entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La rue Edmond Gondinet fut ouverte en 1898 et reçut, en 1899, le nom de ce trop méconnu auteur de comédies qui est aussi l'un des coauteurs du livret de Lakmé, opéra-comique en trois actes créé en 1883, musique de Léo Delibes.


La rue du Tibre, dans le quartier Maison-Blanche, a été ouverte sur l'emplacement d'une voirie d'équarrissage, elle a porté le nom de rue de la Fosse-aux-Chevaux, puis du Tibre, à cause de la Bièvre autour de laquelle ont été groupés des noms de fleuves.


La rue de la Colonie s'appella ainsi en raison de la présence d'une colonie de chiffonniers dans le secteur.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Précoce voleur - 1896

Précoce voleur

La Lanterne ― 27 janvier 1896

Le jeune Hippolyte Couteux, âgé de quinze ans et demi, demeurant chez ses parents, 166, rue Nationale, dérobait hier matin, sans être aperçu, une casquette d'une valeur minime, à l'étalage d'un magasin situé, 53, avenue des Gobelins. La casquette ne lui allant pas, le petit filou eut l'audace de la rapporter au magasin où il l'avait prise, demandant à l'échanger contre une autre à sa pointure. Le vol fut reconnu et le jeune escroc fut conduit au commissariat de M. Perruche, qui l'a envoyé au Dépôt.


 La « Crème des Gobelins » - 1899

La « Crème des Gobelins »

Le Radical — 10 février 1899

Toto, dit « la Crème des Gobelins », avait pour maitresse une fille qu'on appelait « la Belle » sans plus, comme si, malgré son nez camus, elle représentait l'idéal suprême de la beauté. Un jour, à la fête des Gobelins, il vit « la Belle » payer les chevaux de bois à « Bibi-la-Ripette ». Cela le rendit furieux, et il administra à la fille une correction qui la mit en marmelade.

Le fait a valu, hier, « la Crème des Gobelins », de la part de la dixième chambre correctionnelle, une condamnation à treize mois de prison. C'est la cinquième qui le frappe.


 La Cité Doré - 1882

La Cité Doré

Journal des débats politiques et littéraires — 22 mai 1882

Le conseil d'hygiène publique et de salubrité a été chargé récemment, dit la Ville de Paris, d'étudier la situation actuelle de la cité Doré et de la cité des Kroumirs, sa voisine.

La cité Doré est située dans le 13e arrondissement ; elle est bornée par le boulevard de la Gare, la rue Jenner, la place Pinel et un terrain appartenant à l’Assistance publique. Elle se compose de sept voies de communication, toutes très étroites et dans lesquelles ne peuvent passer que des voitures à bras. Avant 1818, cette localité, qui était alors hors Paris, s'appelait le Château de Bellevue parce qu'il y avait effectivement une sorte de château entouré de cabarets et de guinguettes. On y voyait également un bal public très fréquenté par la population du faubourg. Quand la limite de la capitale fut transportée jusqu'au boulevard de la Gare, un spéculateur nommé Stuart acheta le château et le transforma en brasserie : la Brasserie écossaise.

Elle n'eut qu'un médiocre succès, et M. Andrew Cochrané, qui l'acheta en 1831, essaya inutilement d'y attirer le publie. C'est quelque temps après que M. Doré, fonctionnaire à l'Ecole polytechnique, s'en rendit acquéreur en y ajoutant un grand terrain contigu, qui fut entouré de murs et planté d'arbres. Le château et la brasserie devinrent une propriété d'agrément, un véritable parc ayant une étendue d'environ 12,000 mètres carrés. Depuis le commencement du siècle, ce vaste terrain était l'endroit préféré où les soldats se rendaient, le sabre à la main, pour vider leurs, querelles. Ce qu'il y a eu là de duels durant une période de vingt ans ne saurait s'imaginer. On y ferraillait du matin au soir. Le mur de clôture, d'ailleurs peu élevé, qu'avait fait construire M. Doré, ne changea rien à ces habitudes. On passait par-dessus, et tout était dit.

En 1848, 1.500 ouvriers des ateliers nationaux furent envoyés dans le chemin de ronde de la gare, sous le prétexte fallacieux d'arranger cette voie, mais les ouvriers payés pour ne pas travailler, s'en allaient passer la journée dans le parc de M. Doré, où le gazon et l'ombre des arbres étaient on ne peut plus favorables au far niente. Du coup, le pauvre mur de clôture fut abattu dans presque tout son parcours.

C'est alors que M. Doré se décida à diviser son parc en petites portions et à les louer à des ouvriers pour y bâtir. C'est lui qui fit tracer les rues que l'on y voit maintenant.

Telle est, rapportée sommairement, l'origine de cette agglomération de demeures malsaines à laquelle on conserva le nom de son fondateur, M. Doré. Privât d'Anglemont lui avait donné le nom de villa des chiffonniers.

La plus grande partie de la population se compose, il est vrai, de chiffonniers mais il y a aussi d'autres ouvriers.

D'après une statistique officielle, la cité Doré renfermait, au mois de janvier dernier, 470 ménages formant une population de 750 habitants. 66 de ces ménages sont inscrits au bureau de bienfaisance, ce qui donne une idée de la misère de ces pauvres gens.

Les habitations sont des réduits infects, presque sans meubles et affreusement sales. Vers 8 heures du matin, au moment où les voies de la cité viennent d'être balayées, les chiffonniers et les chiffonnières arrivent avec leurs hottes ou leurs voitures à bras remplies de chiffons, de vieux papiers, de loques de toute sorte, et se mettent aussitôt à faire le triage de ce qu'ils viennent de ramasser dans les rues.

Cette opération se fait généralement sur le seuil des maisons, quand le temps n'est pas trop mauvais, et beaucoup de détritus sans valeur sont jetés sur la voie publique, qui, en quelques instants, est aussi sale qu'avant le balayage.

Pour compléter ce tableau, ajoutons que les nombreux enfants de ces pauvres gens sortent à peu près à la même heure de leurs taudis ; on les voit déguenillés, traînant des lambeaux de haillons, presque jamais lavés, errant dans les rues toute la journée et déposant où bon leur semble les matières... peu odorantes qui ne sont balayées que le lendemain. Quant à l'état sanitaire de ce misérable .recoin de Paris, voici ce qu'en a dit M. le docteur Lafont, chargé depuis onze ans de visiter les malades en sa qualité de médecin du bureau de bienfaisance.

« La cité Doré, a-t-il dit, nous fournit plus du tiers des malades de ma circonscription. »

Nous devons ajouter cependant que, grâce aux visites fréquentes du commissaire de police du quartier et à ses recommandations, les rues sont moins sales aujourd'hui qu'autrefois.

Il a été question d'exproprier la cité Doré, c’est-à-dire de la faire disparaître. La mesure serait peut-être un peu trop radicale. Le rapport du conseil d'hygiène se-borne, dans ses conclusions, à demander au préfet de police d’intervenir auprès du préfet de la Seine pour obliger l'entrepreneur de balayage à enlever les immondices tous les matins il sollicite également l'établissement de fontaines dans les rues de ladite cité.


A lire également

La Cité Doré par Alexandre Privât d'Anglemont

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. (1912)

Lire

Mort de M. Ernest Rousselle

Ainsi que nous le faisions pressentir, M. Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche (treizième arrondissement), président du conseil municipal de Paris, a succombé hier matin à la maladie qui, depuis un certain temps, le tenait éloigné de l'Hôtel de Ville. (1896)

Lire

La suppression de la Bièvre

Le conseil ayant décidé, en 1899, après de lentes et nombreuses études, de faire procéder à la couverture de la Bièvre « dont les émanations exercent une influence fâcheuse sur la santé des riverains... (1907)

Lire

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire

sans Z 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte