Faits divers

 Place Pinel, un modèle tombe dans un guet-apens

Drame mystérieux

Place Pinel, un modèle tombe dans un guet-apens

C'est par deux femmes que fut attaquée Mlle Buisine. — Après que l'une l'eût aveuglée avec du poivre, l'autre la poignarda

Le Petit Parisien — 20 septembre 1911

La place Pinel, voisine du boulevard de la Gare, dans le treizième arrondissement, a été le théâtre hier soir d'une tentative d'assassinat, encore entourée de mystère.

Il était un peu plus de neuf heures et demie, lorsqu'un taxi-auto déboucha de la rue Esquirol et s'arrêta sur la place. Deux jeunes femmes, vêtues avec une certaine élégance, en descendirent.

La place Pinel

Celle qui semblait la plus âgée, une grande blonde, paya le chauffeur. L'autre tandis que I’auto s'éloignait, gagna l'angle de la rue Pinel, où sa compagne alla bientôt la rejoindre. Elles se concertèrent un instant et se séparèrent: La première alla se poster à l'une des extrémités de la place ; sa compagne demeura au coin où elle s'était arrêtée tout d’abord.

Peu après, une troisième femme passa Elle traversait la place Pinel, se dirigeant vers Le boulevard de la Gare, lorsque la grande blonde s'élança sur elle et lui jeta au visage une poignée de poivre en poudre.

La malheureuse poussa un cri et tenta de fuir, mais, littéralement aveuglée elle ne put aller bien loin...

Rejointe aussitôt par la compagne de celle qui l'avait attaquée tout d'abord, elle tomba bientôt, frappée en pleine poitrine de deux coups de stylet.

Un ouvrier mécanicien de M. Benoist demeurant rue du Gaz, oui avait assisté de loin il cette scène dramatique, alla prévenir les agents.

L'état de la blessée, transportée dans une pharmacie, fut jugé grave. Elle portait de profondes blessures au-dessous du sein gauche. On la conduisit à l'hôpital Cochin.

M. Yendt, commissaire du quartier Croulebarbe, ouvrit une enquête. La victime une jeune femme de vingt et un ans, Mlle Alice Buisine, posait à l'école des Beaux-Arts. Elle habitait chez sa mère, 28, rue Watteau.

Longtemps, elle avait fréquenté les établissements du quartier Latin mais, il y a quelques mois, dégoûtée de la vie galante, elle avait adopté une existence plus régulière.

Interrogée par le magistrat, Mlle Buisine lui a déclaré qu'elle n'avait pu reconnaître les femmes qui l'avaient attaquée. Elle avait tout lieu de croire, ajouta-t-elle, que celles- ci avaient agi pour le compte d'une de ses anciennes rivales qu'elle a refusé de nommer.

Le service de la sûreté, informé, a été chargé d'éclaircir cette affaire.


A lire également

Une bagarre Place Pinel - 1899


Dans Le Matin, le lendemain...

Louise Buisine, qui fut attaquée, l'avant-dernière nuit, place Pinel, par une inconnue, a été interrogée hier par M. Yendt, commissaire de police. La jeune femme, qui n'a d'ailleurs été blessée que très légèrement, a déclaré ne pas connaître son agresseur et a refusé de porter plainte.

Le Matin — 21 septembre 1911

À lire également...

Quartier de la Salpétrière

On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant

1911

M. Jean Fatigué, un gars de vingt-quatre ans, lavait à grande eau, hier matin, le pont de la Louise, une longue péniche noire qui, depuis quelques jours, est amarrée au quai d'Austerlitz, non loin du pont de Bercy.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le drame de la rue Brillat-Savarin

1900

Rue Brillat-Savarin, dans un modeste logement du troisième étage, habitait depuis quelque temps un journalier, Jean Simon, âgé de quarante ans, et sa fille, laquelle fréquentait un employé de commerce, Lucien Grandet, qui venait la voir quotidiennement.

...


Quartier de la Gare

Un drame place Pinel

1935

Je déclare avoir tué ma femme à coup de hache.

...


rue Nationale

Au fond d’un puits

1879

Voici de nouveaux renseignements sur l'éboulement qui s'est produit avant-hier dans un puits de la rue Nationale.

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

Compte tenu d'une croissance importante du nombre des décès accidentels dans Paris depuis la fin des années 1870, des postes de secours furent installés dans plusieurs arrondissements dont l'un se situait sur le Quai d'Austerlitz à l'embouchure du canal de la Bièvre. Ces pavillons étaient munis de couvertures, matelas, boites de secours et matériel approprié au sauvetage des noyés.

*
*     *

C'est en 1897 que fut achevé le percement de la dernière partie de la rue Bobillot entre la place d'Italie et la rue de la Butte-aux-Cailles.

*
*     *

En octobre 1936, une épidémie de diphtérie sévissait parmi les enfants fréquentant les écoles de la rue Daviel et habitant dans l’îlot insalubre de la Glacière. Huit cas dont un mortel étaient établis à la date du 31 octobre.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.