Faits divers

 paris-treizieme.fr — L’absence de Balthazar (1896)

L’absence de Balthazar

À la recherche d’un perroquet

Le Gaulois — 3 septembre 1896

« Balthazar », un magnifique ara gris, queue rouge, était depuis des années dans la famille d'une fruitière de la rue Dolomieu, et il charmait tout le voisinage par ses talents et sa facilité d'élocution.

Par malheur, avant-hier, un chiffonnier nommé Guindot, dit La Hache, vint à passer sous la fenêtre du perroquet au moment où il criait :

— En voulez-vous des z'homards !

La Hache n'y put résister.

— Voilà, dit-il, de quoi égayer ma solitude !

Et en un clin d'œil, il escalada la fenêtre, ouvrit la porte de la cage et, enveloppant dans un foulard la tête de l'ara stupéfait, emporta le virtuose sous son veston.

La fruitière, en voyant la cage vide, courut au poste voisin, dont le commissaire, par un rapprochement purement fortuit, se nomme M. Perruche.

— On m'a volé mon perroquet, déclara la fruitière au magistrat. Ses habitudes sont trop régulières pour qu'il ait pris la clef des champs.

Et elle fit si bien, affirmant qu'elle reconnaîtrait t son perroquet entre mille, que M. Perruche donna à l'inconsolable un agent pour l'accompagner et parcourir le quartier.

Hier, les recherches étaient enfin couronnées de succès. En passant rue du Pont-de-Fer, devant un hôtel borgne où demeurait Guindot, dit La Hache, la fruitière entendit une voix perçante qui s'évertuait à crier :

— Entrez, mesdames et messieurs ! Ah ! ah ! le voilà ! morbleu !

Puis suivaient des roulements de tambour, des « Portez armes ! Ranplanplan ! qui ne laissèrent aucun doute à la brave femme.

« Balthazar » était bientôt rendu aux caresses de sa propriétaire., et Guindot était contraint d'avouer son larcin.

Écroué au Dépôt, il aura à répondre devant la justice du crime de vol avec escalade et effraction.

À lire également...

Le crime de l’avenue de Choisy

1889

L'avenue de Choisy sert de quartier général à des bandes de rôdeurs c'est, le pays par excellence des attaques nocturnes, des rixes, des vols, bref, des exploits variés des escarpes et des chourineurs de la rive gauche.

...


Les rixes du quartier des Gobelins

1894

Depuis quelque temps le quartier des Gobelins est le théâtre de rixes continuelles.

...


Place d'Italie

Les étrangleurs de Paris

1895

Le treizième arrondissement, par delà les Gobelins, dans les parages de l'avenue et de la barrière d'Italie, est certainement, de tous les coins excentriques de Paris, le plus mal famé et le plus dangereux pour la sécurité des passants attardés.
Il y a dans ces confins reculés, où il ne fait pas bon s'aventurer seul à partir d'une certaine heure, de véritables coupe-gorge, infestés de rôdeurs, de redoutables bandes d'étrangleurs, habiles à pratiquer le fameux coup classique dit « du père François ». Et, surtout depuis quelque temps, il ne se passait pas de nuit qu'on n'eût de nouvelles agressions à enregistrer.

...


rue du Chevaleret

Rue du Chevaleret : On découvre, dans un terrain vague le corps, horriblement mutilé d'un inconnu...

1938

L'infortuné, qui a, croit-on, été assassiné, a été à moitié dévoré par les rats et car les chiens.

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

En 1911, M. Yendt était commissaire de police du quartier de la Salpêtrière.

*
*     *

Le 27 juillet 1916, 724ème jour de guerre, un violent orage causait quelques dégâts au 1 de la ruelle des Reculettes et la foudre blessait légèrement aux jambes Mme Paris, une locataire du lieu.

*
*     *

C'est par un décret impérial du 2 octobre 1865 que le boulevard de Vitry devint la rue de Patay.

L'image du jour

La mairie du XIIIe