Faits divers

 Double accident - Le Vélo — 17 avril 1898

Double accident

Le Vélo — 17 avril 1898

Un grave accident, dû à l’imprudence des victimes, est arrivé avant-hier soir à deux jeunes cyclistes, sur le boulevard Kellermann.

L’un d’eux, G. F., se croyant seul sur ce boulevard désert, surtout à 8 heures du soir, évoluait, virait et pédalait tout à son aise, lorsque voulant essayer sa vitesse, il descendit en plein emballage la pente de l’avenue.

Mal lui en prit, car le nez sur le guidon, il n’aperçut pas un autre cycliste qui montait en sens inverse et zigzaguait quelque peu.

Le choc fut terrible, les deux cyclistes s’étant rencontrés de front.

Relevés inanimés, ils furent pansés chez un pharmacien voisin, où l’on constata que le jeune G. F. portait à la tête de profondes blessures qui ne mettent cependant pas sa vie en danger.

Quant à son camarade de rencontre, ses blessures sont plus graves, car outre un œil crevé, par les lunettes qu’il portait, il a la jambe droite cassée ou déboîtée ; l’enflure qui s’est produite immédiatement n’a pas permis de le déterminer.

Les bicyclettes ont été tant soit peu avariées.

N’empêche que ces deux cyclistes sont bien victimes de leur imprudence. L’un descendant une côte à toute allure sans faire attention, l’autre apprenant à monter à bicyclette et tenant indistinctement sa gauche ou sa droite.

L. Alibert.

À lire également...

Quartier de la Salpétrière

On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant

1911

M. Jean Fatigué, un gars de vingt-quatre ans, lavait à grande eau, hier matin, le pont de la Louise, une longue péniche noire qui, depuis quelques jours, est amarrée au quai d'Austerlitz, non loin du pont de Bercy.

...


Un duel à l'américaine

1895

Une scène qui rappelle les mœurs américaines s'est déroulée hier, rue du Château-des-Rentiers, non Ioin du bureau de M. Bolot, commissaire de police, dans les circonstances suivantes ...

...


Querelle de famille

1905

Dans un des coins les moins connus de Paris, dans une rues les moins fréquentées, du quartier de la Maison-Blanche, la rue de la Colonie, habite, au n°20, un nommé Pierre V...

...


avenue des Gobelins

En plein jour des gangsters en auto dévalisent une bijouterie parisienne

1938

Hier après-midi, à 15 heures, une automobile — immatriculée 5723 - RL — occupée par plusieurs individus, s'arrêta brusquement devant le numéro 35 de l'avenue des Gobelins, à l'angle de la rue de la Reine-Blanche. Tout le rez-de-chaussée de l'immeuble situé à cette adresse est occupé par les vitrines de la bijouterie « À la Reine Blanche »...

...

Saviez-vous que... ?

Le 9 juin 1977, une jeune fille, tout en larmes, déclarait, à huit heures du soir, qu'un enfant venait de tomber dans un puits à découvert, sur un terrain entouré de planches, appartenant à la Ville, et situé rue de Patay et de Tolbiac.
Immédiatement, on prévint les sapeurs-pompiers du poste de la rue du Château-des-Rentiers. Sans perdre un instant, ceux-ci se rendirent au puits fatal. Le caporal y descendit, et en revient avec deux chiens vivants.

*
*     *

En 1921, le maire du 13ème arrondissement était M. Guerineau. Il possédait une usine de céramique dont les bâtiments s'étendaient du numéro 69 de la rue du Gaz au numéro 172 de l'avenue de Choisy. Cette usine brûla le 26 octobre 1921.

*
*     *

Le 18 novembre 1929, un incendie détruisit le dépôt de chiffons situé à l'angle de la rue Croulebarbe et du boulevard Blanqui. Le feu se propagea aux terrains vagues situés entre la rue Croulebarbe et la rue des Cordelières et détruisit aussi des baraques en planches qui y étaient construites.

*
*     *

La place d'Italie a été dénommée par arrêté du 30 décembre 1864 et la route de Fontainebleau ou route d'Italie est devenue avenue d'Italie par ce même arrêté.

L'image du jour

Je carrefour de l'avenue des Gobelins avec le boulevard Arago et la station d'autobus.