Faits divers

 La mère aux joujoux - 1894

La mère aux joujoux

Le XIXe Siècle — 8 décembre 1894

Une scène très amusante avait rassemblé un millier de personnes, hier soir, à la fête de la place d'Italie.

Une rentière du quartier, Mme V. B., adore les enfants, elle est très charitable. Mais elle a également un petit défaut : elle aime un peu trop la liqueur. De plus elle est d'un tour de taille plus que respectable.

Donc, hier, en prévision de la fête de Noël, la brave rentière avait acheté une infinité de guignols, polichinelles, pantins articulés, s'en était fait une ceinture et portait également dans un panier une grande quantité de poupées.

La fête foraine de la place d'Italie en 1899

Tous ces achats la fatiguant, la brave femme avait rendu de nombreuses visites aux marchands de vin de la place pour reprendre des forces. Ayant beaucoup marché, beaucoup bu, en arrivant près du manège Pezon, elle voulut se reposera et, s'appuyant contre la baraque, elle s'endormit.

Les gamins, sortant de l'école, aperçurent la bonne femme et les joujoux, On devine avec quel empressement ils se jetèrent dessus.

Fort heureusement, un brigadier de la paix s'aperçut des faits. Il se hâta de requérir deux de ses agents. Mais impossible de bouger de place l'énorme dormeuse. On emprunta une brouette de larges dimensions, et c'est dans cet équipage que la veuve V. B. a été reconduite à son domicile.

À lire également...

Sombre histoire de charbon

1937

Il n'est question dans le quartier Croulebarbe (XIII* arrondissement), que d'une histoire de détournement de charbon, dont ce qu'on en a pu savoir, suffit à faire le mystère dont on l'entoure volontairement.

...


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café

1939

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

...


La Folie de la Vitesse

1906

Un dramatique accident s’est produit, hier, vers deux heures de l’après-midi, boulevard Kellermann, sous les yeux de nombreux témoins qui ont été profondément impressionnés.

...


rue du Moulinet

Un drame à la Butte-aux-Cailles

1899

Il y a une quinzaine de jours, venait habiter, 23, rue du Moulinet, une famille de miséreux, composée d'un homme, d'une femme et de quatre enfants, âgés de seize, quatorze, douze et neuf ans. L'homme, Jules Saujon, est chiffonnier, journalier quand il trouve de l'ouvrage. La femme, veuve depuis huit mois...

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Le 7 décembre 1930, un beau dimanche, à l'angle de l'avenue des Gobelins et de la rue Philippe- de-Champaigne, le manœuvre géorgien Parmény Tchanoukvadzé, trente-six ans, abattait à coups de pistolet automatique M. Noé Ramichvili, quarante-neuf ans, ancien ministre de l'Intérieur du gouvernement menchevik de Géorgie, président à Paris du parti Tebanoukvadze social démocrate géorgien, blessant M. Menagarichvili, secrétaire du précédent, qui se portait au secours de son chef.

*
*     *

Jacques Daviel (1696-1762) fut un célèbre oculiste. Il fut le premier à réussir une opération de la cataracte et a été chirurgien du roi Louis XV. La rue Daviel porte son nom depuis 1894.

*
*     *

Lorsque la gare de marchandises de la rue de Tolbiac entra en fonctionnement en mai 1903, cette ouverture s'accompagna de la création d'une nouvelle porte pour Paris dite « Porte des Gobelins » dotée d'un bureau d'octroi pour surveiller les entrées et sorties des biens et des personnes de la capitale.

L'image du jour

La mairie du XIIIe