Faits divers

 paris-treizieme.fr — L’ara et le chiffonnier (1896)

L’ara et le chiffonnier

Le Figaro — 3 septembre 1896

Une fruitière de la rue Dolomieu, Mme V..., était hier en proie à la plus profonde désolation. On lui avait volé son Jacquot, un magnifique ara multicolore et plus qu’octogénaire, que lui avaient pieusement légué ses grands-parents.

Jacquot n’était point un oiseau banal et malgré son grand Age, ne se répétât pas trop souvent. Son répertoire était des plus variés ; tantôt, se souvenant de sa première éducation, qui lui avait été inculquée par un matelot, il jurait comme un Templier, surtout quand les gamins lui tiraient sa magnifique queue rouge. Si, au contraire, on s'arrêtait pour l'admirer, Jacquot, se campant fièrement sur son perchoir, faisait entendre des airs d'opéra ou se complaisait dans l’imitation des chanteurs des rues. Il était, de plus, tout fier de se rendre utile et, dès qu’un client franchissait le seuil de la boutique, il criait de sa plus belle voix :

— Voyez caisse ! Il y a du monde.

Les talents variés que possédait cet oiseau faillirent causer sa perle. Il excita la convoitise d’un chiffonnier, Baptiste Guinet, demeurant rue du Pot de-fer, qui, profilant de l'inattention de Mme V..., vola Jacquot.

Toute en larmes, l’infortunée fruitière alla conter sa peine au commissaire de police de son quartier, M Perruche.

— Consolez-vous, ma brave dame, lui dit le magistrat, vous retrouverez certainement votre perroquet. Tous les oiseaux de celle race étant fort intelligents, vous n’avez qu’à aller vous promener dans le quartier en appelant Jacquot, il ne manquera point de vous répondre. Je vais vous faire, déplus, accompagner par un agent qui me ramènera le voleur sans aucun doute.

Ainsi fut fait. La brave dame et l’agent, après une course assez longue, arrivèrent rue du Pot de Fer, Mme V... clamant toujours d’une voix désolée :

— Jacquot ! Jacquot !

De joyeux cris répondirent à cet appel.

— Plan ! Rataplan ! Portez armes ! Voyez caisse !

Point de doute, c’était Jacquot qui répondait. Les cris partaient d’une vieille bicoque qu'habitait le chiffonnier. Et, de suite, on découvrit l'ara que Guinet avait enfermé dans une malle.

L’oiseau a été rendu à son perchoir et Guinet enfermé au Dépôt.

À lire également...

Mystérieuse affaire

1887

M. Combes, ancien conseiller municipal, dirige une institution de jeunes gens, rue Croulebarbe.

...


Fiançailles d'Apaches

1904

La subite passion de «Gueule d'Or» pour «La Tringle» fait une victime collatérale en la personne d'un terrassier dont l'état est presque désespéré.

...


Un Truc de Faux Maquignon

1897

M. Louis R..., habitant la banlieue de Paris, ayant hérité d'une couple de 1000 francs, résolut de s'établir marchand ambulant.
Il acheta dans ce but une petite voiture, puis il vint à Paris avant-hier pour faire l'acquisition d'une bête de trait au marché aux chevaux.

...


Quartier Croulebarbe

Folie d'un soldat

1897

M. Francis G..., âgé de quarante-deux ans, représentant de commerce, demeurant rue du Faubourg Saint-Jacques, passait hier soir vers dix heures sur le boulevard Arago, lorsqu'un soldat d'infanterie de marine en petite tenue l'accosta

...

Saviez-vous que... ?

En 1860, Il y avait un commissariat pour deux quartiers dans chaque arrondissement de Paris. Pour le 13e, ces commissariats étaient installés 36 route d'Italie pour Croulebarbe et la Maison-Blanche et 62 boulevard de l'Hôpital pour les quartiers de la Salpêtrière et de la Gare.

*
*     *

Pour aménager la Place d'Italie, une fois les pavillons Ledoux abattus, il fallut abaisser le niveau d'un des côtés de plus d'un mêtre et exhausser l'autre d'autant. L'idée était également de diminuer ainsi la pente de la rue Mouffetard, future avenue des Gobelins

*
*     *

Jacques Daviel (1696-1762) fut un célèbre oculiste. Il fut le premier à réussir une opération de la cataracte et a été chirurgien du roi Louis XV. La rue Daviel porte son nom depuis 1894.

*
*     *

Dans les plans de 1860, c'est sur un viaduc long de 800 mètres, composé d'arches de dix mètres d'ouverture et dont la hauteur maxima aurait été de quinze mètres avec des piles évidées à l'aplomb de l'entrevoie que le chemin de fer de ceinture aurait dû traverser la vallée de la Bièvre en offrant une vue magnifique depuis le parc de la Butte-aux-Cailles qui, in fine, céda la place au Parc Montsouris.

L'image du jour

La Zone à la porte de Bicêtre