Faits divers

 À propos d'anarchie - 1896

À propos d'anarchie

Le Journal — 14 juin 1896

 

La rue du Moulin-des-Prés non loin de l'angle de la rue Gérard

La théorie anarchiste ne semble pas avoir de bien fervents adeptes en les habitants des rues Gérard et du Moulin-des-Prés, dans le treizième arrondissement. La preuve en est que quelques-uns d'entre eux, qui réunis discouraient sur l'explosion du boulevard Haussmann, ont fait passer un fort mauvais quart d'heure à un énergumène qui par conviction ou en manière de paradoxe, faisait une apologie ampoulée de la propagande par le fait.

Quelqu'un de bon sens voulut faire observer à l'orateur qu'une bombe n'était pas un argument et frappait généralement des gens qui n'étaient pour rien dans notre organisation sociale.

« — Vous êtes tous des lâches et des imbéciles, s'écriait alors l'inconnu ; vous mériteriez bien d'être réduits en miettes.

» Vive l'anarchie ! Mort aux bourgeois ! continuait l'énergumène. Vous sauterez tous ! Je m'en charge. »

Un rassemblement considérable s'était formé ; les dernières menaces de l'anarchiste avaient surtout soulevé la colère de la foule.

« —A mort ! à mort ! » criait-on de toutes parts.

Et la foule, se surexcitant en criant, se mit en mesure, tout comme en la libre Amérique, de lyncher l'anarchiste.

Cette décision impromptue avait déjà reçu un commencement d'exécution quand M. Lilmann, sténographe à la Chambre, qui passait à ce moment, s'interposa et proposa de livrer le condamné à la justice régulière.

En conséquence, l'anarchiste dont le visage était inondé de sang et qui avait reçu de graves contusions, a été conduit au poste où M. Rocher, Commissaire de police, a procédé à son interrogatoire.

Cet individu a déclaré se nommer Alphonse Bargot, âgé de trente-huit ans, demeurant rue Traversière ; mais il a refusé de donner des explications.

— J'ai dit ce que je pense, a-t-il répondu au magistrat ; je refuse de répondre aux questions des policiers.

En présence de l'attitude du prisonnier, le commissaire l'a fait écrouer au Dépôt.

À lire également...

Sur le chemin de fer de Ceinture

Une scène scandaleuse

1894

Une scène scandaleuse s'est passée, avant-hier soir, vers cinq heures, sur la ligne du chemin de fer de Ceinture, dans la gare de la Maison-Blanche.

...


Le drame de la rue de Tolbiac : le cordonnier violent avait tué avec un tranchet

1912

Le cordonnier Auguste Seigneur, âgé de vingt-huit ans, est un homme d'une extrême violence. Il comparaissait, hier, devant la cour d'assises de la Seine sous la double accusation d'homicide volontaire et de coups et blessures.

...


Boulevard d'Italie

La maison hantée

1902

Auprès de la Bièvre, au numéro 153 du boulevard d'Italie, se dresse une maison de trois étages, étayée de toutes parts et inhabitée depuis longtemps...

...


Passage Prévost

La soupière homicide

1899

Jean Gibert est un terrassier d'une quarantaine d'années, fort comme un Turc et même comme deux. Aussi, dans les parages de son domicile, passage Prévost, passe-t-il pour un monsieur à qui il ne faut pas marcher sur le pied.

...

Saviez-vous que... ?

Le 19 juillet 1927, le nom de rue de Gentilly fut donné à la rue du Gaz. Le nom de rue de Gentilly avait été, jusqu'en 1899, celui de la rue Abel-Hovelacque d'aujourd'hui. Cette nouvelle rue de Gentilly perdit ensuite son nom au profit de Charles Moureu et d'Albert Bayet.

*
*     *

Le 3 janvier 1920, la cote de la Seine avait atteint 6,36 m à deux heures de l'après midi au Pont d'Austerlitz. Le quartier de la Gare était innondé.

*
*     *

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Jusqu'en 1865, la rue de Patay (bourg du Loiret où Jeanne d'Arc défit les Anglais en 1429) portait le nom de boulevard de Vitry.

L'image du jour

PLace d'Italie