Faits divers

 paris-treizieme.fr — Incendie au dépôt des omnibus situé près de la place d'Italie (1866)

Incendie au dépôt des omnibus situé près de la place d'Italie

Le Siècle — 28 août 1866

Le dépôt de la Compagnie générale des omnibus était situé très exactement 13 rue Tiers.

Avant-hier, vers les onze heures et demie du soir, au moment où les dernières voitures rentraient au dépôt des omnibus situé près de la place d'Italie, derrière la mairie du treizième arrondissement, un immense jet de flammes jaillit tout à coup avec des pétillements sinistres de la toiture d'un des bâtiments qui sont au-dessus des écuries ; le feu était dans les greniers à fourrages.

Détail d'un plan établi en 1894. Le dépôt de la Compagnie des Omnibus a du disparaitre avec le percement de la rue Bobillot.

Avisant au plus pressé conducteurs, cochers, employés divers présents dans l'établissement se précipitent aussitôt vers les écuries où étaient les 250 chevaux du dépôt ; les longes sont coupées au plus vite, on se hâte de chasser dehors tous ces animaux, et il y eut un moment de confusion indescriptible quand toutes ces magnifiques bêtes, étonnées par cette manœuvre insolite et effrayées par le feu, se précipitèrent dehors sautant pardessus les timons des voitures, se culbutant, ruant et courant enfin en cavalcades échevelées dans toutes les directions.

Cependant, l'alarme avait été donnée dans tout le quartier : les uns avaient couru aux divers postes de pompiers tandis que d'autres s'empressaient à faire sortir les voitures qui encombraient la cour et les conduisaient sur la place d'Italie.

En 1866, la mairie est encore dans un des deux anciens pavillons d'octroi, en l'ocurence celui situé au débouché de la rue Gérard

Dès que les pompiers furent arrivés sut le lieu du sinistre, les planchers des greniers commençant à s'effondrer dans les écuries, qui heureusement étaient abandonnées, on fit une coupure dans les bâtiments, et le feu, d'abord circonscrit, put être enfin dominé sur les trois heures du matin.

Tous les habitants du voisinage, les employés de la compagnie, les pompiers et des soldats venus de divers postes, ont déployé la plus grande activité pour combattre le fléau et opérer le sauvetage du matériel.

Quant aux chevaux partis les uns d'un côté, les autres d'un autre, ils ont pour la plupart été rattrapés dans la nuit, à Montrouge, à la barrière du Trône et jusque dans l'intérieur de Paris ; 200 à peu près avaient déjà été ramenés au dépôt hier au matin.

Pour les cinquante autres, nul doute qu'ils se soient de même reconduits plus tard, à l'administration.

Par suite de l'impossibilité où l'on se trouvait de faire travailler des animaux qui avaient erré toute la nuit, la ligne P, où d'ordinaire le service est fait par 14 voitures, n'en a eu que 7 hier, dimanche, toute la journée, au grand désappointement des voyageurs.

En 1868, la Compagnie des Omnibus connut un incendie identique dans un autre dépot
(gravure parue dans le Monde Illustré)

 

À lire également...

Avenue des Gobelins

Drame de la jalousie

1905

Un drame provoqué par la jalousie a mis en émoi, hier soir, vers cinq heures, les habitants de l'avenue des Gobelins et plus particulièrement ceux de l'immeuble portant le numéro 45 de la rue Auguste-Blanqui.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le drame de la rue du Tage

1903

Un drame qui a causé une profonde émotion dans le quartier de la Maison-Blanche s'est déroulé, hier soir à dix heures, dans l'immeuble portant le numéro 8 de la rue du Tage

...


PLace des Alpes

Deux odieux trafiquants travaillaient pour les bouges de Buenos-Ayres

1933

À la suite de nombreuses plaintes déposées dans divers commissariats, et notamment au commissariat de la Maison-Blanche, le brigadier Fulminet et l'inspecteur Robaglia ont mis fin aux agissements de deux individus qui dirigeaient de malheureuses filles vers les bouges de l'Amérique du Sud.

...


avenue des Gobelins

En plein jour des gangsters en auto dévalisent une bijouterie parisienne

1938

Hier après-midi, à 15 heures, une automobile — immatriculée 5723 - RL — occupée par plusieurs individus, s'arrêta brusquement devant le numéro 35 de l'avenue des Gobelins, à l'angle de la rue de la Reine-Blanche. Tout le rez-de-chaussée de l'immeuble situé à cette adresse est occupé par les vitrines de la bijouterie « À la Reine Blanche »...

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Le 23 août 1886, un violent orage provoquait une crue de la Bièvre de près d'un mètre rue Pascal inondant un grand nombre de caves et causait des dégâts considérables dans les parages. Ce même orage fit des dégâts importants dans d'autres points du 13ème notamment rue Richemont et rue Clisson.

*
*     *

Depuis le lundi 26 août 1935, et dans un premier temps à titre d'essai, la circulation des véhicules s'effectue à sens unique, d'est en ouest, sur chacune des rampes de la voûte dite « Poterne des Peupliers ».

*
*     *

En 1887, Charles et Alphonse Sécheresse, tous deux domiciliés 13 passage du Moulinet et tous deux marchands de vinaigre, constituaient une société en nom collectif ayant pour objet le commerce de marchand de vinaigre et de conserves. Alphonse en deviendra le seul propriétaie à partir de 1891. Plus tard, il sera condamné pour mise en vente d'huile falsifiée.

L'image du jour

La mairie du XIIIe