Faits divers

 Les étrangleurs des Gobelins. - Le Matin — 29 décembre 1894

Les étrangleurs des Gobelins.

Le Matin — 29 décembre 1894

On pourrait croire qu'il existe dans le quartier des Gobelins une véritable bande de rôdeurs nocturnes, qui ont la spécialité d'étrangler leurs victimes.

Voici, depuis huit jours, la troisième attaque nocturne tentée dans ce quartier, et dans des conditions presque identiques. Hier, vers une heure et demie du matin, des gardiens de la paix, en faisant une ronde, trouvaient, rue Esquirol, un vieillard, étendu sans connaissance au milieu de la chaussée. Il avait le cou fortement serré par un foulard, et il râlait.

Les agents se hâtèrent de transporter le malheureux au poste de la mairie du treizième arrondissement, où des soins empressés le firent revenir à lui.

Il put alors raconter de quel attentat il avait été victime.

Ce vieillard, M. Régnier Goulet, rentrait chez lui, 30, rue Esquirol, et n'était plus qu'à deux pas de sa maison, quand deux individus, blottis dans l'embrasure d'une porte, se jetèrent sur lui; Avant même qu'il pût pousser un cri, les deux bandits, lui faisant le coup traditionnel dit du « Père François », lui serraient la gorge avec un foulard, et lui prenaient sa montre et vingt-cinq francs qu'il avait dans sa poche.

M. Perruche, commissaire de police du quartier, a organisé une surveillance.

Malheureusement, M. Goulet n'a pu donner le signalement de ses agresseurs.



À lire également...

Un scélérat

1896

Un nommé Alexis Fellion, âgé de trente-six ans, ouvrier corroyeur, avait fait la connaissance, il y trois mois environ, d'une jeune ouvrière mégissière avec laquelle il se mit en ménage. Ils demeuraient rue du Champ-de-l'Alouette.

...


Avenue des Gobelins

Scène surprenante avenue des Gobelins

1874

Avant-hier à deux heures de l'après-midi, une voiture d'une forme spéciale était arrêtée avenue des Gobelins, à l'angle du boulevard Saint-Marcel.

...


Les surprises d’une rafle

1923

Cette nuit, une opération policière d'une envergure inusitée a été effectuée. Elle dépasse le cadre ordinaire de ces sortes de coups de main. Ce ne fut pas la rafle que la chanson de Bruant a rendue célèbre, la rafle que la police jette à travers la rue comme un grand filet et qui ramène le fretin des filles et leurs souteneurs. Ce fut davantage.
Au cours de cette opération, deux cents arrestations ont été effectuées. La manœuvre était dirigée par le commissaire Guillaume, de la direction de la police judicaire, par l'inspecteur Leroy, les brigadiers Martineau et Bonhomme et cinquante inspecteurs y participèrent. Elle a eu lieu dans le 13° arrondissement, au bar Excelsior, place des Alpes.

...


Quartier de la Gare

Le drame de la rue Clisson

1896

Au n° 46 de la rue Clisson habitent un clerc de notaire, M. Charles Grandjean, âgé de quarante ans, et une jeune femme, Mlle Marie de Valtesse, âgée de trente-cinq ans.

...

Saviez-vous que... ?

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

La rue située entre la rue du Château des Rentiers et la rue Nationale fut dénommée rue Deldroux, en 1888.
Deldroux était un canonnier qui, en 1871, préféra, mourir que de rendre sa pièce.

*
*     *

600 partisans de la désaffectation du mur d'enceinte de Paris et de la suppression des servitudes militaires se réunirent, le dimanche 6 mai 1894 en plein air à la Porte d'Italie pour défendre leurs revendications.

*
*     *

La rue Baudricourt honore Robert de Baudicourt, capitaine de Vaucouleurs, compagnon de Jeanne d'Arc.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare