entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1880, on décida de l'installation de postes-vigies dits postes-avertisseurs fonctionnant au moyen d'un télégraphe à cadran permettant de rentrer en communication avec la plus proche caserne de pompiers où un soldat du feu était toujours présent afin de recevoir la déclaration de personnes venant faire connaître un incendie. L'un des ces postes fut installé au 26 de la rue des Cinq-diamants.


Au sein de l'hôpital de la Salpétrière, on remarque la jolie chapelle surmontée d'un dôme, que l'architecte Libéral Bruant bâtit en 1687.


C'est le 22 octobre 1944 que le jardin des Gobelins, encore appelé square des Gobelins depuis son inauguration en mai 1938, prit le nom de Square René Le Gall.

menu-nouveautés

A NE PAS MANQUER...

DANS LA PRESSE

Aux Gobelins: le nouveau jardin a été inauguré et ouvert au public (1938)


Hier matin, était inauguré, dans le quartier Croulebarbe, un nouveau jardin public. II s'étend sur 22.500 mètres carrés, derrière la Manufacture des Gobelins et le Garde-Meubles National.
C'est à Émile Deslandres que l'on doit cette initiative. Ayant représenté pendant plus de vingt-cinq années ce quartier, au nom du Socialisme, il s’était penché sur les misères et les besoins de la classe ouvrière dont il était lui-même.


Monsieur Félix Faure à l'École Estienne (1895)

LIEUX

La mairie du 13e (1893)

PROMENADE

La Glacière et les Gobelins

Le Petit Parisien (1931)

Etudes

La misère à Paris : le XIIIè arrondissement

Littérature

Les Gobelins par J.K. Huysmans


Où Emile Gaboriau fait découvrir le quartier Croulebarbe à ses lecteurs...


La rue des Peupliers vue par Jules Mary


La perdition de la Bièvre par Adrien Mithouard (1906)


 Les Gosses en marge

Les gosses en marge

Découverte

Entre le 29 mars et le 9 avril 1929, le quotidien Paris-Soir publia un reportage de R. Archambault en 8 articles sur les enfants du Treizième arrondissement. Le journaliste, spécialisé dans les questions de société comme l'on dirait aujourd'hui, y décrivait un 13e appartenant au quart monde.

Lire "Les Gosses en marge"


sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Une antipatriote - 1917

Une antipatriote

Le Figaro — 26 janvier 1917

Boulevard de la Gare, mercredi matin, une femme, s'adressant aux ouvrières qui se rendaient aux usines de guerre, essayait de les détourner de leur travail, menaçant et frappant même celles qui ne voulaient pas l'écouter.

Signalée à la police, cette femme a été arrêtée hier matin, au moment où elle s'apprêtait à recommencer. C'est une nommée Renaudat, demeurant rue des Malmaisons.

Elle a été envoyée au Dépôt.


 On arrête... - 1916

On arrête...

Le Matin ― 25 janvier 1916

13e arrondissement. On arrête, avenue des Gobelins, Mme Papillon, demeurant route de Fontainebleau au Kremlin-Bicêtre, pour scandale dans une salle de spectacle et outrages aux agents. Elle est envoyée au Dépôt. ― Mme Brillot, demeurant boulevard Victor, est frappée d'un coup de couteau, hier soir, rue du Banquier, par un inconnu. Elle est transportée à la Pitié. ― Boulevard Auguste-Blanqui, au cours d'une discussion, Albert Bouclomot, débardeur, demeurant à Ivry, frappe d'un coup de couteau son adversaire, Léon Raterre, journalier, rue de Charenton, et le blesse grièvement. Il est arrêté et envoyé au Dépôt. Le blessé est transporté à la Pitié.




La place d'Italie

Journal des débats politiques et littéraires — 8 décembre 1877

Il existe dans Paris un site que l'on peut comparer sans exagération au rond-point de l’Etoile, à la place du Trône ou à la demi-lune du Trocadéro, c'est la place d'Italie, que l'on est en train de rectifier, de niveler et de transformer en un rond-point correctement dessiné.

La place d'Italie - Vue sur les pavillons Ledoux depuis la rue Gérard - photo Ch. Marville - 1865

On travaille depuis un certain temps à régulariser les abords de ce plateau. Les importantes opérations dont il est l'objet répondent aux exigences créées par la nouvelle et la nouvelle avenue des Gobelins, qui y a son débouché. Déjà la mairie du 13e arrondissement, récemment construite à l’angle des avenues de l'Hôpital et des Gobelins a donné à un côté de ce plateau un aspect architectural fort satisfaisant. Des amorces de rues ont été créées, des déblais ont été exécutés sur la même partie, et l'on va mettre la main, vers la section opposée, à des déblais plus considérables pour obtenir un niveau parfaitement uniforme.

Ainsi que la place du Trône, la place d'Italie sera dotée d'une avenue circulaire qui aura près de 25 mètres de largeur. Le centre de la place deviendra, un immense refuge, un vaste terre-plein exhaussé d'où l'œil s'étendra au loin et embrassera une grande partie de Paris au nord-est, à l'est et au sud. La plantation de marronniers sur cette avenue va être faite sous peu de jours.

Et sait-on la remarquable perspective fortuitement acquise à ce site relégué à l'extrémité sud de Paris ?

C'est le couronnement de l'avenue des Gobelins et de la ligne que suit l'œil du spectateur, par l'édifice surélevé du Panthéon Le monument est précisément dans l'axe du trajet et termine admirablement la perspective à une altitude que semble rehausser la distance. C'est un fort beau coup d'œil.

Aux abords de la place d'Italie et sur le boulevard de ce nom sont des accidents de terrain d’où l'on découvre un panorama presque égal à celui dont on jouit des hauteurs du Trocadéro.

Ce sont les coteaux du Champ-de-l’Alouette. II y avait là, dans les jardins qui dominent la vallée de Bièvre, un grand nombre de cèdres de la plus belle espèce. Ces arbres ont succombé sous la cognée de la spéculation moderne. Quelques-uns de ces magnifiques produits de la végétation orientale — trois ou quatre peut-être — sont encore debout ; pour combien de temps ?

Six boulevards aboutissent à la place d'Italie, six grandes voies de communication deux de moins qu'à la place du Trône- ce sont : l'avenue des Gobelins, le boulevard d’Italie, la route de Fontainebleau, la routes de Choisy, le boulevard de la Gare, le boulevard de l'Hôpital.


A lire également

L'élargissement de la rue Mouffetard et l'aménagement de la place d'Italie (1867)

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement (1867).

La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard (1868)

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

L'oasis et le cloaque

Il y a des quartiers de Paris qui n'ont vraiment pas de chance ! Le quartier de la Gare, dans le treizième arrondissement, par exemple... (1934)

Lire

Un métier inconnu

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie. (1893)

Lire

La Ville de Paris va-t-elle enfin s'occuper de la cité Jeanne-d'Arc ?

Près de la place d'Italie, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, la cité Jeanne-d'Arc forme une sorte de boyau gluant, sombre, bordé de mornes bâtisses de cinq ou six étages aux murs zébrés de longues moisissures. Dès la tombée de la nuit, le coin n'est pas sûr... (1931)

Lire

La cité Jeanne-d'Arc a été nettoyée de ses indésirables

La Cité Jeanne-d'Arc, cet îlot lépreux et insalubre qui, dans le 13e arrondissement, groupe autour de quelques ruelles ses immeubles sordides, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, a vécu aujourd'hui un véritable état de siège. (1935)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte