entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La rue Henri Pape s'appelait jusqu'en 1897, rue Edmond-Valentin


En 1887, Camille Claudel vivait dans un atelier loué pour elle par Auguste Rodin, la Folie Neubourg ou Clos Payen, 68 boulevard d’Italie, actuel boulebard Blanqui


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1911

La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un pseudo-traître - 1897

Un pseudo-traître.

Le Journal — 24 novembre 1897

Hier, vers quatre heures, un employé de banque, M. Henri Larnaux, âgé de quarante ans, habitant boulevard de Port-Royal, se présentait au commissariat de police du quartier Croulebarbe et demandait à voir le commissaire en personne.

Mis en présence de M. Yendt, le pauvre employé déclara quo Dreyfus était Innocent et que c'était lui-même qui avait dérobé et vendu les documents à l'Allemagne. Puis, il prononça quantité d'autres paroles incohérentes.

Le malheureux fou a été envoyé l'infirmerie spéciale du Dépôt.


 A coups de baïonnette.- 19 janvier 1897 A CHANGER

A coups de baïonnette.

Le Matin - 19 janvier 1897

Le quartier de la Maison-Blanche a été, hier matin, le théâtre d'un drame sanglant. M. Joseph Brichet, garde républicain en retraite et propriétaire d'un petit; immeuble situé dans le passage des Malmaisons, a été frappé du plusieurs coups de baïonnette par un de ses locataires, un chiffonnier du nom de Guillon.

Ce Guillon était sorti récemment de la maison centrale de Poissy; il avait la prétention de transformer son logement en une sorte d'asile de nuit à l'usage de tous les vagabonds du quartier et des prisonniers libérés se trouvant sans domicile.

Naturellement, M. Brichet vit d'un très mauvais œil cette invasion 'de malfaiteurs dans un local lui appartenant, et il s'efforça de faire déguerpir et son singulier locataire et ses étranges amis.

Comme Guillon se refusait énergiquement à vider les lieux, M. Brichet trouva très pratique de faire démonter la porte et les fenêtres de son logement. Le chiffonnier résista quand même, et, hier matin, quand l'ex-garde républicain se présentait pour lui signifier de nouveau son congé, il se précipita sur lui, armé d'une vieille baïonnette et le frappa à la poitrine et aux jambes.

M. Brichet, blessé très grièvement, a été transporté à l'Hôtel-Dieu. Quant à l'auteur de cette tentative de meurtre, il été mis sur-le-champ en état d'arrestation et envoyé au Dépôt par M. Remougin, commissaire de police.


 On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant - 1911

L'AFFAIRE DU QUAI D'AUSTERLITZ

On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant

Tout semble indiquer que c'est celui du petit Lepape, disparu, avec sa mère, depuis le mardi gras. — Celle-ci, neurasthénique, avait annoncé, ce jour-là, qu'elle allait se jeter à l'eau.

Le Petit Parisien — 26 mai 1911

M. Jean Fatigué, un gars de vingt-quatre ans, lavait à grande eau, hier matin, le pont de la Louise, une longue péniche noire qui, depuis quelques jours, est amarrée au quai d'Austerlitz, non loin du pont de Bercy. Machinalement, ses yeux s'étant portés sur le milieu du fleuve, il aperçut une masse informe, quelque chose comme un gros paquet, qui descendait rapidement le fil de l'eau.

Prendre une gaffe, sauter dans un bachot fut pour lui l'affaire d'un instant. Alors, il reconnut un cadavre et le harponna. Quand il fut tout près, il saisit une petite main qui s'offrait, et tira. Horreur La main se détacha du bras et resta dans la sienne. Il la lâcha. Quand il voulut la rattraper, il était trop tard. Le courant l'avait emportée.

Décomposé!

Le corps fut déposé sur la berge. Des maçons qui travaillent en ce moment à la réfection du quai, prêtèrent des sacs de plâtre pour le recouvrir et un agent courut, passage Ricaut, prévenir M. Lompré, commissaire du quartier.

Le noyé était un garçonnet d'une dizaine d'années environ à en juger par l'état de décomposition dans lequel il se trouvait, il avait dû séjourner dans l'eau assez longtemps.,

De la tête, seuls les cheveux noirs restaient intacts. Le reste était méconnaissable.

De la tête, seuls les cheveux noirs restaient intacts. Le reste était méconnaissable et ne présentait plus qu'une boule de chair verdâtre où la bouche, le nez, les yeux, se confondraient dans une bouffissure difforme. Un limon fangeux et épais faisait un masque à ce visage défiguré que coiffait, enfoncé jusqu'à la nuque, un béret de grosse laine bleue.

En plus du cache-nez noir qui protégeait son cou et couvrait en partie ses épaules, l'enfant portait sur sa chemise de grosse toile un maillot de laine grise paraissant avoir été tricoté à la main, et deux blousettes de velours à côtes, l'une rouge grenat, l'autre très usagée et de couleur indéfinissable. Une culotte en cheviote noire, des bas de même nuance et des souliers à lacets complétaient son costume. Ces effets ne portaient aucune marque apparente, ne contenaient aucun papier permettant d'identifier ce petit malheureux.

M. Lompré constata que le petit cadavre ne portait aucune trace de violence. Après l'avoir envoyé à la Morgue, il commença son enquête.

La disparition de Romuald Lepape

Ses premières recherches lui firent retrouver une déclaration de disparition, enregistrée le 1er mars dernier, et émanant de M. Lepape, ouvrier cordonnier, habitant, 28, rue du Moulin-de-la-Pointe.

La veille, entre huit et dix heures du soir, la femme de ce malheureux, Mme Alicia-Marie Lepape avait quitté le domicile conjugal, emmenant avec elle son fils Romuald, un joli bambin de six ans. En partant, elle avait annoncé à des voisins son projet d'aller se jeter à l'eau, mais ceux-ci avaient cru qu'elle plaisantait.

Rien, cependant, n'était plus vrai, puisque, un mois plus tard, on avait repêché son cadavre au quai d'Auteuil. Mais il avait été impossible de retrouver la trace de son petit. Sans aucun doute, elle s'était suicidée avec lui. Or, le signalement de celui-ci correspondait, point pour point, avec celui de l'enfant repêché au pont de Bercy, M. Lompré envoya un de ses inspecteurs au domicile de M. Lepape. L'ouvrier était absent. Ce ne fut que dans la soirée qu'il se présenta au commissariat. Il était trop tard pour qu'il se rendit à la morgue afin d'être mis en présence du noyé.

Mais, dès qu'il eut pris connaissance des renseignements que lui communiqua le magistrat, M. Lepape n'eut aucun doute.

— Mon fils était vêtu -de même, dit-il.

C'est assurément lui qu'a trouvé M. Jean Fatigué.

La douleur d'un père

Non loin de la porte de Bicêtre s'étend la rue du Moulin-de-la-Pointe, bordée de maisonnettes entourées de jardinets. C'est dans l'une d'elles que nous avons rencontré le père du petit Romuald. M. Lepape y occupe depuis cinq ans un petit logement en rez-de-chaussée. C'est- un excellent ouvrier. Il travaille chez le même patron, dans le quartier Croulebarbe, depuis onze ans.

Originaire de Nantes, il épousa, à Gentilly, en une de ses compatriotes, Alicia--Marie Le Pollen, née à Rennes en 1883. Le petit Romuald naquit de leur union, le 20 avril 1906.

"Nous étions parfaitement heureux, nous dit M. Lepape j'adorais ma femme et mon petit, et je gagnais largement notre vie."

— Nous étions parfaitement heureux, nous dit M. Lepape j'adorais ma femme et mon petit, et je gagnais largement notre vie, lorsque, au commencement de cette année, à la suite d'une courte maladie, ma jeune compagne devint neurasthénique.

Je l'obligeai à cesser de travailler de son état de fleuriste, le médecin ayant prescrit d'éviter tout surmenage, et je fis admettre notre petit garçon à l'école maternelle de la rue de Tolbiac.

L'enfant devenait de plus en plus fort, de plus en plus amusant, au contact des gamins de son âge son intelligence s'éveillait ; c'était un délicieux bambin.

Quant à ma femme, son mal allait s'aggravant; son pauvre cerveau était hanté d'idées fixes, Je fis tout pour la distraire un peu. Ce fut en pure perte. Le 28 février, c'était le jour du mardi gras, nous dînâmes gaiement Alicia avait préparé des beignets, elle semblait aller mieux.

Après le repas, comme je me disposais à sortir pour me rendre chez un de mes clients, elle me sembla contrariée. Tu, nous quittes, me dit-elle. Eh ! bien je vais faire un tour, moi aussi, et j'emmène le petit…

— Oh oui, maman, s'écria le gamin, c'est cela : sortons, allons voir les déguisés.

Sans inquiétude je partis. A onze heures, lorsque je rentrai, je ne trouvai ni ma femme, ni mon enfant.

Je passai la nuit à les attendre. Le lendemain, je me rendis chez ma belle-sœur, puis chez tous nos amis : personne n'avait vu ni ma femme ni mon fils. C'est alors que je fis ma déclaration de disparition. Vous savez le reste.

Une déclaration de M. Fatigué

Monsieur Jean Fatigué

Nous avons vu, d'autre part, M. Jean Fatigué qui effectua le repêchage.

— En approchant du cadavre, nous a-t-il dit, j'ai remarqué que le buste et les jambes seulement flottaient à la surface de l'eau. La tête était enfoncée et paraissait maintenue en arrière par un poids lourd.

Au moment où j'ai soulevé le corps pour l'étendre dans mon bachot, j'ai cru distinguer comme un cercle de fer ou un laiton de cuivre qui se détachait du cou.

— Je n'ai eu qu'une vision très rapide de ce singulier collier, car il a coulé aussitôt, entraîné par un objet noirâtre, quelque chose comme un paquet qui y était attaché et que je n'ai fait qu'entrevoir.

M. Fatigué n'a pas été très affirmatif. Il n'a eu qu'une impression. Le médecin nous dira, avant peu, si elle a été bonne ou mauvaise.


 

A lire également : la version du Figaro de ce même fait-divers :

Noyé par sa mère

Le Figaro 26 mai 1911

Le marinier Jean Fatigué, de la péniche Louise, a retiré de la Seine, au quai d'Austerlitz, hier matin, à dix heures, le cadavre d'un garçonnet de cinq à six ans qui avait séjourné plusieurs jours dans l'eau. Il avait la tête complètement enveloppée dans un fichu de laine- noire, attaché derrière le cou.

Une enquête, immédiatement ouverte, a permis de découvrir quel était cet enfant.

En février dernier, une dame Lepape, âgée de vingt-huit ans, fleuriste, disparaissait avec son fils, le jeune Romuald. On crut à une fugue. Mais un mois après le corps de la jeune femme était repêché près d'Auteuil. Le costume que portait l'enfant lors du départ de la mère étant le même que celui du petit repêché hier, il parait certain que ce cadavre est celui du jeune Romuald Lepape, que sa mère a noyé en même temps qu'elle.

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre. (1907)

Lire

Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire

Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire

La catastrophe de la Cité Doré

La cité Doré, entre le boulevard de l'Hôpital et la rue Jeanne-d'Arc, refuge misérable des biffins les plus pauvres, était jusqu'à présent un coin pittoresque de reportage.
C'est maintenant le lieu d’une catastrophe douloureuse qui compte cinq morts, qui aurait pu tuer plus de personnes encore, si, par un malheureux hasard elle s'était produite, une heure plus tôt. (1925)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le crime de la Buttes-aux-Cailles - 1930

Les inspecteurs de la brigade spéciale poursuivent avec activité, mais sans résultats réellement intéressants, leur enquête sur l'assassinat dont fut, lundi, la victime le mystérieux Yougoslave Joseph Werner.

Lire


Le pénible drame du quartier Croulebarbe - 1929

Lamentable drame que celui qui jeta, hier soir, l'émoi dans le populeux quartier Croulebarbe.

Lire


Une cartomancienne assassine son ami - 1921

n cette pittoresque cité Jeanne-d'Arc, 166 bis rue Nationale, où gitent tant de laborieux chiffonniers, était, il y a quelque temps, venu se fixer un couple, assez mal assorti du reste, sur l'existence duquel on manque, pour l'instant, de renseignements.

Lire


L'incendie de la rue des Cordelières - 1895

Hier soir, vers sept heures et demie, le feu s'est déclaré, avec une grande violence, dans l'immeuble situé 24, rue des Cordelières (13è arrondissement), où se trouvent une fabrique d'eau de seltz et un dépôt d'eaux minérales appartenant à M. Aureau.

Lire


Grave affaire de fraude dans le quartier Croulebarbe - 1904

Les sels dénaturés utilisés par les tanneurs de la Bièvre servaient ensuite pour la confection des glaces, sorbets et gaufrettes

Lire


Des bandits en auto dévalisent une passante puis attaquent une crémière - 1931

D'audacieux bandits, des jeunes gens, si l'on en croit le signalement donné par les victimes, ont opéré, l'autre nuit, d'abord rue du Bois-de-Boulogne, à Neuilly, puis rue Brillat-Savarin, en utilisant une automobile volée.

Lire


Le drame de la rue Brillat-Savarin - 1900

Rue Brillat-Savarin, dans un modeste logement du troisième étage, habitait depuis quelque temps un journalier, Jean Simon, âgé de quarante ans, et sa fille, laquelle fréquentait un employé de commerce, Lucien Grandet, qui venait la voir quotidiennement.

Lire


Le drame de la rue de Tolbiac : un mari qui tue sa femme - 1902


Le drame de la rue de Tolbiac : un commis boucher blesse grièvement sa femme puis se suicide - 1936


Le drame de la rue de Tolbiac : Un soldat tire sur sa femme et la blesse mortellement - 1908


Le drame de la rue de Tolbiac : le cordonnier violent avait tué avec un tranchet - 1912


Le drame de la rue de Tolbiac : un drame passionnel fait deux morts - 1906


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895 (Petit-Parisien)


Le drame de la rue Jenner n°27 - 1893


Le drame de la rue Jenner n°6 - 1893


Le drame de la rue des Tanneries - 1932


Le drame des Gobelins - 1904


Le crime de la rue de Tolbiac - 1902


Fiançailles d'Apaches - 1904


Un meurtre rue Baudricourt - 1904


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte