entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

L'Eglise Sainte-Anne de la Maison Blanche, de style romano-byzantin, est due à l'architecte Bobin.


La statue de Pinel, bienfaiteur des aliénés, installée devant l'hôpital de la Salpétrière est due à Ludovic Durand.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Paris la nuit - 1903

Paris la nuit

Le Figaro — 31 mai 1903

Depuis quelque temps, le quartier de la Gare (treizième arrondissement) était plongé chaque nuit dans une profonde obscurité. Des malfaiteurs décapitaient les becs de gaz.

Deux d'entre eux ont été surpris rue du Chevaleret par des ouvriers de la maison Popp, qui, dans leur indignation, les ont à moitié assommés. On dû les porter à l'hôpital Cochin.


 Le gaz - 1927

Le gaz

Paris- Soir — 24 janvier 1927

Les locataires de l'hôtel Alary, 62, rue du Gaz, entendant des  gémissements qui provenaient d'une des chambres, avertirent la propriétaire. Celle-ci informa aussitôt M. Fauvel, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche.

La porte de la pièce enfoncée, le magistrat aperçut, râlant sur le parquet, les deux occupants : Mme Sarah Doline, âgée de 37 ans, sujette russe, exerçant la profession de sage-femme, et son fils, Théodore, âgé de 9 ans.

Les malades furent aussitôt transportés à l'hôpital de la Pitié.

S'agit-il d'une intoxication par absorption d'aliments avariés ou par toute autre cause ? On l'ignore pour l'instant : l'enquête de M. Fauvel fera sans, doute la lumière sur ce point.


 La Cité Doré - 1882

La Cité Doré

Journal des débats politiques et littéraires — 22 mai 1882

Le conseil d'hygiène publique et de salubrité a été chargé récemment, dit la Ville de Paris, d'étudier la situation actuelle de la cité Doré et de la cité des Kroumirs, sa voisine.

La cité Doré est située dans le 13e arrondissement ; elle est bornée par le boulevard de la Gare, la rue Jenner, la place Pinel et un terrain appartenant à l’Assistance publique. Elle se compose de sept voies de communication, toutes très étroites et dans lesquelles ne peuvent passer que des voitures à bras. Avant 1818, cette localité, qui était alors hors Paris, s'appelait le Château de Bellevue parce qu'il y avait effectivement une sorte de château entouré de cabarets et de guinguettes. On y voyait également un bal public très fréquenté par la population du faubourg. Quand la limite de la capitale fut transportée jusqu'au boulevard de la Gare, un spéculateur nommé Stuart acheta le château et le transforma en brasserie : la Brasserie écossaise.

Elle n'eut qu'un médiocre succès, et M. Andrew Cochrané, qui l'acheta en 1831, essaya inutilement d'y attirer le publie. C'est quelque temps après que M. Doré, fonctionnaire à l'Ecole polytechnique, s'en rendit acquéreur en y ajoutant un grand terrain contigu, qui fut entouré de murs et planté d'arbres. Le château et la brasserie devinrent une propriété d'agrément, un véritable parc ayant une étendue d'environ 12,000 mètres carrés. Depuis le commencement du siècle, ce vaste terrain était l'endroit préféré où les soldats se rendaient, le sabre à la main, pour vider leurs, querelles. Ce qu'il y a eu là de duels durant une période de vingt ans ne saurait s'imaginer. On y ferraillait du matin au soir. Le mur de clôture, d'ailleurs peu élevé, qu'avait fait construire M. Doré, ne changea rien à ces habitudes. On passait par-dessus, et tout était dit.

En 1848, 1.500 ouvriers des ateliers nationaux furent envoyés dans le chemin de ronde de la gare, sous le prétexte fallacieux d'arranger cette voie, mais les ouvriers payés pour ne pas travailler, s'en allaient passer la journée dans le parc de M. Doré, où le gazon et l'ombre des arbres étaient on ne peut plus favorables au far niente. Du coup, le pauvre mur de clôture fut abattu dans presque tout son parcours.

C'est alors que M. Doré se décida à diviser son parc en petites portions et à les louer à des ouvriers pour y bâtir. C'est lui qui fit tracer les rues que l'on y voit maintenant.

Telle est, rapportée sommairement, l'origine de cette agglomération de demeures malsaines à laquelle on conserva le nom de son fondateur, M. Doré. Privât d'Anglemont lui avait donné le nom de villa des chiffonniers.

La plus grande partie de la population se compose, il est vrai, de chiffonniers mais il y a aussi d'autres ouvriers.

D'après une statistique officielle, la cité Doré renfermait, au mois de janvier dernier, 470 ménages formant une population de 750 habitants. 66 de ces ménages sont inscrits au bureau de bienfaisance, ce qui donne une idée de la misère de ces pauvres gens.

Les habitations sont des réduits infects, presque sans meubles et affreusement sales. Vers 8 heures du matin, au moment où les voies de la cité viennent d'être balayées, les chiffonniers et les chiffonnières arrivent avec leurs hottes ou leurs voitures à bras remplies de chiffons, de vieux papiers, de loques de toute sorte, et se mettent aussitôt à faire le triage de ce qu'ils viennent de ramasser dans les rues.

Cette opération se fait généralement sur le seuil des maisons, quand le temps n'est pas trop mauvais, et beaucoup de détritus sans valeur sont jetés sur la voie publique, qui, en quelques instants, est aussi sale qu'avant le balayage.

Pour compléter ce tableau, ajoutons que les nombreux enfants de ces pauvres gens sortent à peu près à la même heure de leurs taudis ; on les voit déguenillés, traînant des lambeaux de haillons, presque jamais lavés, errant dans les rues toute la journée et déposant où bon leur semble les matières... peu odorantes qui ne sont balayées que le lendemain. Quant à l'état sanitaire de ce misérable .recoin de Paris, voici ce qu'en a dit M. le docteur Lafont, chargé depuis onze ans de visiter les malades en sa qualité de médecin du bureau de bienfaisance.

« La cité Doré, a-t-il dit, nous fournit plus du tiers des malades de ma circonscription. »

Nous devons ajouter cependant que, grâce aux visites fréquentes du commissaire de police du quartier et à ses recommandations, les rues sont moins sales aujourd'hui qu'autrefois.

Il a été question d'exproprier la cité Doré, c’est-à-dire de la faire disparaître. La mesure serait peut-être un peu trop radicale. Le rapport du conseil d'hygiène se-borne, dans ses conclusions, à demander au préfet de police d’intervenir auprès du préfet de la Seine pour obliger l'entrepreneur de balayage à enlever les immondices tous les matins il sollicite également l'établissement de fontaines dans les rues de ladite cité.


A lire également

La Cité Doré par Alexandre Privât d'Anglemont

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire

Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte