entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le 9 octobre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait , qu'avenue d'Ivry, Mme veuve Marie Buronifesse, 73 ans, demeurant rue de la Pointe d'Ivry avait glissé sur une épluchure de banane et s'était blessée si grièvement qu'elle fut transportée à la Pitié.


Initialement, le boulevard Arago devait s'appeler Boulevard de la Santé.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1868

Le puits artésien de la Butte-aux Cailles

Les travaux du puits artésien qui est en cours d'exécution à la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris, se poursuivent régulièrement, et la profondeur atteinte par l'instrument de forage dépasse aujourd'hui 350 mètres.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Lugubre trouvaille - 1914

Lugubre trouvaille

Le Rappel ― 28 février 1914

Le premier janvier dernier, un rentier de la rue Clisson, recevait une grande botte de bonbons et en partageait la plus grande partie de son contenu avec des voisins et amis.

Quelle ne fut pas sa stupéfaction, hier, en voulant ouvrir la dite boite pour y prendre les derniers bonbons restants, lorsque en soulevant le couvercle, il aperçût, couché dans la boite, le petite cadavre d'un nouveau-né qui paraissait y avoir été placé depuis seulement quelques heures.

Se rappelant que la veille, leur bonne, Yvonne Porte, 19 ans, s'était plainte d'une indisposition, il la mit en présence de sa lugubre trouvaille et la jeune domestique avoua, avoir accouché clandestinement, de l'enfant que l'on venait de la boite.

Le docteur Paul a été commis à l'effet de savoir si le dit enfant était né viable.


 De singuliers visiteurs - 1923

De singuliers visiteurs

Paris-Soir — 9 octobre 1923

Vers minuit, Raoul Rouché, 67 ans, 39, rue du Château-des-Rentiers, dormait dans sa chambre lorsque deux inconnus firent irruption dans la pièce. L'un d'eux s'écria : « Dis-moi où est Marguerite, ma femme ? Il M. Rouché leur répondit qu'il l'ignorait. Après le départ des deux hommes, il se rendit au commissariat de son quartier où il porta plainte.


 La tentative d'émeute cette nuit rue Nationale - 2 mai 1934

La tentative d'émeute cette nuit rue Nationale

Le Journal — 2 mai 1934

Des incidents très graves qui ont rapidement pris le caractère d'une véritable émeute, se sont produits tard dans la soirée rue Nationale, dans le XIIIè arrondissement.

Cliché : Paris-Soir en date du 3 mai 1934

Entre le 79 et le 81 de cette vole s'ouvre la cité Jeanne-d'Arc, vaste îlot habité par un grand nombre de familles. Vers 20 heures, plusieurs centaines d'individus s'étaient groupés dans la rue et s'étaient mis à lapider les taxis qui passaient.

Quatre chauffeurs et leurs voyageurs avaient été blessés et pansés à l'hôpital de la Pitié.

La préfecture de police, alertée par le commissariat, envoya des cars chargés d'agents sur les lieux. Mais; entre temps, la plupart des manifestants s'étaient réfugiés dans les maisons tandis que quelques autres dressaient à la hâte une barricade, à l'endroit où la rue fait un coude devant le numéro 164.

La barricade

Cette barricade, faite de tas de pavés dont quelques-uns débordaient des poubelles où ils étaient entassés, était double. Deux rangées de pierres encadraient la grille qui ferme la cité Jeanne-d'Arc et en défendaient l'accès.

Bientôt un feu de joie alimenté par des bois de lit, des matelas, des portes et par toutes sortes de planches éclaira sinistrement ce décor tragique.

On voyait, derrière les barreaux de fer de la cité, des têtes qui s'agitaient dans la pénombre et qu'éclairait parfois une lueur rouge. Un drapeau rouge piqué dans les pierres de la rue semblait être lui-même une flamme qu'agitait parfois le bras d'un communiste.

De temps en temps, comme pour empêcher les voisins de dormir, une phrase de l'Internationale s'échappait d'une fenêtre, et puis de nouveau le feu de planches crépitait.

Les péripéties de la lutte

Quand, vers minuit, les agents, arrivent sur les lieux, ils sont accueillis par une fusillade nourrie qui les oblige à battre en retraite:

Le brigadier Jamet, blessé au ventre s'écroule. On le transporte dans une pharmacie voisine où il reçoit des soins en attendant d'être transféré à la maison de santé des gardiens de la paix.

1 heure. — M. Paul Guichard, qui vient d'arriver, s'avance en dehors du barrage formé par les cars de la préfecture, dans l'intention de parlementer avec les émeutiers.. Mais des coups de feu sont tirés sur lui et le directeur de la police municipale doit se retirer.

La rue Nationale est complètement barrée maintenant entre la place Nationale et le boulevard de la Gare. Les communistes se servent de revolvers, de carabines et de fusils.

1 heure 45. — M. Guichard vient de nous déclarer :

— Comme, à pareille heure, la circulation peut sans inconvénient être interrompue, je ne veux pas risquer la vie de mes hommes, d'autant plus que si cette bande d'individus se réfugiaient dans la cité Jeanne-d'Arc, celle-ci deviendrait pour nous un véritable coupe-gorge dont nous ne pourrions-nous tirer sans risquer de nombreuses vies humaines.

2 heures. — M. Langeron, préfet de police, accompagné de M. Bressot, directeur de son cabinet, arrive rue Nationale.

On apprend que parmi les arrestations qui ont été opérées, figurent la femme Ida Battu et son ami, Louis Bermini, demeurant 24, rue du Tage, qui s'étaient livrés à des voies de fait sur un gardien de la paix ; la femme Bavolet et son mari, qui avaient attaqué chez lui et molesté leur voisin, le gardien de la paix Serini.

2 heures 15. — M. Paul Guichard, à la sortie d'une conférence tenue sur place avec M. Langeron, décide de faire appel aux pompiers et demande par téléphone le matériel d'assaut de la Police judiciaire.

Dès que quelqu'un apparaît rue Nationale en dehors du barrage des camions de la Préfecture, les coups de feu crépitent. Les balles viennent s'aplatir sur la carrosserie des cars.

L'aspect provincial de la petite place Nationale contraste avec le déploiement des forces policières qui, silencieusement, s'y groupent et attendent.

Voici les voitures, munies de phares aveuglants, qui, pour la première fois, vont entrer en action.

De temps à autre, la sirène du téléphone de Police-Secours domine la sourde rumeur. La rue Nationale est déserte, mais les trous des fenêtres ouvertes, prudemment éteintes, sont autant de menaces.

Tout au bout, les flammes de la barricade sont sans cesse ranimées et de plus en plus vives; elles voilent son aspect du côté de la place Nationale, mais quand on la voit du boulevard de la Gare, dont elle est beaucoup plus proche, on s'aperçoit qu'une douzaine d'individus seulement la gardent, prêts à donner l'alerte si l'assaut en était entrepris.

L'assaut

2 heures 30. — MM. Langeron, Paul Guichard et le capitaine Pillien, de la caserne de pompiers de Poissy, viennent de .tenir une nouvelle conférence à la suite de laquelle l'ordre a été lancé de donner l'assaut aux émeutiers.'

À cet effet, plusieurs cars vides pilotés par un seul chauffeur, sont mis en marche à reculons dans la rue Nationale, en direction de la barricade.

Derrière les cars marchent une centaine de gardiens de la paix coiffés de casques et revêtus de cuirasses.

La barricade flambe toujours et des coups de feu, de temps à autre, claquent dans le silence impressionnant.

La barricade est prise

3 heures. — La .colonne d'assaut, composée d'agents, de gardes et dé pompiers, encadrée de puissants projecteurs, arrive à proximité de la barricade sans rencontrer de résistance. Les émeutiers se sont réfugiés dans les immeubles de la cité Jeanne-d'Arc.

En quelques secondes, la barricade est enlevée. Les pompiers noient les matériaux enflammés et, dès qu'une fenêtre s'entr'ouvre, dirigent leur jet dans sa direction.

La rue est absolument déserte. Les coups de feu ont cessé. Mais ce n'est là que la première partie de la tâche assignée à la police.

Maintenant les inspecteurs de la brigade spéciale, munis de casques et de boucliers, vont pénétrer dans l'immeuble d'où sont partis les coups de carabine et vont s'efforcer de retrouver l'homme qui a grièvement blessé le brigadier Jamet.

On devine dans la maison des allées et venues incessantes. Que vont faire les locataires qui tout à l'heure « tiraillaient » sur la police ?

Les dernières dispositions sont prises par MM. Langeron et Guichard avant l'attaque définitive.

3 heures 15. — Oh apprend que les émeutiers, qui ont quitté la rue Nationale à l'approche de la colonne d'assaut, ont construit une nouvelle barricade rue Jeanne-d'Arc. La police s'apprête à lui donner l'assaut.

Quatre arrestations

3 heures 45. — La seconde barricade vient d'être enlevée. Les émeutiers ont fui à l'arrivée de la police.

D'autre part, les inspecteurs de la brigade spéciale ont réussi à pénétrer à l'hôtel Le Beugé, 161,rue Nationale, d'où étaient partis les coups de feu. MM. Langeron et Paul Guichard accompagnaient le petit groupe des inspecteurs, revêtus de salopettes bleues.

Au premier étage de l'immeuble, les représentants de la loi trouvèrent quatre hommes couchés, qui feignaient de dormir. Le préfet de police les mit lui-même en état d'arrestation. Ce sont les nommés Max Delavallée, Maurice Laborde, Émile Laborde et Jean Esperle. Ils sont âgés de 25 à 30 ans. Ils ont été conduits au commissariat du quartier de la Gare, où ils sont interrogés.

On a l'impression que les quatre individus se sont mis au lit quand ils ont vu la police arriver et prête à pénétrer dans l'hôtel. Ce serait bien eux qui ont tiré des coups de carabine.

Les autres émeutiers se sont retirés dans la cité Jeanne-d'Arc, dont les grilles sont fermées et cadenassées.

Le service d'ordre, bien que l'émeute paraisse terminée, reste sur les lieux.


A lire également

Le récit du Petit-Parisien

Le récit du Figaro

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire

Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Les crimes d'un alcoolique - 1898

La rue des Malmaisons, inconnue de bien des Parisiens, est située avenue de Choisy, le long du chemin de fer de ceinture. À part quelques commerçants de détail, elle est habitée presque exclusivement par des ménages de chiffonniers.

Lire


Esclave de sa Colère - 1895

Bien que Sénèque ait dit « La colère est une courte folie », elle n'est pas toujours excusable, surtout lorsqu'elle se manifeste par des accès trop fréquents.
C'est le cas de la nommée Augustine Couffier, âgée de trente-huit ans, ménagère, demeurant rue des Malmaisons.

Lire


L'alcoolisme - 1895

Le boulevard de la Gare a été mis en émoi hier soir par un nommé Léon Marisson, âgé de trente-sept ans, terrassier, demeurant rue Xaintrailles.

Lire


Un bien triste individu - 1896

Les gardiens de la paix Déom et Métayer étaient de service l'avant-dernière nuit, vers trois heures et demie, dans la rue du Moulin-des-Prés, lorsque les cris « Au secours ! à l'assassin ! » poussés par une voix de femme, retentirent soudain dans la rue Gérard.

Lire


Un coup raté - 1891

L'avant-dernière nuit, vers trois heures du matin, une veuve Bricot, qui tient un garni 112, boulevard de la Gare, entendait tout à coup des cris provenant d'une chambre inoccupée de l'hôtel.

Lire


Le crime de la Cité Jeanne d'Arc - 1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait : Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

Lire


Le crime de la Cité Jeanne d'Arc - 1907

L'homme qui, la veille, avait étranglé, cité Jeanne-d'Arc, le journalier Jean Guérineau, a consenti à dévoiler enfin son identité.

Lire


Haustrate aux Assises -1907


Un mari qui tue sa femme - 1897


Un rôti de chien enragé - 1873


Une femme aux fers - 1873


Amours séniles - 1904


La Jalousie d'un Vieillard - 1904


Une tragédie passage Doré - 1908


Un Drame du Terme - 1902


Querelle de famille - 1905


La guerre à propos d’œufs de Pâques - 1897


« Entends-tu ma voix qui t'invite ? » - 1905


Une page d'amour - 1906


Drame de la misère - 1894


La pègre -1907


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte