entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La ruelle des Reculettes reliait le 49 de la rue Croulebarbe au 28 de la rue Abel-Hovelacque, ancienne rue de Gentilly. Sa largeur variait de 2 à 7 mètres. Elle était éclairée par des quinquets. Sa suppression fut décidée en 1910 mais celle-ci ne fut totalement effective que dans les années trente...


En mars 1911, à la suite de nombreuses plaintes déposées par des commerçants de l'avenue des Gobelins et du boulevard Saint-Marcel. M. Yendt, commissaire de la Salpêtrière, arrêtait et envoyait au dépôt, sous l'inculpation de vol, les nommés Auguste Doré dit Godard, vingt-quatre ans, demeurant en garni rue Grange-aux-Belles, et Pierre Debosse, vingt-six ans, sans domicile.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un roulottier arrêté - 1888

Un roulottier arrêté

Le Petit-Parisien ― 15 juin 1888

Un nommé Ferdinand Régnier laissait une voiture chargée de légumes, de sacs, etc., en station en face le numéro 60 de l'avenue des Gobelins.

Un nommé Georges S… l'accosta et lut raconta qu'il était sans travail et sana ressources depuis longtemps.

Pris de pitié, M. Régnier conduisit l'inconnu chez un marchand de vins du voisinage et lui fit servir, ainsi qu'à lui-même, un bon dîner.

Comme il était las d’une course qu'il avait faite dans la journée, il s'endormit à table.

Quand il se réveilla, il ne retrouva plus son compagnon ni… sa voiture.

Georges S... la lui avait dérobée.

Régnier apprit que sa voiture avait été vendue par le voleur à une dame G... passage Crouin.

Cette dame s’empressa de la remettre à sa disposition.

Le roulottier ayant été rencontré hier rue du Château-des-Rentiers par le plaignant, a été mis en état d'arrestation.

Il a été envoyé au Dépôt.


 Accident - 1911

Accident

Le Matin — 4 octobre 1911

En voulant monter dans tramway en marche, place d'Italie, M. Eugène Bourguignon, soixante-trois ans, demeurant 9, rue Barbette, tombe et se brise les deux jambes. A la Pitié.




Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Érigé à Paris sous le patronage du « Matin » il sera inauguré le 23 octobre

Le Matin— 14 octobre 1938

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités.

Le monument élevé près de la porte d'Italie

 

Au sortir des heures d’angoisse où, dans le monde entier, le cœur de toutes les mères a si tragiquement frémi, au bord de la guerre, et si pathétiquement salué les grands artisans de la paix sauvée, il convient d'évoquer la genèse de l'œuvre grandiose qui doit regrouper, dans une manifestation sans précédent, toutes les solidarités nationales dans un élan de gratitude filiale, de respect humain et de foi dans la vie.

*
*             *

C'est le 17 août 1935 que, dans le Matin. M. Lucien Klotz, secrétaire général de l'Exposition du travail, initiateur des Meilleurs ouvriers de France, lançait un émouvant appel pour que fussent citées à l'ordre de la nation les mères sublimes. Toutes les mères qui, non contentes de donner des enfants à la patrie, à l'humanité peinent avec tant de passion de dévouement et de sacrifice pour faire de ces enfants des hommes.

Et ce fut aussitôt, une prodigieuse adhésion.

Tour à tour, dans le Matin, le président de la République, les ministres de l'éducation nationale et du travail, le maréchal Pétain, le général Nollet, grand chancelier de la Légion d'honneur, les présidents du conseil municipal de Paris et du conseil général de la Seine, M. Luc directeur de l'enseignement technique, et, — pour prouver qu'une telle manifestation devait unir toutes les confessions comme elle devait exclure tout esprit de parti — le cardinal Verdier, le grand rabbin Julien Weil, le pasteur Marc Boegner, président de la Fédération protestante de Franche, approuvèrent l'idée.

*
*             *

Alors intervint l'homme qui devait réaliser l'œuvre, offrir à Paris, à la France, le monument lui-même proposé à la piété unanime. M. Edmond Labbé, .commissaire général de l'Exposition internationale de 1937, ne voulut pas qu'il fût fait appel aux deniers publics ni même à une souscription.

Ayant assumé la présidence du comité d'organisation, dont Mme Albert Lebrun acceptait si spontanément la présidence d'honneur, il apporta, avec cette générosité simple qui le caractérise, .les deux millions nécessaires, au nom du comité d'assistance des régions libérées dont il fut l'inoubliable animateur

Et la Ville de Paris offrit le plus beau des emplacements.

*
*             *

Ce qu'est le monument aux mères françaises, couvre des maîtres sculpteurs Bouchard et Décatoire la presse est conviée à le voir et à le dire aujourd'hui. L'expression est, ici, magnifiquement à la taille du symbole.

Ce que sera, le 23 octobre, la journée solennelle de l'inauguration. à laquelle M. Édmond Labbé a respectueusement convié Mme Neville Chamberlain, ,la Dame de la Paix, nous le dirons dans ses détails.

Mais c'est au cœur unique de la France d'en élargir, sans mesure et la signification et l’éclat.

Car c'est le pays entier ressoudé, exemplairement uni pour toutes ses renaissances, qui doit réaliser l'hommage immense aux mères françaises, aux mères sublimes, aux mères qui ont souffert, aux mères qui ont peiné et qui peinent, et qui, penchées sur les fils qu'elles donnent et élèvent pour les œuvres non seulement nationales mais universelles, confondent sans cessé leurs craintes et leurs espoirs avec ceux de toutes les mères, porteuses de la vie et gardiennes de la paix des peuples.


A lire également

Les mères sublimes, par M. Edmond Labbé, commissaire général de l'Exposition internationale de 1937 (1935)

Les mères sublimes, seront honorées (1936)

L'inauguration du monument aux mères dans Excelsior

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire

Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage

Les habitants de la rue des Peupliers, dans le 13e arrondissement, étaient mis en émoi, hier matin à sept heures, par une violente détonation immédiatement suivie de longs et redoutables grondements. C'était une des nombreuses conduites d'eau placées dans la chaussée du boulevard Kellermann qui venait de se rompre brusquement ! (1911)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte