Faits divers

 Le drame de la rue Mouffetard - 1875

Le drame de la rue Mouffetard

Le Figaro ― 11 avril 1875

On a eu beau abattre des maisons, renverser des quartiers, percer des boulevards, faire apparaître le soleil et la lumière dans des parties de Paris que jamais ils n'avaient visitées, on n'a pu détruire absolument le dernier asile vers lequel se réfugie, le soir venu, une population douteuse.

Il y a des voies larges, spacieuses, brillantes toutes peuplées de grandes et belles maisons à l'entour de la rue Mouffetard ! Elle subsiste, comme un dernier et sinistre ricanement du vieux Paris démoli, renversé, expirant.

Dans cette partie, de Paris, que bien des Parisiens croient depuis longtemps disparue, existe un bal, si l'on peut donner ce nom à une longue salle basse, enfumée, dans laquelle la civilisation est arrivée à grand-peine à remplacer le quinquet par le bec de gaz. C'est le Vieux-Chêne! Le Vieux-Chêne que Paris ne connaît guère que par ce que Champfleury y a commencé et dénoué un ou deux de ses romans.

Là, plusieurs jours par semaine, la jeunesse du quartier, les jolis cœurs des bords de la Bièvre, les jeunes filles timides de la barrière de Fontainebleau, viennent s'ébaudir et ébaucher de fugitives liaisons.

C'est une de ces intrigues amoureuses qui, avant-hier, a donné lieu à un drame sanglant dont les conséquences premières sont déjà fort graves.

Trois jeunes fumistes l'aîné a dix-huit ans et le plus jeune n'en a guère plus de quatorze se sont pris de querelle à propos d'une jeune personne dont, au demeurant, nous n'avons pas à nous occuper. Cette querelle ne pouvant se vider dans la salle du bal, ― il y a des gardes municipaux ― s'est continuée et terminée dans la rue Mouffetard.

Le plus jeune de la bande, le ramoneur de quatorze ans, a reçu trois coups de couteau, et a dû être transporté à l'hôpital de la Pitié ;  il y a été déposé salle Gabriel, lit n° 28. L'état du malheureux enfant est des plus graves…  L'auteur de ce crime a été arrêté;  il a, avons-nous dit, dix-huit ans, et cependant il aurait déjà été condamné pour vol !

À lire également...

Thomas père perd patience

1913

Alfred Thomas, âgé de quarante-deux ans, est un brave homme de menuisier. Établi, depuis six ans, rue de Tolbiac, il s'efforce, avec zèle et ponctualité, de contenter sa petite clientèle.

...


Un veuf tire sur sa maîtresse puis se suicide

1914

La laiterie Verny, située en plein cœur du populeux quartier de la Gare, 17, rue Bruant occupait, depuis quatre années, Henri Lecoin, âgé de vingt-huit ans, en qualité de caissier-comptable.

...


Boulevard de l'Hôpital

La casquette du bossu

1895

Une scène tragi-comique s’est déroulée, hier soir, à six heures, boulevard de l’Hôpital.
M. Julien Napthe, âgé de quarante-deux ans, demeurant, rue Jenner, garçon de magasin, passait, portant un paquet sous chaque bras, lorsqu’un tourbillon de vent lui enleva tout à coup sa casquette.

...


rue Nationale

Le drame de la rue Nationale

1879

Un événement des plus dramatiques s'est produit hier matin au numéro 7 de la rue Nationale, près du boulevard de la Gare.

...

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Au sein de l'hôpital de la Salpétrière, on remarque la jolie chapelle surmontée d'un dôme, que l'architecte Libéral Bruant bâtit en 1687.

*
*     *

600 partisans de la désaffectation du mur d'enceinte de Paris et de la suppression des servitudes militaires se réunirent, le dimanche 6 mai 1894 en plein air à la Porte d'Italie pour défendre leurs revendications.

*
*     *

Dans le projet initial élaboré en 1860-1861, le chemin de fer de ceinture rive gauche devait franchir la vallée de la Bièvre grâce à un viaduc de 800 mètres de longueur reposant sur des arches de 10 mètres d'ouverture et d'une hauteur maximale de 15 mètres.

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner