Faits divers

 La veuve Rigolot a malgré tout de la chance - 1873

Boulevard de la Gare

La veuve Rigolot a malgré tout de la chance

Le XIXe Siècle — 12 mai 1873

La dame veuve Rigolot est une bonne vieille qui tient, boulevard de la Gare, 6, une baraque pour la vente des journaux. Elle y arrive tous les matins régulièrement à neuf heures, et, comme elle y reste jusqu'à une heure avancée de la soirée, elle y a disposé une sorte de buffet dans lequel elle place des bouteilles de vin et les petites provisions nécessaires pour ses repas.

Informé de ces diverses circonstances, un voleur pénétra hier matin dans la baraque, s'empara d'une somme d'argent qu'il trouva dans le tiroir et fit ensuite un paquet de quelques effets d'habillement appartenant à la marchande, des journaux qui restaient de la vente de la veille, enfin de tout ce qu'il était possible d'emporter.

Il tira alors sa montre et, voyant qu'elle marquait sept heures et demie, il pensa qu'il avait largement le temps de déjeuner.

En conséquence, il visita le buffet. Il y avait un morceau de pâté et du pain dont il fit son profit, puis il donna l'accolade aux bouteilles. Dans cette agréable occupation, les instants s'écoulèrent rapidement et il était huit heures quand il songea enfin à se retirer.

En ce moment arrivait la veuve Rigolot. Toute la nuit elle avait été tourmentée parce qu'elle s'était souvenue qu'elle avait oublié d'emporter le soir son argent, et qu'elle avait l'appréhension d'être victime d’un vol.

Ce pressentiment fit qu'elle s'éveilla de bon matin et que, pour la première fois, elle devança l'heure habituelle de son arrivée à la baraque. Elle y trouva le filou achevant la dernière bouteille et elle cria de toutes ses forces : « Au voleur ! »

Le coquin s'enfuit avec agilité ; mais des gardiens de la paix se mirent à sa poursuite et parvinrent à le rejoindre. Il a été reconnu pour un carroubleur émérite, et, après constatation, le commissaire de police du quartier, chez qui il avait été conduit, l'a envoyé au Dépôt.

À lire également...

Le perroquet enlevé

1896

Dans le quartier Croulebarbe vit un perroquet centenaire, nommé Jacquot, magnifique ara gris, à queue rouge-pourpre, comme la trame d'un cardinal. Ce vénérable personnage habite depuis plus de quatre-vingts ans au sein de la même famille.

...


Des bandits en auto dévalisent une passante puis attaquent une crémière

1931

D'audacieux bandits, des jeunes gens, si l'on en croit le signalement donné par les victimes, ont opéré, l'autre nuit, d'abord rue du Bois-de-Boulogne, à Neuilly, puis rue Brillat-Savarin, en utilisant une automobile volée.

...


Rue Rubens

Encore l’assistance !

1896

Un de nos confrères du matin raconte qu'un nommé Henri Franck serait mort dans un chauffoir de la rue Rubens, après s'être vu refuser l'entrée de l'Hôtel-Dieu.

...


rue Nationale

Au fond d’un puits

1879

Voici de nouveaux renseignements sur l'éboulement qui s'est produit avant-hier dans un puits de la rue Nationale.

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le premier coup de sonde du puits artésien de la Butte-aux-Cailles a été donné le 28 août 1866.

*
*     *

La rue Küss honore le dernier maire français de la capitale alsacienne en 1871, année de sa mort, le jour même où les députés de l'Assemblée nationale décidèrent de céder l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne. Émile Küss était un savant physiologiste de la faculté de Strasbourg.

*
*     *

En 1869, on décida que l’avenue située entre la place d'Italie et la rue de Gentilly, va devenir avenue Sœur Rosalie, pour perpétuer la mémoire de la femme vertueuse dont le dévouement fut si utile à tant de nos braves soldats. On se souvient que c'est cette héroïque sœur de charité qui, en juin 1848, couvrit de son corps un officier de la garde mobile que les insurgés voulaient massacrer, et qu'elle eut le bonheur de sauver.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner