Faits divers

 Descende de police rue du Pot au-Lait - 1874

Descende de police rue du Pot au-Lait

L’Ordre de Paris — 19 mars 1874

Pendant la nuit dernière, une descende de police a eu lieu dans les cabarets et garnis à la nuit du quartier de la rue du Pot au-Lait, dans le 13e arrondissement, où l’on supposait, d’après divers indices, que s'était réfugié un individu surnommé le Petit gouapeur, lequel est soupçonné d’être le chef d’une bande de filous qui, depuis quelques semaines, exploite les quartiers de la rive gauche.

Les recherches de la police, quoique n’ayant pas atteint le but principal, n'ont pas été sans résultat, car deux malfaiteurs, en rupture de ban, et très connus des agents de la voie publique, ont été arrêtés non loin de la rue du Pot-au Lait, à l’endroit dit la Poterne des Peupliers.

Le coin de la rue du Pot au lait et la rue des Peupliers : dessin de Jules-Antoine Chauvet (1894)
On se repère par les fils télégraphiques en haut à droite sur le talus du chemin de fer de ceinture. Les bâtiments au fond sont rue Damesme et surplombent la Bièvre.

Il y a là un bouge infâme comme Paris n’en a jamais peut-être recélé de pareil, même lorsqu’il possédait la taverne de Paul Niquet et le cabaret du Lapin-Blanc ; la Poterne des Peupliers, car il va sans dire qu'on a donné à cet établissement le nom de l’endroit où il est situé, n’a d’équivalent dans aucun autre recoin de la grande ville. Il n’y a qu’une salle, presque déserte pendant le jour ; mais la nuit venue, elle se remplit de monde, et quel monde ! C’est le rendez-vous de la basse pègre, des malfaiteurs sans aille et des échappés de prison.

Il y a dans ce quartier qu’arrose la Bièvre d’autres établissements de ce genre, mais le plus connu, le plus fréquenté, le plus typique est celui de la Poterne des Peupliers.

Nous devons ajouter que la brusque apparition des agents de l’autorité n'y a produit qu’une médiocre sensation.

On est habitué à de semblables incidents.

Il va sans dire que ces cabarets et ces garnis sont l’objet d’une surveillance toute spéciale.


A lire également

Au cabaret de la mère l’Hercule - 1873

À lire également...

Quartier de la Maison-Blanche

L'Accident de la Poterne des Peupliers a fait 300,000 francs de dégâts.

1912

Mettant à profit les loisirs d'un dimanche ensoleillé, près de vingt mille Parisiens ont défilé hier, sous la poterne des Peupliers, pour se rendre compte des dégâts causés par l'accident de samedi soir.

...


Quartier de la Gare

L'Affaire de la Place Jeanne-d’Arc

1897

La place Jeanne-d'Arc a été hier soir le théâtre d'une bagarre qui un instant a mis la police sur les dents. Un nommé Louis Klamber, d'origine alsacienne, âgé de cinquante et un ans, a été assommé par la foule. L’infortuné n'a dû la vie qu'à l'intervention de la police, qui pourtant a craint un instant ne pouvoir l'arracher à ceux qui s'acharnaient sur lui.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Des agents de police chassent un renard à coups de pèlerines

1939

Les enfants en venant jouer, hier vers 8 heures dans le petit square situé au centre de la place des Peupliers (13e), aperçurent, à leur grand effroi, un renard dans les massifs...

...


avenue des Gobelins

Avenue des Gobelins - En plein jour des malfaiteurs défoncent la devanture d’une bijouterie à l’aide d’un cric auto

1938

Il était un peu plus de 15 heures. De nombreux passants circulaient avenue des Gobelins toujours très fréquentée à cette heure de la journée.
À l'angle de l'avenue et de la rue de la Reine-Blanche, la bijouterie « À la Reine Blanche » étalait orgueilleusement dans ses sept vitrines de somptueux bijoux.

...

Saviez-vous que... ?

Le 9 juin 1977, une jeune fille, tout en larmes, déclarait, à huit heures du soir, qu'un enfant venait de tomber dans un puits à découvert, sur un terrain entouré de planches, appartenant à la Ville, et situé rue de Patay et de Tolbiac.
Immédiatement, on prévint les sapeurs-pompiers du poste de la rue du Château-des-Rentiers. Sans perdre un instant, ceux-ci se rendirent au puits fatal. Le caporal y descendit, et en revient avec deux chiens vivants.

*
*     *

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris tant par son architecture que par les points de vue sur la capitale que l'on pouvait y admirer.

*
*     *

Abel Hovelacque, député du 13ème arrondissement, dont le nom a été donné à la rue de Gentilly en 1899, fut le promoteur de l'Ecole Estienne qui ouvrit le 20 novembre 1889. Cette école occupe ses locaux actuels depuis le 1er juillet 1896. Abel Hovelacque ne vit pas cette installation car il mourut le 22 février 1896 à l'age de 53 ans.

*
*     *

Pierre et Marie Curie, au moment où ils reçurent le prix Nobel de physique « en reconnaissance de leurs services rendus, par leur recherche commune sur le phénomène des radiations découvert par le professeur Henri Becquerel », habitaient au 108 du boulevard Kellermann, alors bordé par les fortifications crêtées de gazon vert, une petite maison dont la façade de brique rouge s’abritait derrière un minuscule jardinet, nid de verdure dont le silence était propice aux méditations scientifiques.

L'image du jour

Je carrefour de l'avenue des Gobelins avec le boulevard Arago et la station d'autobus.