entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La maison qui, en 1900, était située au 68 du boulevard d'Italie, servait de dépôt au sculpteur Rodin.


La passerelle métallique d'une portée de 100 mètres reliant la place de Rungis à la rue Cacheux en enjambant la gare dite "de Rungis" avait été inaugurée le 23 juin 1907.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1893

Un métier inconnu

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Noyé par sa mère - 1911

Noyé par sa mère

Le Figaro 26 mai 1911

Le marinier Jean Fatigué, de la péniche Louise, a retiré de la Seine, au quai d'Austerlitz, hier matin, à dix heures, le cadavre d'un garçonnet de cinq à six ans qui avait séjourné plusieurs jours dans l'eau. Il avait la tête complètement enveloppée dans un fichu de laine- noire, attaché derrière le cou.

Une enquête, immédiatement ouverte, a permis de découvrir quel était cet enfant.

En février dernier, une dame Lepape, âgée de vingt-huit ans, fleuriste, disparaissait avec son fils, le jeune Romuald. On crut à une fugue. Mais un mois après le corps de la jeune femme était repêché près d'Auteuil. Le costume que portait l'enfant lors du départ de la mère étant le même que celui du petit repêché hier, il parait certain que ce cadavre est celui du jeune Romuald Lepape, que sa mère a noyé en même temps qu'elle.


 Les étrangleurs des Gobelins - Le Matin — 12 décembre 1894

Les étrangleurs des Gobelins.

Le Matin — 12 décembre 1894

M. Gustave Louridon, marchand de vins, rue du Banquier, 19, rentrait chez lui, la nuit dernière, à une heure du matin.

Soudain, au moment où il sonnait à sa porte, trois individus qui passaient sur le même trottoir se jettent sur lui. En un instant ils lui passent une lanière autour du coup et dépouillent de tout ce qu'il porte dans ses vêtements.

Ms étaient déjà 'loin quand des gardiens de paix survenant le trouvèrent étendu à terre et râlant.

Transporté au poste de police des Gobelins, on put lui faire recouvrer connaissance.

L'état de M, Louridon .est grave.


 La guerre à propos d’œufs de Pâques - 1897

La guerre à propos d’œufs de Pâques

Le Temps — 20 avril 1897

« Les œufs, les beaux œufs de Pâques », criait, hier, vers onze heures et demie, d'une voix tonitruante et qui remplissait l'avenue d'Italie, un marchand ambulant. Il poussait devant lui une petite voiture, où reposaient sur un lit de mousse des œufs de Pâques de toutes les dimensions, les uns, en sucre, tout blancs, les autres, en chocolat, d'un brun foncé le plus appétissant du monde. Et, dans la cohue des matins de grandes fêtes, la petite carriole s'avançait, avec d'inquiétants mouvements de tangage, tandis que l'homme s'époumonait : « Les œufs, les beaux œufs de Pâques ! »

L'avenue d'Italie vers 1900
L'avenue d'Italie vers 1900

Il prenait bien son temps. Seuls, des enfants tournaient autour des œufs blancs et bruns, avec de longs regards d'envie, et de petits mouvements de langue ; mais les enfants ne sont point des acheteurs. Les ménagères, elles, passaient vite, se hâtant vers leur déjeuner.

L'homme s'énervait. Il était plus de onze heures et on ne l'avait pas encore « étrenné ». Maintenant, il tirait par la manche les ménagères pressées, répétait sans pause son boniment, suppliait, jurait… en vain.

Une ménagère, Mme Hortense Kleine, demanda le prix d'un œuf en chocolat.

L'homme, qui se nommait Lepiout, ne se sentit pas de joie :

— Deux francs !

L'autre en offrit vingt-cinq sous.

— Mais je l'ai payé plus cher, moi !

Et le marchand consentit à rabattre cinq sous. C'est trop cher, répliqua Mme Kleine et elle s'éloigna.

La carriole courut après, elle.

— Prenez-le pour trente sous ! clama l'homme.

— Non, non, vingt-cinq sous !

— Eh bien, le voilà pour rien du tout !

Et, joignant le geste à la parole, Lepiout, que sa déconvenue avait rendu furieux, jeta, au beau milieu de la figure de la ménagère, l'œuf, qui s'y écrasa.

L'avenue d'Italie

Mme Kleine est une vigoureuse femme de trente-cinq ans à peine. Elle lâcha son panier, poussa une sorte de hurlement, se précipita vers la carriole, puisa des deux mains dans la masse des œufs et pif ! paf ! se mit à assommer le marchand avec sa propre marchandise. Lepiout que la rage emportait sans réfléchir qu'il travaillait lui-même à sa propre ruine, se défendit à coups d'œufs. En un clin d'œil, le sol de la chaussée fut couvert de débris de sucreries et de chocolat. Les gamins les ramassaient, jusque sous les jambes de Lepiout, les enfonçaient dans leurs bouches il dut y avoir, dans le quartier d'Italie, le soir, d'épouvantables indigestions. Autour des belligérants, un cercle épais d'arbitres s'était formé. « Bravo, Hortense ! Encore un « pain », le Turc ! » ; et c'étaient de longs-éclats de rires, qui fusaient vers le ciel bleu.

Brusquement, la scène changea.

La carriole était vide et le dernier œuf un œuf magnifique de quarante-cinq sous venait s'aplatir sur l'œil gauche de l'homme, qu'il avait momentanément rendu borgne.

Alors, Lepiout, excité par la douleur, les cris des assistants à l'image de sa ruine, écarta les enfants, se jeta sur Mme Kleine, la terrassa, à coups de poing lui laboura la figure à coups de pied le ventre.

Il fallut arracher des mains de, cette brute la malheureuse femme. Elle était dans un piteux état. Elle avait la figure pleine de sang et se plaignait de vives douleurs internes. On la porta, à moitié évanouie, dans une pharmacie, ou elle fut pansée.

Quant à Lepiout, immédiatement arrêté, il fut conduit au commissariat de police de M. Rémongin, qui le garda à sa disposition.

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

Lire

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

La Place Paul Verlaine

Une délibération municipale, approuvée par un arrêté préfectoral que ratifia, le 28 juillet dernier, un décret présidentiel, a donné le nom de Paul Verlaine à une place sise à Paris dans le 13e arrondissement, à l'intersection des rues Bobillot, du Moulin-des-Prés et de la Butte-aux-Cailles. (1905)

Lire

Avis à la population

Il est établi dans le 13e arrondissement des cantines pour le service des militaires qui montent la garde sur les remparts. (1870)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant - 1911

M. Jean Fatigué, un gars de vingt-quatre ans, lavait à grande eau, hier matin, le pont de la Louise, une longue péniche noire qui, depuis quelques jours, est amarrée au quai d'Austerlitz, non loin du pont de Bercy.

Lire


Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles - 1930

Accrochée au boulevard Blanqui, la rue des Cinq-Diamants escalade la Butte-aux-Cailles. Rue morne et sans fantaisie, elle aligne, le long de maigres trottoirs, une vulgarité perspective de maisons lisses, crises, mornes, trouée, çà et là, par les contrevents vert pomme d'un bar ou par la façade blanchie à la chaux d'un meublé pauvre.

Lire


Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart - 1930

La petite cité aux rues tortueuses qui, village dans la ville, se tasse entre la place Paul-Verlaine et le boulevard Auguste-Blanqui, bourdonne ce matin d'un naturel émoi.

Lire


Le crime de la Buttes-aux-Cailles - 1930

Les inspecteurs de la brigade spéciale poursuivent avec activité, mais sans résultats réellement intéressants, leur enquête sur l'assassinat dont fut, lundi, la victime le mystérieux Yougoslave Joseph Werner.

Lire


Le pénible drame du quartier Croulebarbe - 1929

Lamentable drame que celui qui jeta, hier soir, l'émoi dans le populeux quartier Croulebarbe.

Lire


Une cartomancienne assassine son ami - 1921

n cette pittoresque cité Jeanne-d'Arc, 166 bis rue Nationale, où gitent tant de laborieux chiffonniers, était, il y a quelque temps, venu se fixer un couple, assez mal assorti du reste, sur l'existence duquel on manque, pour l'instant, de renseignements.

Lire


L'incendie de la rue des Cordelières - 1895

Hier soir, vers sept heures et demie, le feu s'est déclaré, avec une grande violence, dans l'immeuble situé 24, rue des Cordelières (13è arrondissement), où se trouvent une fabrique d'eau de seltz et un dépôt d'eaux minérales appartenant à M. Aureau.

Lire


Grave affaire de fraude dans le quartier Croulebarbe - 1904


Des bandits en auto dévalisent une passante puis attaquent une crémière - 1931


Le drame de la rue Brillat-Savarin - 1900


Le drame de la rue de Tolbiac : un mari qui tue sa femme - 1902


Le drame de la rue de Tolbiac : un commis boucher blesse grièvement sa femme puis se suicide - 1936


Le drame de la rue de Tolbiac : Un soldat tire sur sa femme et la blesse mortellement - 1908


Le drame de la rue de Tolbiac : le cordonnier violent avait tué avec un tranchet - 1912


Le drame de la rue de Tolbiac : un drame passionnel fait deux morts - 1906


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895 (Petit-Parisien)


Le drame de la rue Jenner n°27 - 1893


Le drame de la rue Jenner n°6 - 1893


Le drame de la rue des Tanneries - 1932


Le drame des Gobelins - 1904


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte