Faits divers

 paris-treizieme.fr — L'Éboulement de la rue Nationale (1879)

L'Éboulement de la rue Nationale

La Lanterne — 25 mai 1879
La rue Nationale vue du boulevard de la Gare (Vincent-Auriol)
Image colorisée

Au numéro 7 de la rue Nationale se trouve un lavoir dont les propriétaires sont M. et Mme Leroy.

Ce lavoir est alimenté par un puits d'où l'eau est extraite au moyen d'une pompe élévatrice. Ces jours derniers, on s'aperçut qu'une fissure s'était produite dans le tuyau qui amène l'eau. M. Leroy confia les réparations à faire à M. Bréard, chaudronnier-plombier, 9 et 11, rue des Gobelins.

Ce dernier envoyait hier matin deux ouvriers qui descendirent dans le puits vers sept heures et demie.

À huit heures moins le quart, l'un d'eux remonta pour chercher un outil dont il avait besoin.

À peine était-il arrivé à la margelle qu'un bruit sinistre se fit entendre. C'était le mur du puits qui s'effondrait, engloutissant le malheureux ouvrier qui venait de commencer son travail.

Ladame, — c'est son nom — ne fut pas tué ; on put encore converser pendant près d'une heure avec lui : les voix s'entendaient parfaitement à travers les débris du mur qui formaient une voûte au-dessus de lui.

— Êtes-vous blessé ?

— Non. Mais je n'entends rien faire pour me débarrasser. Travaille-t-on à déblayer ?

— Oui, on travaille. Où êtes-vous ?

— Je ne sais pas au juste. J'ai un mètre d'espace libre autour de moi.

On demanda alors à Ladame s'il se trouvait en communication avec les catacombes. Il faut que nos lecteurs sachent que le puits en question coupe perpendiculairement une de ces curieuses excavations pratiquées par nos pères pour extraire du sol les matériaux destinés à construire les maisons du vieux Paris. L'entrée de la voûte de l'ancienne carrière se trouve approximativement à mi-hauteur du puits, qui a environ vingt-cinq mètres de profondeur.

On supposait que Ladame se trouvait peut-être englouti au niveau de cette entrée, ce qui eût rendu le sauvetage relativement facile.

À peine venait-on d'obtenir de lui ce dernier renseignement, qu'un nouveau craquement se fit entendre : le mur du puits s'effondra de nouveau, et dès lors il ne fut plus possible de communiquer avec le pauvre ouvrier.

Il ne restait donc plus qu'à chercher à le découvrir le plus tôt possible.

M. Cayrol, entrepreneur de travaux publics, qui a été chargé maintes fois de travaux de consolidation des anciennes carrières, fut prévenu. Il descendit dans les catacombes par l'entrée de la place d'Italie, et ne tarda pas à retrouver le puits qu'il connaissait bien.

Ce ne fut, hélas ! que pour constater qu'il était impossible de ce côté de parvenir promptement à Ladame. Les débris formaient voûte au-dessus de l'entrée des catacombes ; au-dessous le puits, rien que le puits, avec ses cinq ou six mètres d'eau.

Deux hypothèses alors.

Le malheureux est-il au fond de l'eau ?

Est-il resté englouti dans les matériaux effondrés ?

On procéda donc en raison de l'une et l'autre prévision.

En haut, on s'est mis à consolider les parois du puits, en les maçonnant, de façon à pouvoir enlever les déblais sans avoir à courir les risques d'un troisième éboulement.

En bas, on fouille les eaux du puits. Pour les fouiller, il faut les épuiser. Au moment où nous quittons les lieux, on vient d'amener une pompe d'un débit de 25,000 litres à l'heure.

Quand elle aura fonctionné suffisamment, des hommes descendront dans l'eau s'il le faut et exploreront minutieusement le fond du puits.

Ce déplorable événement a produit dans tout le quartier une impression des plus tristes.

Le pauvre Ladame a vingt-neuf ans ; il est marié, depuis le 29 mars dernier seulement, à une ouvrière mécanicienne qui est âgée de dix-sept ans et demi. Tous deux faisaient un excellent petit ménage ; ils étaient bien estimés à Gentilly, où ils habitaient, rue du Parc.

Hier matin, au moment où Ladame quittait sa femme, il lui dit :

— Viens que je t'embrasse. Je vais descendre dans un vieux puits... Je n'aurais qu'à y rester.

Le pauvre garçon ne croyait pas dire si vrai.

Détail qui fait frissonner :

Si l'accident s'était produit une demi-heure plus tard, il y avait quatre hommes dans le puits au lieu d'un seul !

P. S. — Au moment où nous mettons sous presse, l'un de nos reporters arrive du lieu de l'accident. MM. Sainrapt et Cayrol poussent avec activité les recherches, tant dans la rue Nationale que dans les catacombes, malheureusement sans résultats favorables jusqu'ici.

On a attendu très tard pour prévenir la femme de la victime. Son désespoir est impossible à dépeindre.

 



À lire également...

En sortant du théâtre

1903

En sortant du théâtre, hier soir, un négociant du quartier des Gobelins, M. Léon Xavier, accompagné de sa femme, entrait dans un café du boulevard Saint-Marcel et entamait, avec un ami, une partie de jacquet.

...


Quartier de la Gare

L'Affaire de la Place Jeanne-d’Arc

1897

La place Jeanne-d'Arc a été hier soir le théâtre d'une bagarre qui un instant a mis la police sur les dents. Un nommé Louis Klamber, d'origine alsacienne, âgé de cinquante et un ans, a été assommé par la foule. L’infortuné n'a dû la vie qu'à l'intervention de la police, qui pourtant a craint un instant ne pouvoir l'arracher à ceux qui s'acharnaient sur lui.

...


Rue de l'Espérance

Un enfant mangé par un cheval

1884

Un drame épouvantable s'est passé, hier, rue de l'Espérance, 14 (treizième arrondissement)

...


rue du Moulinet

Un drame à la Butte-aux-Cailles

1899

Il y a une quinzaine de jours, venait habiter, 23, rue du Moulinet, une famille de miséreux, composée d'un homme, d'une femme et de quatre enfants, âgés de seize, quatorze, douze et neuf ans. L'homme, Jules Saujon, est chiffonnier, journalier quand il trouve de l'ouvrage. La femme, veuve depuis huit mois...

...

Saviez-vous que... ?

Bobillot, héros du Tonkin, était prénommé Jules. La rue portant son nom est longue de 1.100 mètres.

*
*     *

Henri Rousselle était conseiller municipal en 1915. Plus tard, il fut président du conseil général

*
*     *

Le 11 septembre 1888, à la fête des Gobelins qui se tenait place d'Italie, le dompteur Edmond Pezon (de la célèbre famille Pezon) faillit être dévoré par le lion Roland.

*
*     *

Le 29 juin 1935, Boulevard de la Gare, Mme Berthe Caudin, âgée de 76 ans, demeurant 17, place Pinel, traversait la chaussée sur un passage clouté, lorsqu'elle fut renversée par un motocycliste, Marcel Sage, demeurant 174, rue du Château des-Rentiers. Relevée grièvement blessée, Mme Caudin fut conduite à l'hôpital de la Pitié.

L'image du jour

Construction de la rue de Tolbiac : franchissement de la Bièvre à la Glacière

La photographie est de Charles Marville et a été prise vers 1876. La rue d'Alésia est déjà achevée. La construction de la rue de Tolbiac subit beaucoup de retard compte tenu de l'ampleur des travaux.