Faits divers

 Sur la zone du XIIIè arrondissement un ivrogne blesse grièvement sa femme d'un coup de couteau - 1933

Sur la zone du XIIIè arrondissement un ivrogne blesse grièvement sa femme d'un coup de couteau

Le Petit-Parisien — 30 août 1933

Au numéro 1 de la  villa  Sainte-Hélène, tout près de la poterne des Peupliers, sur la zone annexée du XIIIè arrondissement, la famille Nesler occupe une baraque de trois pièces, au fond d'un petit terrain clos dont elle est locataire. Le mari, Émile, trente-sept ans, chaudronnier, est bon travailleur mais sujet à  des mouvements de violence souvent provoqués par la boisson. Sa femme Mathilde, née Lehay, trente-trois ans, est fleuriste place d'Italie. Ils ont deux enfants, un garçon de dix-sept ans, né d'un premier lit, et une fillette de trois ans, la petite Jeannine.

Mariés depuis dix ans, les époux ne s'entendent guère. Les discussions sont fréquentes et les coups pleuvent. Souvent les voisins doivent intervenir pour calmer l'homme menaçant.

Il y a environ six jours, Émile Nesler disparaissait, laissant les enfants aux soins de sa femme et l'on n'avait plus entendu parler de lui depuis ce temps lorsqu'il revint dans la maisonnette dimanche dernier.

― Je viens chercher mes affaires, dit-il.

De fait, Il prit son linge, ses vêtements et s'en fut de nouveau.

Hier, vers 17 h.30, alors que la fleuriste lavait dans une lessiveuse qu'elle avait installée sur une table de cuisine dans la courette, il surgit soudainement devant elle.

― Que veux-tu, lui demanda la femme, qui vit tout de suite qu'il avait bu plus que de raison.

― Je viens pour te tuer, répondit l'ivrogne.

Et, ouvrant le tiroir de la table, il saisit un des trois couteaux  de cuisine qui s'y trouvaient et en plongea la lame dans le dos de la malheureuse qui poussa un grand cri et s'affaissa. L'homme hébété se laissa arrêter par les voisins qui le remirent aux mains des agents, cependant que la blessée était transportée à la Salpêtrière un poumon perforé. On espère cependant la sauver.

M. Barnabé, commissaire par intérim de la Maison-Blanche, qui a pu interroger la blessée dans la soirée et a connu ainsi les circonstances du drame, a envoyé le mari au dépôt. La petite Jeanine a été confiée à la sœur de la victime.


Plan de 1901

À lire également...

Boulevard de l'Hôpital

Un drame boulevard de l'Hôpital

1897

Un drame sanglant s'est déroulé, hier soir, vers neuf heures, sur le boulevard de l'Hôpital. Un mari a tué sa femme, puis a tenté ensuite de se suicider, C'est l'éternel et banal drame conjugal.

...


Le drame de la rue Coypel

1888

Un drame sanglant s'est déroulé hier, vers cinq heures, au numéro 13, de la rue Coypel. A cette adresse habite un ex-brigadier de gardiens de la paix , âgé de soixante-quatre ans, qui maria sa fille, il y a quelques années, à un marchand ambulant..

...


Un enfant mangé par un cheval

1884

Un drame épouvantable s'est passé, hier, rue de l'Espérance, 14 (treizième arrondissement)

...


Boulevard de l'Hôpital

La chasse aux loups

1896

Hier, vers cinq heures du matin, tandis que le soleil, qui a le réveil mauvais en ce moment, risquait sa première grimace à travers la brume du ciel, les gens qui passaient boulevard de l'Hôpital, ouvriers se rendant à leur travail ou chiffonniers occupés à éplucher les boîtes à ordure, furent soudain surpris d'entendre une fusillade qui crépitait à côté d'eux.

...

Saviez-vous que... ?

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

L'Eglise Saint-Marcel de la Salpétrière fut construite en 1856 par l'architecte Blot aux frais de l'abbé Morisot qui, en septembre 1865, la céda à la ville de Paris moyennant 275.285 francs.

*
*     *

Le groupe scolaire de la rue Fagon fut inauguré le dimanche 5 février 1899, soit sept ou huit ans après la fin de sa construction et son ouverture aux élèves. Cette inauguration eut lieu sous la présidence de M. Achille, conseiller municipal. Dans l'assistance très nombreuse, se trouvaient MM. Paul Bernard, député, Mossot et Rousselle, conseillers municipaux de l'arrondissement.

*
*     *

C'est par un décret impérial du 2 octobre 1865 que le boulevard de Vitry devint la rue de Patay.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare