entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

L'avenue des Gobelins mesurait, à son inauguration, 880 mètres de long sur 40 de large.


L'hôpital de Lourcine (111 rue de Lourcine) était consacré au traitement des femmes atteintes de maladies secrètes et comptait 276 lits. Des consultations gratuites étaient données de 8 à 9 heures les mardis, jeudis et samedis.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1932

La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Perfectionniste - 1883

Perfectionniste !

Gil Blas — 5 aout 1883

M. V… employé du Chemin de fer d'Orléans, habitant rue Lahire, souffrait depuis longtemps d'une maladie incurable.

Les douleurs qu'il endurait devinrent telles qu'il prit la résolution de se suicider.

Hier soir,  vers cinq heures, il rentra chez lui et, après s'être tiré un coup de revolver dans la tête, il se pendit l'aide d'une corde au plafond de sa chambre.

M. V… était âgé de trente-huit ans.


 Les discussions tragiques

Les discussions tragiques

Le Petit Parisien ― 25 juin 1923

S'étant pris de querelle avec un inconnu, dans un débit de l'avenue des Gobelins, le soldat Indigène Laignaca, trente ans, du 23è colonial, caserné à Lourcine. a été blessé assez grièvement d'un coup de couteau à la tête, et a été transporté au Val-de-Grâce. Son agresseur est recherché.


 Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939

Une réconciliation qui finit mal

Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

Paris-Soir ― 12 mars 1939

Dans un café, avenue de la porte de Choisy, deux consommateurs, Charles Glatre, 36 ans, dit Charlot la Peinture, demeurant 13, rue Nationale, à Ivry, et Michel Denebond, 36 ans, rémouleur, dit Micky la Pédale, habitant 16, passage de l'Avenir(*), discutaient en buvant le verre de l'amitié.

Tous les deux avaient été, durant de longs mois, des ennemis farouches. Mais depuis quelques jours ils s'étaient réconciliés. Micky la Pédale, voulant donner la preuve de son pacifisme, sortit un revolver d'ordonnance, modèle 1892, et dit à son camarade :

― Tu vois que je veux faire la paix, puisque je retire les balles de mon pétard.

― Ah ! tu avais un « feu », s'écria Charles, redevenu soudain méchant. Si je l'avais su, je ne me serais pas raccommodé !

― Puisqu'il en est ainsi, répartit Micky, je recharge mon arme.

Un autre consommateur, Léger Lepie(**), dit Titi. 33 ans, demeurant 34, passage Henri, dont la sœur est l'amie de Denebond, intervint ; il s'empara du revolver et le déchargea. Mais un quatrième personnage, Louis Bouvet, dit Boubou, 26 ans, coutelier, demeurant 59, passage de l'Avenir, ne goûta pas l'intervention de Lepie, qui partait cependant d'un si bon naturel :

―  De quoi te mêles-tu ? dit-il, furieux.

Lepie, vexé, répliqua vertement. Si bien que les deux hommes décidèrent enfin, d'un commun accord, d'aller s'expliquer dans la rue.

Lepie porta plusieurs coups de crosse de revolver à Bouvet, qui eut l'œil gauche crevé. La sœur de Bouvet, Maria Grolier, qui existait à la lutte, rentra précipitamment dans le débit, en criant : « Au secours ! on tue mon frangin ! »

Aussitôt, des consommateurs, au nombre d'une douzaine, firent irruption hors du débit, et ce fut une véritable bataille rangée.

Soudain, Lepie, atteint d'un coup de couteau au ventre, s'affaissa.

Maria Graulier sauta sur lui et se mit à lui écraser le visage à coupe de talons.

Pendant ce temps, Micky et ses partenaires tenaient un conciliabule : ils décidèrent de se débarrasser  définitivement de Lepie, en le jetant sous une voiture.

Un taxi survenant, ils mirent leur projet à exécution ; mais le chauffeur eut juste le temps de bloquer ses freins. Micky et ses compagnons se hâtèrent alors de fuir.

Le chauffeur alerta la police et le blessé fut transporté à la Pitié, où il succomba peu après son admission.

Les inspecteurs Thiébaud, Dumond, Laroque et Verdois de la police judiciaire, ont pu arrêter les sept auteurs de ce drame et établir le rôle de chacun. C'est Alfred Mangin, dit Frédo-le-Rémouleur, associé de Bouvet, qui a tué Lepie.


(*) Le passage de l'Avenir (qui n'en avait guère) reliait l'avenue de la porte d'Ivry à l'avenue de la porte de Choisy en longeant plus ou moins le boulevard de la Zone. Son emplacement est aujourdhui occupé par les terrains de sport en bordure du périphérique intérieur. (NdE)

(**) Paris-Soir écrit "Lepie" mais la majorité des quotidiens relatant cete triste affaire évoque Robert Lepic.

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Le puits artésien de la Butte-aux Cailles

Les travaux du puits artésien qui est en cours d'exécution à la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris, se poursuivent régulièrement, et la profondeur atteinte par l'instrument de forage dépasse aujourd'hui 350 mètres. (1868)

Lire

Le percement du boulevard Saint-Marcel

Le plus ancien vestige des édifices religieux encore debout en ce moment, mais qui disparaîtra au premier jour, est le porche de la chapelle Saint-Clément, qui date du quatrième siècle, et dans laquelle fut inhumé en 383 saint Marcel, évoque, de Paris, sous le règne de Théodose. (1868)

Lire

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel

Les travaux qui s'exécutent dans le quartier Saint-Marcel ont amené des découvertes fort importantes au point de vue archéologique. (1868)

Lire

Nouvelles dénominations de voies

On donne à la rue de la Croix-Rouge la dénomination de Domrémy. village du département des Vosges, où naquit Jeanne d'Arc; la route de Fontainebleau devient route d'Italie, la place de la barrière d'Ivry devient la place Pinel... (1868)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le drame de la rue Corvisart - 1905

Un drame particulièrement navrant s'est déroulé hier, rue Corvisart, 4, dans le quartier Croulebarbe.

Lire


Tentative d’assassinat - 1903

Il est certains quartiers excentriques de Paris où il est dangereux de s'aventurer passé minuit. Les rôdeurs et malfaiteurs de toute espèce s'y conduisent comme en pays conquis ils dévalisent sans vergogne le passant attardé et, si celui-ci leur oppose la moindre insistance, ils ont vite fait de lui imposer silence en le frappant avec leurs armes.

Lire


Un mari meurtier - 1903

Un employé la recette principale des postes, Pierre Jamais, âgé de quarante-huit ans, demeurant 19, rue Croulebarbe, avait de fréquentes querelles avec sa femme, de dix ans plus jeune que lui.

Lire


Précoces Criminels - 1895

Une tentative criminelle que ne renieraient pas des scélérats endurcis a été commise par trois gamins de douze à treize ans contre un autre enfant, le jeune Lucien Delagne, âgé de douze ans, écolier, demeurant chez ses parents, honnêtes ouvriers, rue du Champ-de-l’Alouette.

Lire


Le perroquet enlevé - 1896

Dans le quartier Croulebarbe vit un perroquet centenaire, nommé Jacquot, magnifique ara gris, à queue rouge-pourpre, comme la trame d'un cardinal. Ce vénérable personnage habite depuis plus de quatre-vingts ans au sein de la même famille.

Lire


Une scène scandaleuse - 1894

Une scène scandaleuse s'est passée, avant-hier soir, vers cinq heures, sur la ligne du chemin de fer de Ceinture, dans la gare de la Maison-Blanche.

Lire


Une mère tue sa fillette et tente de se suicider - 1912

Un drame navrant, stupide, cruel, a douloureusement ému, hier, le quartier Croulebarbe. Dans la paisible rue de la Reine-Blanche vivait, depuis dix mois, au numéro 28, la famille Vaissair, composée du père, de la mère, et d'une fillette de trois ans.

Lire


La lune de miel fut de courte durée - 1923


Un pickpocket - 1885


La bagarre de la cité Jeanne-d'Arc - 1902


Une femme étranglée - 1898


Le drame de la Cité Jeanne-d'Arc - 1865


Étrange fait divers - 1890


Le drame de la rue Mouffetard - 1875


Un ménage devenu la terreur des environs - 1875


Mauvaise surprise - 1875


De chute en chute - 1895


La chasse aux indésirables - 1938


Champion de boxe - 1916


Un nouveau crime dans le 13ème? - 1879


Les maraudeurs du 13ème - 1870


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte