entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

A l'école Estienne, en 1896, l'enseignement y est gratuit ; la cantine scolaire, qui fournit aux enfants le déjeuner et le goûter, est également gratuite pour les élèves habitant Paris. Les élèves de la banlieue peuvent apporter leur déjeuner ; ils peuvent aussi prendre leur repas à la cantine, sauf à payer une rémunération fixée par le règlement intérieur.


Le groupe scolaire de la rue Fagon a été inauguré le 5 février 1899.


C’est le 12 juillet 1926 à 11h45, devant le 2 boulevard de la Gare, aujourd’hui boulevard Vincent Auriol, que fut inaugurée la première fontaine pour chiens et chevaux de la capitale.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Victimes des autos - 1923

Victimes des autos

Le Gaulois —7 octobre 1923

M. Auguste Vandecrane, 27, rue Vandrezanne, traversait l'avenue des Gobelins, la nuit dernière vers deux heures et demie, et voulut passer entre deux voitures, mais il ne remarqua pas que l'une était remorquée par l'autre et non éclairée. Pris dans la, corde qui reliait les deux voitures, il a été grièvement blessé à l'épaule droite.

Hier matin, boulevard de l'Hôpital, en face le 121, un taxi conduit par Joseph Boury, 8, ruse des Portes-Blanches, a été heurté par une voiture attelée d'un cheval et conduite par le nommé Clozeau de Linas (Seine-et-Oise). M. François Daubée, étudiant, vingt-deux ans, qui occupait le taxi a été blessé par des éclats de verre. Il est à la Charité.


 Cris séditieux - 1894

Cris séditieux.

Le Matin — 24 novembre 1894

Un individu qui criait hier soir : Vive l'anarchie ! » dans la rue Nationale a été arrêté par les agents.

Conduit aussitôt devant M. Bolot, commissaire de police du quartier de la Gare, cet homme a dit se nommer Alphonse Chauvel, cordonnier. Il a ajouté qu'il avait proféré ce cri pour ennuyer... sa femme,

Cette excuse n'a pas paru suffisante au magistrat, qui a envoyé Chauvel au Dépôt.




La place d'Italie

Journal des débats politiques et littéraires — 8 décembre 1877

Il existe dans Paris un site que l'on peut comparer sans exagération au rond-point de l’Etoile, à la place du Trône ou à la demi-lune du Trocadéro, c'est la place d'Italie, que l'on est en train de rectifier, de niveler et de transformer en un rond-point correctement dessiné.

La place d'Italie - Vue sur les pavillons Ledoux depuis la rue Gérard - photo Ch. Marville - 1865

On travaille depuis un certain temps à régulariser les abords de ce plateau. Les importantes opérations dont il est l'objet répondent aux exigences créées par la nouvelle et la nouvelle avenue des Gobelins, qui y a son débouché. Déjà la mairie du 13e arrondissement, récemment construite à l’angle des avenues de l'Hôpital et des Gobelins a donné à un côté de ce plateau un aspect architectural fort satisfaisant. Des amorces de rues ont été créées, des déblais ont été exécutés sur la même partie, et l'on va mettre la main, vers la section opposée, à des déblais plus considérables pour obtenir un niveau parfaitement uniforme.

Ainsi que la place du Trône, la place d'Italie sera dotée d'une avenue circulaire qui aura près de 25 mètres de largeur. Le centre de la place deviendra, un immense refuge, un vaste terre-plein exhaussé d'où l'œil s'étendra au loin et embrassera une grande partie de Paris au nord-est, à l'est et au sud. La plantation de marronniers sur cette avenue va être faite sous peu de jours.

Et sait-on la remarquable perspective fortuitement acquise à ce site relégué à l'extrémité sud de Paris ?

C'est le couronnement de l'avenue des Gobelins et de la ligne que suit l'œil du spectateur, par l'édifice surélevé du Panthéon Le monument est précisément dans l'axe du trajet et termine admirablement la perspective à une altitude que semble rehausser la distance. C'est un fort beau coup d'œil.

Aux abords de la place d'Italie et sur le boulevard de ce nom sont des accidents de terrain d’où l'on découvre un panorama presque égal à celui dont on jouit des hauteurs du Trocadéro.

Ce sont les coteaux du Champ-de-l’Alouette. II y avait là, dans les jardins qui dominent la vallée de Bièvre, un grand nombre de cèdres de la plus belle espèce. Ces arbres ont succombé sous la cognée de la spéculation moderne. Quelques-uns de ces magnifiques produits de la végétation orientale — trois ou quatre peut-être — sont encore debout ; pour combien de temps ?

Six boulevards aboutissent à la place d'Italie, six grandes voies de communication deux de moins qu'à la place du Trône- ce sont : l'avenue des Gobelins, le boulevard d’Italie, la route de Fontainebleau, la routes de Choisy, le boulevard de la Gare, le boulevard de l'Hôpital.


A lire également

L'élargissement de la rue Mouffetard et l'aménagement de la place d'Italie (1867)

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement (1867).

La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard (1868)

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires. (1912)

Lire

Tonneaux !... Tonneaux !...

Cet après-midi, à 15 heures, boulevard de la Gare, s'est disputée une originale compétition : la course des « rouleurs de futailles ». (1923)

Lire

L'orage

Un orage d'une violence extraordinaire s'est abattu hier après-midi sur Paris. Vers une heure, des nuages lourds venant du Sud-Est s'amoncelaient, et à deux heures et demie de grosses gouttes de pluie commençaient à tomber. (1901)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte