Faits divers

 paris-treizieme.fr — Le Chien et la Génisse à six pattes (1896)

Le Chien et la Génisse à six pattes

Le Petit Parisien — 19 juillet 1896

Il y a parmi les nombreux forains installés avenue des Gobelins, depuis la fête nationale, une baraque en bois tenue par M. Lecot et dans laquelle on exhibe pour quelques centimes une génisse à six pattes. Ce « phénomène vivant » possède en effet, à l’épaule gauche, un appendice charnu terminé par deux pattes et long de quatre-vingts centimètres environ.

La Fête des Gobelins - Eugène Atget - juillet 1898

M. Lecot qui est un employé retraité de la Compagnie du chemin de fer de Lyon, tient beaucoup à sa génisse, qui lui rapporte de jolis bénéfices.

Or, il y a deux jours, un nommé José Moldaen, sorte de bohémien sans profession bien définie, qui habite une roulotte dans un terrain vague de l'avenue d’Ivry, vint proposer à M. Lecot de lui vendre son phénomène, ce que le forain refusa catégoriquement.

Moldaen insista avec ténacité, puis finit par s'emporter et par injurier le propriétaire de la génisse. Celui-ci, impatienté, mit le bohémien à la porte en lui disant :

— Vous êtes un insolent qui voudriez, j'en sais sûr, me tromper, car j'ai payé ma bête mille francs, et je me demande où vous prendriez une pareille somme.

Moldaen se retira en proférant des menaces.

La nuit dernière, vers trois heures du matin, M. Lecot, qui couche dans un petit réduit attenant à la baraque, fut réveillé en sursaut par les aboiements furieux de son chien, énorme danois auquel est confiée la garde du phénomène. Le forain, s'armant d'un revolver et muni d'une lanterne, pénétra dans la baraque.

Il aperçut Moldaen gisant sous le chien, qui le tenait à la gorge.

M. Lecot fit lâcher prise au molosse et remit le bohémien entre les mains des gardiens de la paix, qui le conduisirent au poste où M. Perruche vint l'interroger.

Le malfaiteur avoua au magistrat que son intention était de couper l’appendice de la génisse et de lui enlever de ce fait sa valeur.

Après avoir été sommairement pansé, il a été transporté à l'hôpital de la Pitié, où on l'a consigné à la disposition de la Justice.

À lire également...

L'Accident de la Poterne des Peupliers a fait 300,000 francs de dégâts.

1912

Mettant à profit les loisirs d'un dimanche ensoleillé, près de vingt mille Parisiens ont défilé hier, sous la poterne des Peupliers, pour se rendre compte des dégâts causés par l'accident de samedi soir.

...


Quadruple empoisonnement

1893

On appelle arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., qui, après avoir été accommodés par certains commerçants exploitant ce commerce, sont revendus par eux, pour quelques sous, aux ouvriers nécessiteux.

...


Des agents de police chassent un renard à coups de pèlerines

1939

Les enfants en venant jouer, hier vers 8 heures dans le petit square situé au centre de la place des Peupliers (13e), aperçurent, à leur grand effroi, un renard dans les massifs...

...


rue Duméril

Le meurtre de la rue Duméril

1895

Un nommé Émile Bitlebel, âgé de dix-neuf ans, demeurant rue du Château-des-Rentiers, avait séduit une jeune fille, Mlle Amélie R..., âgée de dix-huit ans, journalière, domiciliée rue de la Reine-Blanche.

...

Saviez-vous que... ?

En 1860, Il y avait un commissariat pour deux quartiers dans chaque arrondissement de Paris. Pour le 13e, ces commissariats étaient installés 36 route d'Italie pour Croulebarbe et la Maison-Blanche et 62 boulevard de l'Hôpital pour les quartiers de la Salpêtrière et de la Gare.

*
*     *

Le XIIIème arrondissement avait une superficie de 625 hectares à sa création.

*
*     *

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues", un film avec la charmante Jeanne Helbling que celle-ci avait tourné avec l'excellent Nicolas Rimsky. Jeanne Helbling partageait la vedette avec Mmes Jenny Luxeuil Jeanne Brindean et Annabella.

*
*     *

Lorsque la gare de marchandises de la rue de Tolbiac entra en fonctionnement en mai 1903, cette ouverture s'accompagna de la création d'une nouvelle porte pour Paris dite « Porte des Gobelins » dotée d'un bureau d'octroi pour surveiller les entrées et sorties des biens et des personnes de la capitale.

L'image du jour

La Zone à la porte de Bicêtre