Faits divers

 La rafle de la place des Alpes - Le Journal - 1923

Mon Film

La rafle de la place des Alpes

Le Journal — 28 avril 1923

— Haut les mains ! Que personne ne sorte !...

Cinquante « détectives » envahissent cette salle de bal faubourienne où des centaines de « mecs à la redresse » et de « mômes » pour la plupart « bien balancées » transpirent une « java ».

Bagarre... Mais force reste à la loi et deux cents danseurs, dont cinquante danseuses, sont conduits en camions automobiles au quai des Orfèvres. Interrogatoires, vérifications d'identités. Les étrangers abondent ; en revanche, peu d'étrangères… Tout ce joli monde — ou presque — est conduit au Dépôt.

Tel est le fait divers, qui vient de nous être conté. Le bal où ce magnifique coup de filet a été donné est l'« Excelsior », place des Alpes. Et les reporters ajoutent : « Il est probable que l'on retrouvera parmi ces danseurs interlopes des voleurs internationaux que la police recherchait depuis pas mal de temps. »

Eh bien ! cela m'étonnerait.

Les voleurs internationaux ne doivent guère fréquenter les dancings dont les orchestres, riches en accordéons, réveillent les échos de la place des Alpes !

S'ils dansent la « Java », ce n'est pas dans ces quartiers lointains et ce n'est pas non plus en serrant dans leurs bras les mômes du boulevard de la Gare.

Je les imagine plutôt en smoking et gambillant dans les établissements chics avec des poules de luxe. Ils ne se font pas servir des saladiers de vin chaud ; sur leur table fleurie défilent les bouteilles d’extra-dry, qui, dans les seaux à glace, prennent des airs penchés.

Au fait, les vraies rafles, les rafles utiles, les rafles vraiment efficaces, ce n'est peut-être pas aux Gobelins, à Ménilmontant ou à la Glacière qu'elles s'imposent avec le plus d'urgence.

Les poissons ainsi capturés ne sont, en somme, que de petits poissons : les chalutiers de la Préfecture n'apportent au frigorifique du Dépôt qu'une marée assez banale et qui, salée et mise en boîte, ne me paraît pas valoir ce que représentent tant d'efforts dépensés, de frais accumulés, de dangers courus.

Il y a des pêches autrement miraculeuses à organiser dans les bas-fonds parisiens, mais ces bas-fonds ne sont pas situés dans les quartiers excentriques, et l'espèce frétillante qui y fait briller ses écailles d'émeraude et d'argent n'a rien de commun avec les pâles spécimens capturés à l'Excelsior de la place des Alpes.

Je voudrais lire un fait-divers ainsi conçu :

JOLI COUP DE FILET

La nuit dernière, la police a fait une descente dans plusieurs dancings très élégants. Une centaine d'individus en smoking et de poules de luxe ont été appréhendés. On a reconnu parmi eux divers rastas étrangers, des rats de palace, des souris de wagons-lits, des financiers véreux, des amis professionnels de vieilles coquettes, des entôleurs de riches étrangères, etc., etc.

Tout ce joli demi-monde a été conduit au Dépôt.

Vous ne trouvez pas que ce serait plus intéressant ?

CLÉMENT VAUTEL.


Publicité parue dns le même numéro du Journal

Ce texte est un éditorial portant le titre générique "Mon film". Le titre "La rafle de la place des Alpes" a été ajouté.


A lire également

Les surprises d’une rafle

À lire également...

Quartier Croulebarbe

Précoces Criminels

1895

Une tentative criminelle que ne renieraient pas des scélérats endurcis a été commise par trois gamins de douze à treize ans contre un autre enfant, le jeune Lucien Delagne, âgé de douze ans, écolier, demeurant chez ses parents, honnêtes ouvriers, rue du Champ-de-l’Alouette.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le crime de l'avenue d'Italie

1899

Au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique, un vieillard de soixante-trois ans avait installé, il y a quelque temps, un atelier de réparations de bicyclettes. Une jeune fille de vingt-six ans, nommée Lucie Carronneille, qu'il faisait passer pour sa fille, demeurait avec lui.

...


Amours séniles

1904

Subissant l'influence de l'été de la Saint-Martin, Paul Perrotel le « père Paul » comme on l'appelle dans le quartier des Gobelins bien qu'âgé de cinquante-huit ans, déclara sa flamme à une marchande de pommes de terre frites de la rue de Tolbiac, Louise Fléchel, qui compte, elle, cinquante-cinq ans.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Dans la Bièvre

1876

Les Parisiens connaissent mal, certainement, les bords de la Bièvre, bords peu enchanteurs et beaucoup trop parfumés par les nombreuses tanneries du voisinage. Rien de sinistre, le soir, comme ces sentiers déserts, peu éclairés, et où l'on pourrait être assassine cent fois sans être secouru.

...

Saviez-vous que... ?

La rue du Tibre, dans le quartier Maison-Blanche, a été ouverte sur l'emplacement d'une voirie d'équarrissage, elle a porté le nom de rue de la Fosse-aux-Chevaux, puis du Tibre, à cause de la Bièvre autour de laquelle ont été groupés des noms de fleuves.

*
*     *

En 1890, la raffinerie de sucre Say, installée boulevard de la Gare, produisait 20.000 pains de sucre par jour soit 240.000 kilogrammes.

*
*     *

Selon un article du Figaro du 29 août 1905, le 13e arrondissement comptait alors 938 jardins privés.

*
*     *

Le 1er mars 1932, un incendie ravageait la manufacture de chaussures, Grégoire, fondée en 1864 et qui s'étendait, 8 et 10, boulevard Kellermann, sur une superficie d'environ 5.000 mètres carrés, dont les trois quarts occupés par les ateliers et les bureaux, le reste étant formé de hangars.
Selon l’Humanité, le veilleur de nuit, M. Létrangleur, ne remarqua rien lors de sa ronde, à 18h20, après la sortie des ouvriers mais à 19 heures tout brulait. L’usine fut quasiment anéantie et 300 ouvriers furent au chômage mais l’usine renaitra de ses cendres.

L'image du jour

Eugène Atget - Bastion 87 boulevard Kellermann