entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La boucherie centrale de l'Assistance Publique était installée en 1860 au sein de l'abattoir de Villejuif situé 181 boulevard de l'Hôpital. Elle livrait 112.000 kilogrammes de viande par an.


La rue du Petit Banquier que Balzac et Victor Hugo rendirent célèbre, perdit son nom au profit du peintre Watteau par décret impérial du 27 février 1867.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1904

Les on-dit

Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 L'inévitable fou - 1900

L'inévitable fou.

Le Matin - 31 décembre 1900

M. Remongin, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, a reçu, hier matin, la visite d'un pauvre diable, vêtu de loques sordides, qui lui a déclaré se nommer Charles-Camille Cuny, âgé de trente-sept ans, et être l'auteur du crime de la rue des Plâtrières.

— J'ai reçu du ciel la mission de couper en morceaux tous les hommes qui insulteraient le saint nom de Dieu, a-t-il dit, au magistrat.

Ce malheureux, qui est un pauvre déséquilibré, est en état de vagabondage. Il a été dirigé sur l'infirmerie spéciale du Dépôt.


 Le coup de l'anévrisme..- 26 février 1897

Le coup de l'anévrisme.

Le Matin — 26 février 1897

On avait annoncé qu'une dame Caroline Foussier, demeurant quai de la Gare, dans le quartier des Gobelins, était morte victime d'un empoisonnement criminel. On avait même échafaudé sur la fin de cette femme tout un roman auquel les affirmations des voisins paraissaient donner un semblant de vérité.

M. le docteur Vibert a pratiqué, hier, à la Morgue, l'autopsie du cadavre de Mme Foussier et il a reconnu que cette personne avait tout simplement succombé à la rupture d'un anévrisme.

Néanmoins, les viscères ont été envoyées au laboratoire de toxicologie M. le docteur Ogier en fera l'analyse.


 Sombre histoire de charbon - 1937

Quartier Croulebarbe

Sombre histoire de charbon

Le Petit-Parisien ― 5 novembre 1937

Un camion d'anthracite destiné à une école parisienne est détourné et livré à une « maison d'illusions »

Trois charbonniers, la concierge et la « patronne » sont compromis

Il n'est question dans le quartier Croulebarbe (XIII* arrondissement), que d'une histoire de détournement de charbon, dont ce qu'on en a pu savoir, suffit à faire le mystère dont on l'entoure volontairement.

Voici telle qu'on la conte.

Trois employés d'une importante maison, de combustible de Paris avaient été chargés de livrer le contenu de trois voitures d'anthracite belge à une école communale de la Ville de Paris.

Le transport se fit sans incident. Les véhicules vinrent s'arrêter l'autre matin devant la porte de rétablissement scolaire auquel le charbon était destiné. Et le déchargement commença, sous l’œil intéressé, mais intéressé d'une manière bien particulière, ainsi qu'on va le voir, du concierge.

Deux véhicules furent ainsi allégés de leur chargement.

Le troisième ?

Après un conciliabule prolongé entre le gardien de l’école et les « charbonniers », on le vit s'en aller, aussi chargé qu'à l'arrivée. Son conducteur ne l'emmenait, d'ailleurs pas bien loin. Quelques tours de roue et la voiture s'arrêta à nouveau. C'était devant une maison dont les volets hermétiquement fermés indiquaient suffisamment les soucis très particuliers de ses occupantes. L'huis fut entr'ouvert, et, en quelques minutes, l'anthracite belge, qu'on eut pu croire destiné au bienêtre des écoliers parisiens, disparut dans les caves de la « maison ».

C'est alors qu'apparurent — le coup avait donc été concerté et aussi… dénoncé ! — plusieurs messieurs qui étaient des inspecteurs de la police judiciaire. Il y eut quelques remous, quelques cris, quelques protestations. Et tout rentra dans l'ordre.

Non toutefois sans que les trois livreurs, le concierge de l'école et la « maîtresse de maison » été conduits quai des Orfèvres, où il parait qu'on leur démontra aisément le vol dont ils s'étalent rendus coupables, encore que la bénéficiaire de la troisième voiture ait affirmé avoir payé sa livraison, bien qu'à un prix très réduit.


Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire

La reconstitution des Gobelins

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.
La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. (1913)

Lire

La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre. (1907)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Place Pinel, un modèle tombe dans un guet-apens - 1911

La place Pinel, voisine du boulevard de la Gare, dans le treizième arrondissement, a été le théâtre hier soir d'une tentative d'assassinat, encore entourée de mystère.
Il était un peu plus de neuf heures et demie...

Lire


Une bagarre Place Pinel - 1899

Depuis quelque temps, une bande de redoutables gredins qui se dénommaient eux-mêmes les « Terreurs d’Italie » et dont le quartier général était situé boulevard de la Gare, étaient en fort en fort mauvaises relations avec une bande de leurs semblables désignés sous le nom pittoresque des « Casse-cœurs » et résidant le plus souvent boulevard de l'Hôpital.

Lire


Les rixes du quartier des Gobelins - 1894

Depuis quelque temps le quartier des Gobelins est le théâtre de rixes continuelles.

Lire


Entre chiffonniers - 1899

Tout au bout de Paris, là-bas, rue Nationale, dans le treizième arrondissement, il existe deux cités, qui renferment une population très turbulente de chiffonniers et de gens sans aveu. La première est la cité Jeanne-d'Arc, la seconde, la cité Doré. Or, les « gars de la Jeanne-d'Arc », nouveaux Capulets, vivaient en très mauvaise intelligence avec ceux de « la Doré » modernes Montaigus, et, de chaque côté, la coupe ces messieurs disent la malle était pleine. Il fallait peu de chose pour la faire déborder...

Lire


Rixe - 1899

Une vingtaine d'habitants de la cité Jeanne-d'Arc, qui nourrissaient depuis quelque temps des projets de vengeance contre des locataires de la cité Doré, rencontraient quelques-uns de ceux-ci place Pinel et les provoquaient.

Lire


On découvre dans un cinéma le cadavre coupé en morceaux de la petite Barbala disparue le mois dernier - 1922

Un crime atroce qui ne peut être que celui d'un sadique ou d'un fou a été découvert l'avant-dernière nuit, au cinéma « Madelon », 174, avenue d'Italie.

Lire


Suzanne Barbala, disparue depuis le 1er septembre, avait été assassinée - 1922

Son corps, coupé en huit morceaux, est retrouvé sous la scène d’un cinéma de l’avenue d’Italie

Lire


Le cercle de recherches se resserre autour du meurtrier - 1922


La justice suit deux pistes - 1922


Le mystère du cinéma Madelon - 1922


Un des suspects est arrêté - 1922


On n’a pas encore retrouvé l'assassin de Suzanne Barbala - 1922


L'assassinat de la petite Barbala - 1922


Fraudes à l’octroi - 1873


On recherchait cinq «disparus» dans les souterrains de la porte d'Ivry - 1932


Le Crime du Petit-Ivry - 1903


Drame du revolver aux Gobelins - 1913


Un cimentier a tenté de tuer sa femme d'un coup de revolver à la tête avenue des Gobelins - 1914


Les étrangleurs des Gobelins - 1895


Un drame boulevard de l'Hôpital - 1897


Un jeu dangereux - 1897


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte