Folie d'un Soldat - 1897

Folie d'un Soldat

Le Petit-Parisien — 20 mars 1897
L'entrée de la caserene Lourcine , boulevard Arago

M. Francis G..., âgé de quarante-deux ans, représentant de commerce, demeurant rue du Faubourg Saint-Jacques, passait hier soir vers dix heures sur le boulevard Arago, lorsqu'un soldat d'infanterie de marine en petite tenue l'accosta en s'écriant :

— Dites donc, vous, pourquoi ne me saluez-vous pas ? Votre voyez bien que je sais le généralissime des armées de terre et de mer.

M. G… comprenant que le marsouin était fou, ou tout au moins ivre, jugea ne pas devoir le contredire ; aussi lui répondit-il :

— Vous avez sans doute raisons mais comme je suis civil, j'ai cru être dispensé de vous rendre les honneurs qui vous sont dus.

Mais le soldat, qui évidemment était privé de raison, le prit au collet en lui déclarant qu'il allait le faire emprisonner.

Des agents, attirés par le bruit de la querelle accoururent et conduisirent le militaire au commissariat de M. Perruche.

— Oui, dit-il au magistrat, je suis le généralissime, et je vous ordonne d'arrêter cet individu qui m'a manqué de respect. C'est moi l'organisateur de la « revanche », tout bon Français doit le savoir.

Enfin après bien des difficultés, le commissaire apprit que le « marsouin » se nommait Georges B… actuellement en congé de convalescence chez ses parents rue de la Glacière.

 

Ailleurs sur Paris-Treizieme