entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1860, Il y avait un commissariat pour deux quartiers dans chaque arrondissement de Paris. Pour le 13e, ces commissariats étaient installés 36 route d'Italie pour Croulebarbe et la Maison-Blanche et 62 boulevard de l'Hôpital pour les quartiers de la Salpêtrière et de la Gare.


En 1887, Camille Claudel vivait dans un atelier loué pour elle par Auguste Rodin, la Folie Neubourg ou Clos Payen, 68 boulevard d’Italie, actuel boulebard Blanqui


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1901

Le monument d'Ernest Rousselle

L'inauguration du monument élevé à la mémoire de M. Ernest Rousselle, qui fut président du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine, a eu lieu hier dans le jardin du dispensaire de la Maison-Blanche.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Blessé par une plaque de tôle - 1929

Blessé par une plaque de tôle

Le Gaulois — 5 janvier 1929

Avenue des Gobelins, M. Fernand Bertel, vingt-quatre ans, 56, avenue Victor-Hugo, à Choisy-Ie-Roi, a été blesse à l’épaule gauche par une plaque de tôle tombée d’un immeuble.

Il a reçu les soins à la Pitié.


 L'Escroc des Pauvres - 1903

L'Escroc des Pauvres

Le Petit-Parisien — 28 mai 1903

M. Dion, cordonnier, âgé de soixante-cinq ans, demeurant 5, rue des Cinq-Diamants, ne peut presque plus travailler à cause de sa mauvaise vue aussi avait-il sollicité son inscription au bureau de bienfaisance du treizième arrondissement.

Hier, un individu très correct, portant à la boutonnière le ruban de la médaille militaire, se présentait chez le vieillard au nom de la municipalité; il venait au sujet de la demande, affirma-t-il, un supplément d'enquête étant nécessaire, et il lui réclama certains papiers.

Pendant que M. Dion bouleversait tout chez lui pour trouver les pièces réclamées, le faux inspecteur s'emparait des économies du pauvre vieux, une somme de onze francs représentant le maigre gain de sa semaine.

Ce n'est qu'après son départ que le cordonnier a constaté le vol odieux dont il venait d'être victime. Il a été narrer sa mésaventure à M. Pélatan, commissaire de police, qui fait rechercher le malfaiteur. Celui-ci a déjà fait, de la même façon, de nombreuses dupes dans le treizième arrondissement.


 La guerre à propos d’œufs de Pâques - 1897

La guerre à propos d’œufs de Pâques

Le Temps — 20 avril 1897

« Les œufs, les beaux œufs de Pâques », criait, hier, vers onze heures et demie, d'une voix tonitruante et qui remplissait l'avenue d'Italie, un marchand ambulant. Il poussait devant lui une petite voiture, où reposaient sur un lit de mousse des œufs de Pâques de toutes les dimensions, les uns, en sucre, tout blancs, les autres, en chocolat, d'un brun foncé le plus appétissant du monde. Et, dans la cohue des matins de grandes fêtes, la petite carriole s'avançait, avec d'inquiétants mouvements de tangage, tandis que l'homme s'époumonait : « Les œufs, les beaux œufs de Pâques ! »

L'avenue d'Italie vers 1900
L'avenue d'Italie vers 1900

Il prenait bien son temps. Seuls, des enfants tournaient autour des œufs blancs et bruns, avec de longs regards d'envie, et de petits mouvements de langue ; mais les enfants ne sont point des acheteurs. Les ménagères, elles, passaient vite, se hâtant vers leur déjeuner.

L'homme s'énervait. Il était plus de onze heures et on ne l'avait pas encore « étrenné ». Maintenant, il tirait par la manche les ménagères pressées, répétait sans pause son boniment, suppliait, jurait… en vain.

Une ménagère, Mme Hortense Kleine, demanda le prix d'un œuf en chocolat.

L'homme, qui se nommait Lepiout, ne se sentit pas de joie :

— Deux francs !

L'autre en offrit vingt-cinq sous.

— Mais je l'ai payé plus cher, moi !

Et le marchand consentit à rabattre cinq sous. C'est trop cher, répliqua Mme Kleine et elle s'éloigna.

La carriole courut après, elle.

— Prenez-le pour trente sous ! clama l'homme.

— Non, non, vingt-cinq sous !

— Eh bien, le voilà pour rien du tout !

Et, joignant le geste à la parole, Lepiout, que sa déconvenue avait rendu furieux, jeta, au beau milieu de la figure de la ménagère, l'œuf, qui s'y écrasa.

L'avenue d'Italie

Mme Kleine est une vigoureuse femme de trente-cinq ans à peine. Elle lâcha son panier, poussa une sorte de hurlement, se précipita vers la carriole, puisa des deux mains dans la masse des œufs et pif ! paf ! se mit à assommer le marchand avec sa propre marchandise. Lepiout que la rage emportait sans réfléchir qu'il travaillait lui-même à sa propre ruine, se défendit à coups d'œufs. En un clin d'œil, le sol de la chaussée fut couvert de débris de sucreries et de chocolat. Les gamins les ramassaient, jusque sous les jambes de Lepiout, les enfonçaient dans leurs bouches il dut y avoir, dans le quartier d'Italie, le soir, d'épouvantables indigestions. Autour des belligérants, un cercle épais d'arbitres s'était formé. « Bravo, Hortense ! Encore un « pain », le Turc ! » ; et c'étaient de longs-éclats de rires, qui fusaient vers le ciel bleu.

Brusquement, la scène changea.

La carriole était vide et le dernier œuf un œuf magnifique de quarante-cinq sous venait s'aplatir sur l'œil gauche de l'homme, qu'il avait momentanément rendu borgne.

Alors, Lepiout, excité par la douleur, les cris des assistants à l'image de sa ruine, écarta les enfants, se jeta sur Mme Kleine, la terrassa, à coups de poing lui laboura la figure à coups de pied le ventre.

Il fallut arracher des mains de, cette brute la malheureuse femme. Elle était dans un piteux état. Elle avait la figure pleine de sang et se plaignait de vives douleurs internes. On la porta, à moitié évanouie, dans une pharmacie, ou elle fut pansée.

Quant à Lepiout, immédiatement arrêté, il fut conduit au commissariat de police de M. Rémongin, qui le garda à sa disposition.

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Une bande d'aigrefins - 1897

Depuis longtemps, plusieurs grandes maisons de tannerie des quartiers de la Maison-Blanche et Croulebarbe étaient victimes de vols de peau importants. Mais on n'avait jamais pu mettre la main sur les coupables...

Lire


Une singulière hallucination - 1901

Un employé de la Compagnie du gaz, M. François Mourzé, demeurant 77, avenue d'Italie, se présentait, avant-hier soir, au commissariat...

Lire


Le cochon en ribotte - 1897

Un marchand de couleurs de l'avenue d'Ivry fut réveillé l'autre soir par un bruit insolite qui semblait partir des caves de la maison.

Lire


Les roulottiers - 1906

Le cocher de fiacre, Émile Canetti se trouvait, hier soir, vers neuf heures, à la station de voitures située avenue de Choisy, à l'angle de la place d'Italie...

Lire


Les escroqueries d'une jolie fille - 1897

Le commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche vient d'arrêter une fort jolie fille de vingt ans, Olda Régier, qui, en moins d'un an, a commis des vols pour une trentaine de mille francs, en usant de moyens assez curieux.

Lire


Drame de la jalousie - 1905

Un drame provoqué par la jalousie a mis en émoi, hier soir, vers cinq heures, les habitants de l'avenue des Gobelins et plus particulièrement ceux de l'immeuble portant le numéro 45 de la rue Auguste-Blanqui.

Lire


La traite des blanches - 1923

La 11è chambre a jugé hier une victime de la traite des blanches devenue traitante à son tour, bien que n'ayant encore que dix-huit ans.

Lire


Un meurtre boulevard de la Gare - 1897


Le crime de l'avenue d'Italie - 1897


Attaqué par un lion - 1897


Le crime de la rue des Cordelières - 1879


Un scélérat - 1896


En sortant du théâtre. - 1903


Un drame sur un échafaudage. - 1903


Le drame de la rue Barrault - 1893


Une bataille sous une porte - 1903


Par amour ! - 1903


Un crédit néfaste - 1903


En jouant - 1912


Le crime de l’avenue de Choisy - 1889


Un drame rue de la Maison-Blanche - 1897


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte