Mutilé par son amie- 1914

Mutilé par son amie

Le Journal ― 27 avril 1914

Malgré cinq ans de vie commune, Émile Daucourt, polisseur, âgé de trente ans, et sa maîtresse, Marie Pécret, une forte femme de trente-cinq ans, ne formaient pas un couple parfait. Une discussion plus violente encore que celles qui fréquemment troublaient le petit logement où, ils s'étaient installés, 95, rue Broca, éclatait samedi soir entre eux. La querelle, cette fois, se termina par le départ de Marie Pécret.

Resté seul, le polisseur, ne pleura guère son abandon ; il se coucha tranquillement et s'endormit sans autre souci. Hier matin, il devait avoir un triste réveil. Vers 5 heures, une douloureuse piqûre à la cuisse gauche l'arrachait, en effet, à son sommeil, et le spectacle de sa compagne, revenue insidieusement et penchée sur lui, une paire de ciseaux à la main, ne fut pas pour calmer son émoi ; il se débattit et saisit la mégère au chignon. Mais une souffrance, terrible lui fit bientôt lâcher prise. A l'aide de son arme sa maîtresse venait de lui infliger une mutilation aussi douloureuse qu'humiliante.

Des voisins, des agents accoururent ; on transporta d'urgence le blessé à l'hôpital

Cochin, et l'on entraîna sa compagne au poste de la rue de la Butte-aux-Cailles.

Interrogée au cours de la matinée par M. Delanglade, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, Marie Pécret assura, en sanglotant, qu'elle n'avait jamais eu l'intention de frapper aussi cruellement son amant. A l'en croire, elle serait revenue au domicile de ce dernier — trop facilement prodige de ses écus — pour lui enlever le montant de sa paye hebdomadaire. Émile Daucourt ayant conservé son pantalon et son porte-monnaie dans sa poche, elle avait tailladé l'étoffe pour prendre l'argent ; un coup de pointe malhabile avait éveillé le dormeur. En se débattant, au cours de la scène qui suivit, elle avait alors par accident blessé si, malheureusement son compagnon !...

Le blessé, par contre, jura, en la maudissant, que sa maîtresse avait prémédité et voulu l'odieuse mutilation.

Lui s'en tirera, espère-t-on, à la suite d'une heureuse opération de suture, avec quelques semaines d'hôpital. Quant à sa terrible compagne, elle a été envoyée au Dépôt.


Communiqué

DE LA MOUSSE CONTRE DU FEU

On a enfin trouvé en France le ,vrai moyen de se sauvegarder contre le feu. Les appareils employés projettent dix fois leur contenu en une. mousse qui recouvre instantanément tout foyer et arrête toute combustion. Ils s'imposent partout et, sont fabriqués par la Société « Le Parfait », R Bonnet et Cie, • 30, rue Marjolin, à Levallois-Perret. Catalogue B franco.

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme