Faits divers

 Scène sanglante dans un Bal Avenue de Choisy - 1910

Scène sanglante dans un bal Avenue de Choisy

Le Journal — 4 novembre 1910

Une scène, tragique et sanglante s'est déroulée, hier soir, 190, avenue de Choisy, au bal de l'Alcazar d'Italie.

En compagnie de deux femmes, un habitué de l'établissement, Gaston Lallemand, âgé de vingt ans, mouleur, demeurant 28, rue Damesme, se livrait gaiement aux douceurs de la valse ; quand arrivèrent trois jeunes gens, qui, apercevant la danseur et ses compagnes, s'avancèrent vers eux. Une violente discussion éclata tout aussitôt au sujet d'une des amies du mouleur; des injures furent échangées, puis les adversaires décidèrent d'aller régler leur différend dans une petite cour contiguë à la salle de bal.

A peine Lallemand s'y trouva-t-il que ses ennemis se précipitèrent sur lui et le frappèrent à coup d'os de mouton. Perdant son sang en abondance par cinq graves blessures à la tête le mouleur craignit pour sa vie. Il sortit son revolver, un browning de 6 millimètres, et; pat deux fois, fit feu sur ses agresseurs. Une seule balle atteignit l'un des combattants, Lucien Leroux, vingt-sept ans, employé à la Compagnie du gaz. Mortellement frappé, le blessé s'écroula sur le sol. Un de ses cousins désarma le meurtrier, qui s'enfuit à toutes jambes ; mais, à la sortie du bal, Lallemand, qui avait la figure couverte de sang, fut appréhendé par les agents de service et conduit dans une pharmacie.

Pendant ce temps, les compagnons de Leroux mettaient leur ami dans un fiacre et le conduisaient à l'hôpital Cochin. Là, on constata que la balle avait lésé le cœur. Elle avait pénétré au-dessous de la septième côte et s était logée à la pointe de l'omoplate gauche. L'interne de garde jugea désespéré l’état de Leroux mais il tenta cependant l’extraction du projectile.


Quatre jours plus tard ...

La Rixe de l'avenue de Choisy

Le Journal ― 8 novembre 1910

On se souvient de la sanglante rixe qui éclata ces jours derniers, au bal de l'Alcazar d'Italie avenue de Choisy. Un mouleur, Gaston Lallemand qui se trouvait dans l'établissement en compagnie d'une jeune personne connue dans le quartier sous le sobriquet de « la Mascotte » fut provoqué par l'ancien amant de la donzelle Lucien Leroux, dit « Lulu ». Une bataille s'engagea. Frappé à coups de casse-tête, Lallemand riposta par des coups de revolver. Mortellement atteint, Leroux fut transporté à l'hôpital Cochin où il ne tarda pas à succomber.

Le docteur Socquet, médecin légiste, a procédé, hier, à l'autopsie du cadavre. Le praticien a reconnu que Leroux avait reçu plusieurs projectiles qui ont pénétré dans la poitrine, perforant les poumons et provoquant ainsi une hémorragie mortelle.

M. Pradet-Ballade, juge d'instruction, a délivré le permis d'inhumer.

À lire également...

Un nouveau crime dans le 13ème ?

1879

Hier matin, un jardinier de la rue de la Colonie se trouvait dans un de ses champs que traverse la Bièvre...

...


Un veuf tire sur sa maîtresse puis se suicide

1914

La laiterie Verny, située en plein cœur du populeux quartier de la Gare, 17, rue Bruant occupait, depuis quatre années, Henri Lecoin, âgé de vingt-huit ans, en qualité de caissier-comptable.

...


La viande meurtrière

1907

Entre les numéros 26 et 28 de la rue Damesme s'ouvrent, parmi des terrains vagues, plusieurs voies symétriquement alignées où s'élèvent, pittoresques et vétustés, des baraques en planches et des cahutes en torchis. C'est là que vit, grouille et travaille une populeuse colonie de chiffonniers.

...


Boulevard de l'Hôpital

La chasse aux loups

1896

Hier, vers cinq heures du matin, tandis que le soleil, qui a le réveil mauvais en ce moment, risquait sa première grimace à travers la brume du ciel, les gens qui passaient boulevard de l'Hôpital, ouvriers se rendant à leur travail ou chiffonniers occupés à éplucher les boîtes à ordure, furent soudain surpris d'entendre une fusillade qui crépitait à côté d'eux.

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Le 21 août 1881, M. François,Jean, Félix Cantagrel (Amboise 1810 - Paris 1887) fut de nouveau élu député du 13ème arrondissement au Corps législatif. Il avait été élu une première fois en 1876.
Son nom fut donné en 1899 à la voie nouvelle reliant le carrefour Tolbiac/Patay à la rue Watt. Il y eut même une rue Cantagrel prolongée

*
*     *

Ernest Rousselle (1836-1896) -C'est lui ! - et son fils Henri (1866-1925) étaient négociants en vins.

*
*     *

La rue Giffard est l'ancien chemin de ronde de la Gare. Cette voie reçut son nom actuel en 1884. Henri Giffard, né le 8 février 1825 et mort le 15 avril 1882 à Paris, est un inventeur français, à qui l'on doit l'injecteur et le dirigeable propulsé par la vapeur.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912