Faits divers

 Des agents de police chassent un renard à coups de pèlerines - 1939

Des agents de police chassent un renard à coups de pèlerines

La bête avait dû s'évader d'une baraque foraine place d'Italie

Le Matin — 24 juillet 1939

Les enfants en venant jouer, hier vers 8 heures dans le petit square situé au centre de la place des Peupliers (13e), aperçurent, à leur grand effroi, un renard dans les massifs, l'animal avait, pendant la nuit, réussi à s'introduire dans le square en poussant une porte, mais n'avait pu en ressortir. Aux cris des enfants, plusieurs personnes accoururent et devant l'attitude menaçante du renard qui, énervé par le tapage, montrait les dents, jugèrent bon d'alerter police-secours.

La place des Peupliers, aujourd'hui place de l'abbé Georges Hénocque

Les agents arrivèrent, mais la bête sauta par dessus le treillage clôturant le square. Une chasse au renard s'organisa alors dans le quartier.

Finalement, des renforts ayant été appelés, l'animal fut cerné, rue Kuss, par une trentaine de gardiens de la paix. C'est sous une porte cochère, qu'enfin acculé, on put le capturer en l'aveuglant à l'aide de pèlerines d'agents.

L'opération ne se déroula, du reste, pas sans mal, puisque l'un des belluaires improvisés fut cruellement mordu à la main droite L'animal, un renard charbonnier adulte, fut ensuite expédié à la fourrière où l'on attend que son propriétaire se fasse connaître.

On suppose, en effet, que la bête s'est échappée de l'une des ménageries ou des baraques foraines qui se trouvent actuellement installées place d'Italie.

À lire également...

Une bataille sous une porte

1903

La pluie qui tombait à verse hier matin forçait, vers onze heures, des passants à se réfugier sous une porte cochère de la rue de Tolbiac

...


Esclave de sa Colère

1895

Bien que Sénèque ait dit « La colère est une courte folie », elle n'est pas toujours excusable, surtout lorsqu'elle se manifeste par des accès trop fréquents.
C'est le cas de la nommée Augustine Couffier, âgée de trente-huit ans, ménagère, demeurant rue des Malmaisons.

...


Le mystère du boulevard Masséna

1894

Celui-ci leur dit qu'en effet, la veille au soir, vers 9 heures 1/2, une dame, répondant au signalement donné, lui avait demandé son chemin pour aller boulevard Masséna, numéro 15, mais qu'il ne l'avait plus revue. Ces messieurs suivirent le boulevard Masséna, où ils cherchèrent en vain le numéro 15, qui n'existe pas.

...


rue de la Colonie

Les chevaux furieux

1873

Un vieillard de soixante-dix-sept ans, le sieur D..., rentier, demeurant rue de la Colonie, suivait hier, vers trois heures de l'après-midi, le bord de la petite rivière de Bièvre, près de la rue du Pot-au-Lait...

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le Théâtre Saint-Marcel situé 31 rue Pascal, bâti en 1830, donnait essentiellement des drâmes, des comédies et des vaudevilles de l'ancien répertoire.

*
*     *

C'est en octobre 1894 que le conseil municipal de Paris décida, sur le rapport de M. Caplain, que la rue du Pot-au-Lait serait désormais appelée rue Brillat-Savarin. On décida lors de la même séance que la rue des Cornes prendrait le nom de rue Oudry.

*
*     *

C’est en 1877 que la rue du Marché aux porcs, ainsi dénommée en raison de sa proximité avec un ancien marché aux bestiaux prit le nom de rue de la Vistule. Sa longueur est de 230 mètres.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner