Faits divers

 paris-treizieme.fr — L’ara et le chiffonnier (1896)

L’ara et le chiffonnier

Le Figaro — 3 septembre 1896

Une fruitière de la rue Dolomieu, Mme V..., était hier en proie à la plus profonde désolation. On lui avait volé son Jacquot, un magnifique ara multicolore et plus qu’octogénaire, que lui avaient pieusement légué ses grands-parents.

Jacquot n’était point un oiseau banal et malgré son grand Age, ne se répétât pas trop souvent. Son répertoire était des plus variés ; tantôt, se souvenant de sa première éducation, qui lui avait été inculquée par un matelot, il jurait comme un Templier, surtout quand les gamins lui tiraient sa magnifique queue rouge. Si, au contraire, on s'arrêtait pour l'admirer, Jacquot, se campant fièrement sur son perchoir, faisait entendre des airs d'opéra ou se complaisait dans l’imitation des chanteurs des rues. Il était, de plus, tout fier de se rendre utile et, dès qu’un client franchissait le seuil de la boutique, il criait de sa plus belle voix :

— Voyez caisse ! Il y a du monde.

Les talents variés que possédait cet oiseau faillirent causer sa perle. Il excita la convoitise d’un chiffonnier, Baptiste Guinet, demeurant rue du Pot de-fer, qui, profilant de l'inattention de Mme V..., vola Jacquot.

Toute en larmes, l’infortunée fruitière alla conter sa peine au commissaire de police de son quartier, M Perruche.

— Consolez-vous, ma brave dame, lui dit le magistrat, vous retrouverez certainement votre perroquet. Tous les oiseaux de celle race étant fort intelligents, vous n’avez qu’à aller vous promener dans le quartier en appelant Jacquot, il ne manquera point de vous répondre. Je vais vous faire, déplus, accompagner par un agent qui me ramènera le voleur sans aucun doute.

Ainsi fut fait. La brave dame et l’agent, après une course assez longue, arrivèrent rue du Pot de Fer, Mme V... clamant toujours d’une voix désolée :

— Jacquot ! Jacquot !

De joyeux cris répondirent à cet appel.

— Plan ! Rataplan ! Portez armes ! Voyez caisse !

Point de doute, c’était Jacquot qui répondait. Les cris partaient d’une vieille bicoque qu'habitait le chiffonnier. Et, de suite, on découvrit l'ara que Guinet avait enfermé dans une malle.

L’oiseau a été rendu à son perchoir et Guinet enfermé au Dépôt.

À lire également...

Quartier de la Gare

La bagarre de la cité Jeanne-d'Arc

1902

Nous n'avons point à faire ici la description de la cité Jeanne-d'Arc. On a dépeint à plusieurs reprises, dans ce journal, cette cour des Miracles moderne, avec ses masures sordides ses cloaques infects et sa population de miséreux, de toute sorte.

...


Le meurtrier de Gauzy est connu

1914

Hier matin, M. Boudeau, commissaire de sûreté du 4e district, ainsi que M. Fauvel, secrétaire du commissariat de la Gare, avaient acquis la certitude que Gauzy avait été blessé à l'intérieur du café des Trois Marches vertes et que le chiffonnier Georges Colson avait dit vrai

...


« Entends-tu ma voix qui t'invite ? » - 1905

1905

Jean Rousseau, dit « Guibollard », dix-neuf ans, et Lucien Fraisier, dit le « Petit-Rat », seize ans, avaient résolu d'offrir à leurs amis de la poterne des Peupliers un repas à l'instar de ceux que s'offrent les bourgeois.

...


Boulevard Kellermann

Double accident

1898

Un grave accident, dû à l’imprudence des victimes, est arrivé avant-hier soir à deux jeunes cyclistes, sur le boulevard Kellermann.

...

Saviez-vous que... ?

Le 19 juillet 1927, le nom de rue de Gentilly fut donné à la rue du Gaz. Le nom de rue de Gentilly avait été, jusqu'en 1899, celui de la rue Abel-Hovelacque d'aujourd'hui. Cette nouvelle rue de Gentilly perdit ensuite son nom au profit de Charles Moureu et d'Albert Bayet.

*
*     *

C'est la création de la rivière et des lacs du bois de Boulogne qui fit perdre aux prairies de la Glacière son caractère de lieu de rendez-vous pour les amateurs de patinage.

*
*     *

Le 7 juillet 1909, à la suite d'un orage subit qui éclatait vers 10 heures, un tuyau de cheminée en tôle tombait sur une marquise en verre dans la cour des écoles de la rue Fagon. Des éclats de verre blessaient légèrement cinq élèves qui étaient en récréation.

*
*     *

La première boucherie de viande de cheval a été ouverte le lundi 9 juillet 1866, boulevard d'ltalie, 3, ancienne barrière de Fontainebleau. Le prix de cette viande, qui était vendue sans os non adhérents aux morceaux (sans réjouissance), était d'environ deux tiers moins élevé que celui du bœuf.

L'image du jour

PLace d'Italie