Faits divers

 La veillée tragique - 1915

La veillée tragique.

Le Gaulois ― 29 septembre 1915

Les gardiens de la paix Savineau et Grassi étaient de service hier matin vers cinq heures, rue de Tolbiac, lorsqu'ils virent apparaître, échevelé et les yeux hagards, l'ouvrier cordonnier Hippolyte Delmas, âgé de cinquante-six ans.

― Je parie que ce phénomène vient encore de faire des siennes, dit l'agent Savineau, qui connaissait Delmas pour un déséquilibré.

À peine achevait-il ces mots que Delmas sortait de sa poche un revolver et faisait feu en l'air.

Appréhendé aussitôt, Delmas fut conduit au commissariat du quartier de la Maison Blanche. Lorsqu'il pénétra dans le bureau du commissaire, M. Delanglade, plusieurs personnes s'y trouvaient déjà :

― Le voilà, l'assassin ! s'exclamèrent-elles, d'un commun accord, en désignant le fou. C'est lui qui vient de tirer un coup de revolver dans le dos de Mlle Suzanne Gillet !

Interrogé Delmas, tranquillement, narra  les circonstances de la macabre tragédie dont il avait été le promoteur :

― J'étais assis, tout à l'heure, à côté de Mlle Gillet, une voisine, qui veillait le corps d'un locataire de ma maison, décédé hier, quand je vis entrer par la fenêtre de la chambre, une nuée de « boches ». Il y en avait !...  il y en avait !... Et ils me faisaient des yeux !... Heureusement, je porte toujours un revolver chargé. Alors j’ai tiré sur eux, au hasard...

Dans la chambre que les témoins lui désignaient, au deuxième étage de l'immeuble, 71 impasse Baudran, M. Delanglade découvrit, en, effet, baignant dans une mare de sang, la victime, Mlle Gillet, ménagère, âgée de trente-deux ans, demeurant 8  rue de l'Industrie. A deux pas de là, sanglante et éperdue, se tenait près du lit mortuaire Mme Laman, qui veillait à son tour le corps de son mari.

Outre son revolver, le dément, atteint de la manie de la persécution, portait toujours sur lui un coup-de-poing américain et avait le corps couvert d’une cotte de mailles enfin, l'on découvrit sur sa table de nuit un sabre et une canne à épée. Il a été dirigé sur l'infirmerie spéciale du Dépôt et sa victime transportée à Broussais.


Communiqués

Quel est le Français, soldat ou civil, qui pourra se dispenser de conserver les

Champs de bataille de la Marne, photographiés en couleurs par Gervais-Courtellemont ? La des 12 livraisons bimensuelles paraît demain. On se l'arrachera...


Les amateurs de bonne cuisine et de service parfait doivent aller chez LAPRÉ, 24, rue Drouot, par excellence le restaurant des gourmets ; les huitres y sont exquises et les vins renommés.

À lire également...

L'amoureux a la « guigne »

1911

Palmyre est une grande brune, assez bien de sa personne, qui tous les soirs arpente l'avenue de Choisy en quête de clients généreux. Adolphe Verrier, chauffeur dans une usine de banlieue, la connaissait bien de vue, mais jamais il n'avait osé l'aborder.

...


La guerre à propos d’œufs de Pâques

1897

« Les œufs, les beaux œufs de Pâques », criait, hier, vers onze heures et demie, d'une voix tonitruante et qui remplissait l'avenue d'Italie, un marchand ambulant. Il poussait devant lui une petite voiture, où reposaient sur un lit de mousse des œufs de Pâques de toutes les dimensions, les uns, en sucre, tout blancs, les autres, en chocolat, d'un brun foncé le plus appétissant du monde.

...


Quartier de la Maison-Blanche

Le drame de la rue Vandrezanne

1888

La nuit dernière, vers deux heures, de grands cris : « Au secours ! à l'assassin ! » attirèrent des gardiens de la paix devant un hôtel situé rue Vandrezanne, où gisait à terre, baigné dans son sang, un individu qui avait reçu trois coups de couteau à la tête.

...


rue de la Colonie

Sauvé par un agent

1872

Le sieur S., cocher, voulu, bien qu'étant en état d'ivresse, traverser le bassin des Prés de la Glacière, au bout de la rue de la Colonie.

...

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Compte tenu d'une croissance importante du nombre des décès accidentels dans Paris depuis la fin des années 1870, des postes de secours furent installés dans plusieurs arrondissements dont l'un se situait sur le Quai d'Austerlitz à l'embouchure du canal de la Bièvre. Ces pavillons étaient munis de couvertures, matelas, boites de secours et matériel approprié au sauvetage des noyés.

*
*     *

Depuis le lundi 26 août 1935, et dans un premier temps à titre d'essai, la circulation des véhicules s'effectue à sens unique, d'est en ouest, sur chacune des rampes de la voûte dite « Poterne des Peupliers ».

*
*     *

La place d'Italie a été dénommée par arrêté du 30 décembre 1864 et la route d'Italie est devenue avenue d'Italie par ce même arrêté

L'image du jour

La mairie du XIIIe