Faits divers

 Une vache à l’eau - abattoirs - 1882

Une vache à l’eau

Le Figaro — 9 juillet 1882

On parle souvent de « vache à lait ». Hier, dans le treizième arrondissement, on ne parlait que de la « vache à l'eau. »

Une vache échappée de l'abattoir de Villejuif avait descendu le boulevard de l'Hôpital, poursuivie par des garçons bouchers et des gardiens de la paix. Elle s'engagea sur le pont, où un cocher de fiacre lui barra le passage, en plaçant sa voiture en travers de la chaussée.

L'intérieur des abattoirs de Villejuif (1901)
Jean Barry, Photographe
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

La vache, arrêtée un instant par l'obstacle, fit un crochet et, au lieu de retourner sur ses pas, s'élança vers le parapet, le franchit d'un bond et exécuta un formidable plongeon dans la Seine. Des gens bien surpris furent non seulement les passants, mais, les mariniers du bord du fleuve, en voyant l'animal reparaître à la surface du fleuve et nager au fil du courant. Ils se mirent à sa poursuite dans une barque, le rattrapèrent, l'amarrèrent avec des cordages et le ramenèrent sur la berge, où il fut attaché à un arbre en attendant que les gens de l'abattoir vinssent le chercher.

À lire également...

Un Agent parachute

1894

La jeune Louise Cardon, âgée de quatre ans, demeurant chez ses parents, rue Broca,était montée, sur une chaise...

...


Le meurtrier de Gauzy est arrêté

1914

Les inspecteurs du quatrième district ont retrouvé les deux clients qui, consommant mardi soir au café des Trois Marches vertes, furent témoins de l'attentat.

...


Rue des Cordelières

Rue des Cordelières : Le bébé qu'une femme promenait sans pitié à 5 heures du matin était en celluloïd

1938

L'humanité de quelques passants matinaux était choquée, hier, vers 5 heures, rue des Cordelières, par une scène effectivement étrange. Une marâtre — vraisemblablement — allant et venant sans souci de l'air frais, cruel aux petites bronches, promenait une voiture de bébé dans laquelle se distinguait un pauvre petit corps d'enfant.

...


Quartier de la Maison-Blanche

L'empoisonneur de la rue Cacheux

1896

Bien que septuagénaire, Alexandre Lemaire, journalier, demeurant 3, rue Cacheux, prenait pour maîtresse, il y a quatre ans, une femme G..., âgée de cinquante ans, et avait d'elle une petite fille.

...

Saviez-vous que... ?

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

Par son vote du 26 mai 1859, la Chambre des députés décidait de porter, à compter du 1er janvier 1860, les limites de Paris jusqu'au pied du glacis de l'enceinte fortifiée. Cette loi désignait le 13ème arrondissement sous le nom d'arrondissement des Gobelins.

*
*     *

La rue Duméril s'appela rue du Gros-Caillou au XVIIè siècle, puis fit partie de la rue du Marché-aux-Chevaux. Son nom actuel lui fut donné en 1865 en l'honneur de Constant Duméril, naturaliste (1774-1860). La rue ne communique avec le boulevard que par un escalier.

*
*     *

Le 8 février 1885, vers dix heures, deux chevaux attelés à un camion de la compagnie du Nord, chargé de charbon, s’emportaient, rue du Moulinet : malgré les efforts du charretier, le nommé Bruli, ils n'ont pu être maintenus, la pente de la rue étant très rapide en cet endroit, et ils sont allés s'abattre contre un mur de clôture, passage Vandrezanne, n° 10.
Par suite, un des chevaux a été tué sur le coup, l'autre s'est blessé fortement aux jambes. Un pan du mur s'est écroulé, une porte a été brisée et le camion a été mis en pièces. Par un hasard providentiel, le charretier Bruli n'a eu aucun mal.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare