Faits divers

 Les étrangleurs de Paris - 1895

Les étrangleurs de Paris

Gil Blas — 25 mars 1895

Le treizième arrondissement, par delà les Gobelins, dans les parages de l'avenue et de la barrière d'Italie, est certainement, de tous les coins excentriques de Paris, le plus mal famé et le plus dangereux pour la sécurité des passants attardés.

Il y a dans ces confins reculés, où il ne fait pas bon s'aventurer seul à partir d'une certaine heure, de véritables coupe-gorge, infestés de rôdeurs, de redoutables bandes d'étrangleurs, habiles à pratiquer le fameux coup classique dit « du père François ». Et, surtout depuis quelque temps, il ne se passait pas de nuit qu'on n'eût de nouvelles agressions à enregistrer.

Aussi, le chef de la sûreté résolut de faire une expédition pour purger une bonne fois ces quartiers mal hantés. Il partait en guerre, la nuit dernière, à la tête d'une escouade d'une vingtaine d'inspecteurs.

Bref, quatorze furent relâchés. Quarante ont donc été écroués au matin. Ils comparaîtront devant le tribunal correctionnel sous les inculpations les plus diverses. Il y a de tout dans ce nombre : des voleurs, des repris de justice, des gens à qui le séjour de Paris était interdit ou que l'on recherchait pour divers délits, toute une pègre des bas-fonds parisiens, une sorte de dessus du panier du crime.

Précisément au moment où M. Cochefert pénétrait dans un des bars, une fille Ventadoux frappait d'un coup de couteau dans le dos un consommateur nommé Soller, ouvrier corroyeur, avec qui elle avait une discussion. L'état de la victime n'est pas grave. La fille a été arrêtée.

On va pouvoir respirer un peu maintenant du côté de la place d'Italie. M. Cochefert, pendant qu'il est en train de se livrer à cette bonne et utile besogne d'épuration, devrait bien continuer et aller faire un petit tour dans les environs de Montrouge et derrière la gare Montparnasse. Il trouverait aussi surement une bonne « cueillette » de rôdeur et de filles à faire par là.



À lire également...

A l'hôpital de la Pitié un fou cherche à tuer un surveillant de nuit

1908

Une effrayante tragédie s'est déroulée, dans la nuit d'hier, à l'hôpital de la Pitié. Frappé subitement de folie furieuse, un malade en traitement dans la salle Piorry, Charles-Albert Baxloy, âgé de trente ans, habitant 10, rue Dunois, dans le treizième arrondissement, a tenté de tuer un veilleur de nuit, M. Julien Mercier, âgé de quarante ans.

...


Le pénible drame du quartier Croulebarbe

1929

Lamentable drame que celui qui jeta, hier soir, l'émoi dans le populeux quartier Croulebarbe.

...


Un drame dans une ménagerie

1904

Les époux Droxeler, connus, le mari, sous le nom du dompteur José, et la femme sous celui de la Goulue, promènent, comme on le sait, dans les foires parisiennes une ménagerie qui fait de temps en temps parler d'elle. Cette ménagerie est actuellement installée avenue d'Italie, en face de la gare de la Maison-Blanche.

...


avenue des Gobelins

En plein jour des gangsters en auto dévalisent une bijouterie parisienne

1938

Hier après-midi, à 15 heures, une automobile — immatriculée 5723 - RL — occupée par plusieurs individus, s'arrêta brusquement devant le numéro 35 de l'avenue des Gobelins, à l'angle de la rue de la Reine-Blanche. Tout le rez-de-chaussée de l'immeuble situé à cette adresse est occupé par les vitrines de la bijouterie « À la Reine Blanche »...

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

En mars 1897, M. Yendt, officier de paix, était nommé commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe, en remplacement de M. Perruche, admis à faire valoir ses droits à la retraite.

*
*     *

Le monument élevé à la Gloire des mères françaises implanté sur le boulevard Kellermann à proximité de la porte d'Italie est dû au ciseau des sculpteurs Henri Bouchard et Alexandre Descatoire. Le jardin qui l'entoure a éré dessiné par l'architecte Paul Bigot. Ce monument a été inauguré le 23 octobre 1938 par le président de la République, M. Albert Lebrun. Le maréchal Pétain était présent à cette cérémonie.

*
*     *

C'est le 14 juillet 1863 que le premier coup de pioche, — car les premieres dizaines de mètres ont été creusés à la pioche par des puisatiers et non par un forage — du puits artésien de la Butte-aux-Cailles a été donné.

L'image du jour

La mairie du XIIIe