entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le 18 novembre 1929, un incendie détruisit le dépôt de chiffons situé à l'angle de la rue Croulebarbe et du boulevard Blanqui. Le feu se propagea aux terrains vagues situés entre la rue Croulebarbe et la rue des Cordelières et détruisit aussi des baraques en planches qui y étaient construites.


Le groupe scolaire de la rue Fagon a été inauguré le 5 février 1899.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Malheureuse mère - 1899

Malheureuse mère

Le Gaulois ― 12 mars 1899

Des agents ont trouvé hier matin, évanouie sur  un banc, boulevard Arago, une femme âgée d'une trentaine d'années, assez pauvrement vêtue et qui tenait dans ses bras une petite fille âgée d'un an.

La pauvre femme, qui mourait de faim, ainsi que son enfant, fut transportée à  l'hôpital Cochin.

Elle a déclaré qu'elle avait perdu il y a deux mois son mari et que depuis lors elle était plongée avec sa petite fille dans la plus affreuse misère. Il y a deux jours, elle avait quitté la ville qu'elle habitait et était venue à pied à Paris.


 Le drame de la rue Gandon - 1894

Le drame de la rue Gandon

Le Radical — 3 décembre 1894

Des cris partant d'une maison composée seulement d'un rez-de-chaussée, habité par les époux Jouy, âgés, le mari de cinquante-neuf ans et la femme de cinquante-six, mettaient en émoi ; hier, vers huit heures du soir, les habitants de la rue Gandon.

Quelques-uns se précipitèrent dans le logement et aperçurent M. Jouy, qui est estropié, étendu sans connaissance sur le plancher, portant au crâne une profonde blessure, et Mme Jouy, que son fils Joseph, âgé de dix-huit ans, maintenait sur le sol, la frappant avec rage.

Le misérable qui était ivre, avait eu une discussion avec son père qui lui reprochait de ne jamais travailler. Furieux, il lui avait porté en pleine poitrine un coup de pied qui l'avait fait choir à la renverse, la tête sur l'angle d'une commode.

À ce moment, Mme Jouy étant intervenue, le forcené s'était rué sur elle.

Cet ignoble personnage est au Dépôt.

M. Joux, qui a, en outre, plusieurs côtes brisées, a été transporté, à l'hôpital de la Pitié. Son État est désespéré.


 Un rendez-vous de chasse du Vieux Paris (1906)

Un rendez-vous de chasse du Vieux Paris

Le Petit–Journal — 12 septembre 1906

Près de l'ancienne porte de Fontainebleau. — Propriété en ruines. — L'ancien pavillon de chasse-de Napoléon Ier. — La mère Camille. — L'affaire de la Berbère d'Ivry.

Non loin de l'endroit où se trouvait avant 1860 la barrière de Fontainebleau, une des portes de l'enceinte de Paris par laquelle Napoléon Ier, revenant de l'île d'Elbe, rentra dans sa capitale le 20 mars 1815, une maison vieille de deux siècles au moins perdue au milieu d'un immense, jardin envahi par les herbes folles, subsiste encore, formant contraste avec les nouvelles constructions élevées dans ce quartier depuis une dizaine d'années.

Photographie parue en première page du Petit-Journal

C'est à l'angle de la rue Edgar-Quinet et du boulevard Auguste-Blanqui, en face du, viaduc du Métropolitain que les passants peuvent voir derrière une longue grille aux barreaux rouillés, les murs ou plutôt les ruines de ce pavillon centenaire qui disparaissent sous un épais rideau de lierre et de mousse.

La mélancolique demeure est close par la grille d'entrée qui s'ouvre sur le boulevard par une grande porte cochère dont la peinture blanche est complètement éraillée depuis de longues années.

Du côté de la rue Edgar-Quinet, rue qui n'existe plus depuis quelques années et sous laquelle coulent les eaux de la Bièvre, on dut abattre, il y a dix ans, le pavillon formant l'aile gauche du bâtiment principal ; pour séparer le jardin de la rue on éleva provisoirement une barricade en bois qui est restée depuis.

Un mur de pierre de taille haut d'un mètre cinquante forme la clôture sur la rue Corvisart, derrière le bâtiment qui servait de « communs »; lorsque la maison était habitée par ses premiers propriétaires.

La Folie-Neubourg, rue du Champ de l'Alouette, atelier où Rodin travailla avec Camille Claudel
Photo Eugène Druet (1868-1916) (C) RMN-Grand Palais

Cette propriété, vouée infailliblement à la pioche du démolisseur puisqu'un large écriteau de bois indique que le terrain est à vendre, comprend un corps de logis principal, qui était relié à la maison des « communs» par deux ailes perpendiculaires dont l’une est disparue.

Le bâtiment principal, ainsi .que l'aile droite  et les communs, n'a qu'un étage surmonté de mansardes.

Cette maison est du genre des pavillons ou rendez-vous de chasse qu'on construisait vers la fin du dix-septième siècle et pendant le dix-huitième.

Au centre de la façade s'élève un grand portique dorique au-dessus duquel deux statues de nymphes sont encore placées dans des niches pratiquées dans le mur.

Les deux grandes fenêtres du premier étage de l'aile droite sont surmontées par un fronton percé d'un œil de bœuf. Le pavillon disparu était naturellement, symétrique à celui qui subsiste aujourd'hui.

Un vaste escalier de pierre qui commence à l'entrée d'une grande porte vitrée s'ouvrant sur le côté du pavillon droit permet d'accéder au premier étage où dans de larges et hautes chambres, on distingue encore la dorure des lambris que le temps et l'humidité n'ont pu encore complètement effacée.

Dans la cour rectangulaire qui autrefois formait le centre de l'ensemble des bâtiments, on peut encore apercevoir la margelle d'un puits qui devait être d'une relative utilité puisque à l'époque où la maison était habitée, la Bièvre coulait à ciel ouvert au bord de la propriété.

Ce n'est pas sans une sorte de crainte respectueuse que les habitants du quartier parlent de cette maison en ruines, confiée à la garde de deux anciens sergents de ville dont l'accueil un peu rude n'est pas fait pour encourager les visiteurs ! Une sorte de légende enveloppe les origines de la propriété que quelques-uns disent avoir été habitée par Robespierre et prétendent même que les sous-sols sont pleins d'oubliettes.

D'autres déclarent que c'est un ancien rendez-vous de chasse de l’empereur Napoléon Ier, qui jusqu’en 1812 y vint très souvent.

Cette dernière version est assez vraisemblable car le pavillon avait incontestablement été construit dans ce but à l’époque où le « Champ de l'Alouette », c'est ainsi; qu'on désignait cet endroit, était situé en dehors de l'ancienne enceinte des Fermiers Généraux. Depuis la construction « de ce mur qui rendit Paris murmurant » la propriété fut enclavée à l'intérieur de la barrière, mais son isolement et sa-situation près de la banlieue en faisaient encore une villégiature très agréable et loin du bruit de la ville.

Folie Neubourg
Il manque déjà la partie gauche du batiment démoli pour faire place à la rue Corvisart élargie.

Le dernier locataire de cette mystérieuse habitation fut une blanchisseuse morte il-y a, quarante ans environ, à l'âge de quatre-vingt-dix ans et qui était très connue dans le quartier, sous le nom de la « Mère Camille ». Cette brave femme avait installé sa blanchisserie un peu avant la Restauration.

Un ouvrier qui connut la « Mère Camille » et à qui nous demandions des renseignements sur cette lavandière nonagénaire illustre dans les fastes du battoir, nous affirma que la maison avait été donnée par Napoléon Ier, lui-même, à la blanchisseuse qui, depuis, fit de brillantes affaires et, occupa. Jusqu’à quatre-vingts ouvrières.

La blanchisserie se trouvait dans le bâtiment principal  tandis que la buanderie avait été installée dans les « communs ».

La « Mère Camille » blanchissait le linge: des hôpitaux et des établissements de l'État, mais -la prospérité de son commerce, jointe à la faveur impériale que lui continua Napoléon III, ne la rendit pas fière; à tel point qu'elle allait chaque jour, avec-une brouette sur le mur d'enceinte, pour y chercher du sable qu'elle jetait ensuite, dans les allées de son jardin.

La Folie Neubourg par Eugène Atget en 1900

Une des causes criminelles les plus célèbres du siècle dernier se rattache à l'histoire de la maison, du boulevard Auguste-Blanqui.

C'est contre le, mur de la rue Corvisart que périt de si tragique façon la fameuse « Bergère d’Ivry », de son vrai nom Aimée Millot. Cette jeune fille, âgée de  dix-neuf ans, qui gardait les chèvres d'une petite rentière d'Ivry, avait repoussé les assiduités d'un jeune homme, Honoré; Ulbach, garçon de salle dans un cabaret de la barrière, connu sous le nom : « Aux deux nouveaux Moulins ».

Ulbach, furieux de se voir préférer un rival, attendit la Bergère pendant une nuit d'orage; le 18. mai 1827, la frappa de cinq coups de couteau, et s'enfuit en laissant son arme plantée dans la poitrine de sa victime.

Aimée Millot mourut à l'endroit où elle avait été frappée, la tête appuyée contre le mur de la blanchisserie de la « Mère Camille ».

Quant à son meurtrier, il se constitua prisonnier quelques mois plus tard et périt sur l'échafaud.

La légende et la chanson s'emparèrent de cette navrante histoire ; sur le mur, à l'endroit où tomba la Bergère d'Ivry, on grava l'inscription suivante :

Innocente victime,
au printemps de son âge,
Le fer que conduisait une perfide rage
A terminé ses jours !
Toi qui viens en ces lieux,
Frémis sur ce crime odieux !

Cette inscription n'existe plus aujourd'hui ; les caractères sont  presque entièrement effacés, et sur la pierre encastrée dans le mur de la rue Corvisart, on tenterait vainement de lire l'inscription-qui n'était autre que le refrain d'une complainte populaire.


Cet article contient beaucoup d'approximations (notamment cette référence à une rue Edgard Quinet) et passe sous silence le fait que Rodin établit son atelier dans le batiment pendant quelques années et que Camille Claudel l'y rejoignit entre 1887 et 1891. Cependant, il reflète bien l'intérêt, tout à fait exotique, que l'on portait à ce coin du XIIIè. Pour preuve, cet extrait d'un petit texte de 1904 que l'on republiera un jour :
Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas.» ...


A lire également

Une version postérieure de ce même articleparue dans La Coix en 1933

Le boulevard d'Italie vu par Fortuné Du Boisgobey (1883)

Le Clos Payen (1891)

La « Folie » Neubourg (1929)

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

L’ouverture du chemin de fer de ceinture

Le terrain s'abaisse et la vue s'élargit ; voici le chemin de fer de Sceaux, puis la Glacière, Gentilly et en face une échappée de Paris, puis un coin tranquille, tout champêtre, presque silencieux, où coule la Bièvre, cette rivière parisienne ignorée. (1867)

Lire

Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles

Nous avons pu rencontrer ce matin le sympathique conseiller municipal du treizième arrondissement, M. Henri Rousselle, sur l'initiative de qui les travaux avaient été poursuivis et qui, tout heureux du résultat obtenu, nous a donné sur le puits artésien de la Butte-aux-Cailles les renseignements suivants... (1903)

Lire

Le dispensaire Emile-Loubet

Le quartier de la Gare était en fête hier, et la population de travailleurs qui l'habite a chaleureusement manifesté au Président de la République les sentiments de gratitude qu'elle nourrit à son égard pour la nouvelle preuve de sollicitude qu'il vient de lui donner en faisant édifier l'établissement philanthropique qui portera désormais son nom. (1905)

Lire

Trois îlots à détruire d'urgence

Avant que d'être un égout, la Bièvre, semblable en cela à tant d'autres cours d'eau avait eu ses caprices, et avait formé, entre ce qui est maintenant le boulevard Arago et l'avenue des Gobelins, un îlot coquet, au milieu duquel poussait, au hasard des apports du vent, une flore des plus variées. (1923)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte