Faits divers

 paris-treizieme.fr — La « Folie russe » (1896)

La « Folie russe »

Le Petit-Parisien — 15 octobre 1896

Il est à remarquer que les grands événements ont leur répercussion dans le cerveau des malheureux que la folie guettait évidemment depuis longtemps. Le séjour des souverains russes à Paris n'a pas manqué de fournir son contingent de fous.

Le Petit-Parisien a enregistré déjà plusieurs cas, les plus curieux ; mais la série n'est pas finie. La folie russe a fait hier de nouvelles victimes.

La première est un nommé Augustin Junian âgé de trente-quatre ans ouvrier ferblantier demeurant rue Pinel

L'infortuné s'imaginait être un messager d'état de l'empereur de Russie poursuivi par une bande de loups au milieu des steppes .

Hier matin, vers quatre heures, Junian courait à perdre haleine sur le boulevard de l'Hôpital se retournant de temps à autre pour tirer des coups de revolver sur des fauves imaginaires.

Un projectile atteignit à la cuisse droite une chiffonnière la veuve Florentine Maphes, âgée de cinquante-huit ans, demeurant rue des Malmaisons qui était en train de faire sa cueillette.

Aux cris de la blessée et au bruit des détonations, des gardiens de la paix accoururent et s’emparèrent non sans peine de l'aliéné.

— Laissez-moi, criait Junian, il faut que je transporte les dépêches du tsar il compte sur moi. Aidez-moi plutôt à tuer les loups.

Monsieur Perruche, commissaire de police, qu'on était allé prévenir a fait conduire le pauvre fou à l'infirmerie spéciale du Dépôt.

À lire également...

Sur le chemin de fer de Ceinture

Une scène scandaleuse

1894

Une scène scandaleuse s'est passée, avant-hier soir, vers cinq heures, sur la ligne du chemin de fer de Ceinture, dans la gare de la Maison-Blanche.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le crime de l'avenue d'Italie

1899

Au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique, un vieillard de soixante-trois ans avait installé, il y a quelque temps, un atelier de réparations de bicyclettes. Une jeune fille de vingt-six ans, nommée Lucie Carronneille, qu'il faisait passer pour sa fille, demeurait avec lui.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Un joli monde

1893

Au n° 1 de la rue Tiers, à côté de la place d’Italie, existait un bouge des plus mal famés, connu sous le nom de la «Treille», et tenu par un individu du nom d'Hallaens, où se réunissaient tous les souteneurs et toutes les filles du quartier.

...


Place d'Italie

Un drame dans une ménagerie

1888

Le bruit courait, hier, à la foire établie en ce moment avenue des Gobelins et boulevard d’Italie, que Pezon avait été grièvement blessé par un de ses pensionnaires.

...

Saviez-vous que... ?

Le 24 décembre 1939, Paris-Soir nous apprenait que Mme Marthe Pouchenel, 20 ans, avait glissé sur le verglas dans la cour de l'immeuble où elle demeurait, 23, rue Bourgon et avait été admise à l'hospice de Bicêtre.

*
*     *

Les batiments anciens de la gare d'Austerlitz ont été construits en 1867 sous la direction de l'architecte Renault.

*
*     *

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

C’est en 1877 que la rue du Marché aux porcs, ainsi dénommée en raison de sa proximité avec un ancien marché aux bestiaux prit le nom de rue de la Vistule. Sa longueur est de 230 mètres.

L'image du jour

La Zone à la Poterne des Peupliers

Le fossé des fortifications est alors occupé par des jardins. On remarquera la différence d'aspect du mur des fortifications entre la droite et la gauche de la poterne des Peupliers. Le mur à gauche a été entièrement refait après son éboulement consécutif à 'éclatement de conduites d'eau passant sous le boulevard Kellermann en janvier 1912.