Un jour dans le 13e

 paris-treizieme.fr — Journée du 25 mai 1871

Journée du 25 mai 1871

La Patrie, 28 mai 1871

Le combat de mousqueterie de la vallée de Bièvre, qui a recommencé pendant la nuit, se continue ce matin avec une extrême violence. On voit les insurgés gagner du terrain, tandis que les troupes régulières sont restées sur le même terrain qu’ils occupaient la veille, c’est-à-dire les environs de l’établissement Sainte-Anne. Il est vrai que lorsque les fédérés se hasardent à s’approcher, les mitrailleuses les font battre précipitamment en retraite.

Cette lutte a duré de la sorte jusqu’à deux heures du soir, Trois régiments sont arrivés aussitôt avec une batterie de campagne et ont pris position près du plateau de Montsouris. En moins de deux heures, les insurgés ont été écrasés. Leurs morts gisaient dans les fossés de la Bièvre ; leurs blessés se traînaient çà et là dans toutes les directions, et des prisonniers en masse ont été amenés à la gare de Sceaux, où ils étaient enfermés encore à six heures du soir.

La barrière Fontainebleau et le 13e arrondissement sont au pouvoir du gouvernement. Tout le sud de Paris est délivré, à l’heure qu’il est, de la présence ostensible de tous ces misérables, qui, sous le nom de « fédérés » ont tenu, pendant deux mois, tout Paris sous leur odieuse tyrannie.

 



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Saviez-vous que... ?

Le 13 décembre 1892, M. Béchu, porteur aux Halles, demeurant rue Beaudricourt, 28, apportait, au commissariat de M. Perruche, un obus chargé, enveloppé de papier qu’il venait de découvrir, â 5 heures du matin, contre la porte d’une maison rue de Tolbiac, à l’angle du passage du Moulinet.

*
*     *

Le 13 juillet 1880 furent organisées des retraites au flambeau dans les principaux quartiers du 13ème arrondissement et le 14, eût lieu à 2 heures, une grande cavalcadre au profit des écoles. Des fêtes forraines se tenaient sur les places et avenue de l'arrondissement et des concerts furent donnés par les sociétés instrumentales et chorales.

*
*     *

Selon un article du Figaro du 29 août 1905, le 13e arrondissement comptait alors 938 jardins privés.

*
*     *

En 1869, on décida que l’avenue située entre la place d'Italie et la rue de Gentilly, allait devenir avenue Sœur Rosalie, pour perpétuer la mémoire de la femme vertueuse dont le dévouement fut si utile à tant de nos braves soldats. On se souvient que c'est cette héroïque sœur de charité qui, en juin 1848, couvrit de son corps un officier de la garde mobile que les insurgés voulaient massacrer, et qu'elle eut le bonheur de sauver.

L'image du jour

Ruelle des Gobelins (Berbier du Mets)