers - 1873


Les étrangleurs des Gobelins - 1895


Un drame boulevard de l'Hôpital - 1897


Un jeu dangereux - 1897


Un héros de Gaboriau - 1901


Une bande d'aigrefins - 1897


Une singulière hallucination - 1901


Le cochon en ribotte - 1897


Les roulottiers - 1906


Les escroqueries d'une jolie fille - 1897


Drame de la jalousie - 1905


La traite des blanches - 1923


Un meurtre boulevard de la Gare - 1897


Le crime de l'avenue d'Italie - 1897


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte