Faits divers

 Le meurtrier de Gauzy est arrêté - Le Matin

Le meurtrier de Gauzy est arrêté

Il se rendait à la poste restante pour retirer l'argent qui devait lui permettre de fuir à l'étranger

Le Matin — 7 juin 1914

Identifié seulement quarante-huit heures après l'attentat dont il s'était rendu coupable, Antonin Mazoyer, dit « le Marseillais », le meurtrier du soldeur Gauzy, avait eu le temps de dépister les policiers lancés à sa recherche. Bien qu'il ait eu soin de ne point reparaître dans les différents endroits où il avait coutume de fréquenter, Antonin Mazoyer a fini par être découvert. Il a été arrêté, hier après-midi, dans le vingtième arrondissement, au moment où il se rendait à la poste pour retirer, bureau restant, de l'argent que sa maîtresse lui envoyait, afin qu'il pût fuir à l'étranger. Vendredi matin, Mme Gauzy avait reçu une carte-lettre d'Antonin Mazoyer, dans laquelle il lui demandait pardon d'avoir fait feu sur son mari.

M. Guillaume, commissaire divisionnaire, chef du quatrième district, ayant eu connaissance de la missive reçue par Mme Gauzy, fit saisir la carte-lettre. Elle émanait bien du Marseillais et elle portait le cachet du bureau de poste de Nogent-sur-Marne. Ainsi Mazoyer se trouvait jeudi dans la petite ville où les deux tragiques bandits Garnier et Vallet furent assiégés et tués. Avait-il donc trouvé à Nogent-sur-Marne l'hospitalité discrète d'un camarade ? M. Guillaume envoya des inspecteurs à Nogent. En dépit de leurs investigations, ils ne recueillirent aucune indication pouvant les mettre sur la trace du Marseillais.

En filant la "Belle Marie"

Mais, dans la soirée d'avant-hier, un renseignement des plus intéressants parvenait au quatrième district. Si le Marseillais restait introuvable, sa maîtresse, une fille soumise, connue sous le nom de la « Belle Marie », venait de faire son apparition aux abords de la gare Montparnasse.

Des inspecteurs du quatrième district prirent en mature la Belle Marie. Ils furent assez heureux pour apprendre que la maîtresse de Mazoyer cherchait à se procurer le plus d'argent possible, afin de le faire parvenir au meurtrier de Gauzy.

Hier matin, les policiers virent la Belle Marie remettre de l'argent et une enveloppe toute préparée à une amie qui se rendit aussitôt dans un bureau de poste voisin de la gare Montparnasse. Ce ne fut qu'un jeu pour les policiers d'apprendre que les bons de poste pris au guichet par la camarade de la Belle Marie avaient été glissés dans une enveloppe pneumatique pourtant des initiales et l'adresse restante d'un bureau du quartier de Charonne.

Arrêté, le Marseillais avoue et pleure

M. Guillaume décida d'établir une surveillance autour de ce bureau de poste, où, sans aucun doute, Mazoyer viendrait chercher l'argent qu'il attendait. De nombreux inspecteurs furent postés dans toutes les rues avoisinantes.

Vers trois heures et demie, les inspecteurs Bornel, Borelly et Daniel., qui se tenaient à l'angle de la rue des Vignoles et de la rue Planchat, aperçurent tout à coup, à quelques mètres d'eux, un fort gaillard d'une trentaine d'années, brun vêtu d'un complet marron et coiffé d'une casquette grise. C'était Antonin Mazoyer. Il sortait d'un café que fréquentent habituellement des anarchistes.

D'un bond, les policiers s'élancèrent sur le Marseillais qui, d'ailleurs, sans esquisser le moindre geste de défense, se laissa docilement passer les menottes et pousser dans un taxiauto.

Le prisonnier, conduit directement à la mairie du treizième arrondissement, était introduit peu après dans le cabinet de M. Guillaume.

Après que le commissaire divisionnaire eut fait fouiller Mazoyer — il n'avait aucune arme sur lui et était en possession de 14 francs — il lui fit subir un simple interrogatoire d'identité.

Antonin Mazoyer se mit alors à pleurer à chaudes larmes et déclara eue c'était bien lui qui, dans la salle du café des Trois Marches vertes, avait tiré un coup de revolver sur Gauzy.

"Je suis un malheureux"

D'une voix lasse, le Marseillais, tout en sanglotant, fit ensuite le récit suivant :

— Je suis un malheureux. C'est dans un geste de colère que j'ai blessé Gauzy, mon ami, car je n'avais nullement prémédité mon acte.

» J'avais avec Gauzy des difficultés d'intérêts au sujet du « déballage » que nous avions ouvert en mars à Gentilly. Nous nous étions rendus au Café des Trois Marches vertes, précisément pour nous expliquer en présence du patron, M. Guignard. Mais Gauzy se fâcha. Il me parla alors en patois, me reprochant de m'adonner à l'absinthe et de vivre aux crochets de la Belle Marie. Puis il m'accusa d'être un mouchard, une « casserole ». Sous cette insulte, je perdis la tête et, m'emparant du revolver que j'avais toujours sur moi, je fis feu sur lui.

» M. Guignard me désarma... Je partis... Pendant quatre jours, j'ai erré aux Halles, dans Paris et la banlieue. J'ai couché à la belle étoile, n'osant pénétrer dans un hôtel de peur d'être reconnu et arrêté. Jeudi, je me trouvais à Nogent-sur-Marne où, dans un petit hôtel, situé près de la rivière, on n'a point voulu me recevoir, parce que je n'avais ni papier ni bagage. J'ai écrit de Nogent à Mme Gauzy pour implorer son pardon et celui de son mari.

» Dans la nuit, j'ai regagné Paris et me suis rendu dans le quartier de Charonne où je connais des amis, des camarades. Aucun n'a voulu me recevoir. On me reprochait durement d'avoir attenté à la vie de Gauzy.

» Je résolus alors de fuir à l'étranger. Mais je n'avais pas assez d'argent en ma possession. Je fis prévenir mon amie, la Belle Marie, ne voulant pas aller la retrouver, me doutant bien qu'on la surveillait.

» Sur mes recommandations, elle devait me faire parvenir de l'argent poste restante. J'allais à la poste quand j'ai été arrêté.

» Je suis un malheureux. Je regrette ce que j'ai fait... Pardon... Ma pauvre mère ! »

Mme Gauzy se porte partie civile

Le Marseillais, dont le repentir est sincère, a été conduit dans la soirée au Palais, où il a comparu devant M. Corne, juge d'instruction. Après un court interrogatoire, le meurtrier de Gauzy a été écroué à la prison de la Santé.

Mme Gauzy a décidé de se porter partie civile au nom de son mari dans le procès qui va être engagé contre Antonin Mazoyer. Me André Berthon en a fait part à M. Corne, en indiquant que Mme Gauzy n'entendait réclamer qu'un franc de dommages-intérêts, ayant surtout l'intention de veilleur à ce que la réputation de son mari, dont l'état est des plus inquiétants, ne fût point attaquée.

Disons que les inspecteurs du quatrième district ont retrouvé les deux clients qui, consommant mardi soir au café des Trois Marches vertes, furent témoins de l'attentat. Ce sont MM. Louis Louvet, vingt-sept ans, sellier, rue Nationale, à Paris, et M. Auguste Blandet, trente-sept ans, ouvrier raffineur, demeurant à Ivry. Les deux ouvriers, entendus par le juge d'instruction, ont confirmé tous les détails qui ont été déjà donnés sur la dispute ayant mis aux prises Gauzy et son ex-associé.


Antoine Gauzy, né à Nîmes le 4 septembre 1879, est mort à Viry-Châtillon le 12 juin 1963, à l'âge de 83 ans. Il se remit donc des blessures causées par Antonin Mazoyer.


A lire également

L'article paru dans Le Matin du 4 juin

Les articles parus dans Le Matin des 5 et 6 juin

À lire également...

Attaqué par un lion

1897

Le dompteur Letort, attaché à la ménagerie de M. Adrien Pezon, vient d'être victime d'un accident qui, heureusement pour lui n'aura pas de suites graves.

...


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre

1895

Une double tentative de meurtre a mis en émoi, hier soir, les habitants de la rue de Tolbiac, dans le quartier de la Maison-Blanche.

...


Oscar, le pauvre ours

1906

Chaque soir, à la fête de la place d'Italie, Oscar faisait la joie des spectateurs par ses facéties, par le vacarme étourdissant qu'il menait. À lui seul, il faisait, recette. C'est dire si son patron avait une grande estime pour lui ...

...


Quartier de la Maison-Blanche

La mort du gardien de la paix Maurs

1900

Dans la nuit de dimanche à lundi, le gardien de la paix Jean-Baptiste Maurs, du treizième arrondissement, étant de service boulevard d'Italie, était requis par des passants afin de faire cesser le scandale que causaient trois mauvais drôles au coin de la rue Vergniaud.

...

Saviez-vous que... ?

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures (qui répandait aux alentours de manière permanente une odeur de vernis) installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.

*
*     *

La rue Gustave Geffroy, avant de recevoir le nom de administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, s'appela rue Léon Durand jusqu'en 1937. Cette rue fut créée en 1906.

*
*     *

La rue Edmond Gondinet fut ouverte en 1898 et reçut, en 1899, le nom de ce trop méconnu auteur de comédies qui est aussi l'un des coauteurs du livret de Lakmé, opéra-comique en trois actes créé en 1883, musique de Léo Delibes.

*
*     *

En 1865, les frères Goncourt passaient une journée dans le 13e :
« Jeudi, 16 mars. — Nous avons passé la journée chez Burty, rue du Petit-Banquier, dans un quartier perdu et champêtre, qui sont le nourrisseur et le marché aux chevaux. Un intérieur d’art, une resserre de livres de lithographies, d’esquisses peintes, de dessins, de faïences ; un jardinet ; des femmes ; une petite fille ; un petit chien, et des heures où l’un feuillette des cartons effleurés par la robe d’une jeune, grasse et gaie chanteuse, au nom de Mlle Hermann. Une atmosphère de cordialité, de bonne enfance, de famille heureuse, qui reporte la pensée à ces ménages artistiques et bourgeois du dix-huitième siècle. C’est un peu une maison riante et lumineuse, telle qu’on s’imagine la maison d’un Fragonard. »

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac