La bande des deux moulins - 1894

La « bande des deux moulins »

Journal des débats politiques et littéraires — 13 novembre 1894

Une véritable bataille s'est livrée hier soir, vers onze heures et demie, boulevard de la Gare, entre ouvriers et rôdeurs.

La querelle avait pris naissance dans un bal de l'avenue de Choisy. Les gardes républicains de service ayant prié les ouvriers, au nombre de six, de se retirer, ceux-ci obéirent. Mais, aussitôt après, on expulsait leurs adversaires.

Furieux de cette mesure, les rôdeurs rejoignirent les ouvriers, les attaquèrent, le couteau à la main. Ils étaient fort nombreux. Pour se défendre, les autres s'armèrent aussi de leurs couteaux. Le sang coûta. Alors, les agresseurs, sortant des revolvers, firent feu coup sur coup. Une dame qui passait à dix mètres de là, reçut une balle dans la cuisse.

A ce moment, accourait M. Perruche, commissaire de police. à la tête d'une escouade de gardiens de la paix. Les rôdeurs prirent la fuite. On les poursuivit. L'un d'eux fut arrêté.

Il était blessé à la jambe et au ventre de deux coups de couteau. C'est un nommé Jean Boutrain, qui fait partie d'une bande de malfaiteurs, « la bande des deux moulins ».

Deux ouvriers ont reçu des blessures graves ; un maçon, Émile Bonnet, qui a été frappé d'une balle dans l'œil gauche, d'une balle dans la joue gauche, d'un coup de couteau au cou, d'un autre à l'oreille droite ; son état est désespère; un ébéniste, Joseph Verdonek, a été atteint d'un coup de couteau au côté gauche.

Boutrain, Bonnet et Verdonek ont été transporté a. l'hôpital de la Pitié.

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme