entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le mardi 7 aout 1923, on découvrit 5 squelettes enterrés au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon.


Compte tenu d'une croissance importante du nombre des décès accidentels dans Paris depuis la fin des années 1870, des postes de secours furent installés dans plusieurs arrondissements dont l'un se situait sur le Quai d'Austerlitz à l'embouchure du canal de la Bièvre. Ces pavillons étaient munis de couvertures, matelas, boites de secours et matériel approprié au sauvetage des noyés.


Dans les plans de 1860, c'est sur un viaduc long de 800 mètres, composé d'arches de dix mètres d'ouverture et dont la hauteur maxima aurait été de quinze mètres avec des piles évidées à l'aplomb de l'entrevoie que le chemin de fer de ceinture aurait du traverser la vallée de la Bièvre en offrant une vue magnifique depuis le parc de la Butte-aux-Cailles qui, in fine, céda la place au Parc Montsouris.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 BAGARRE A LA MAISON-BLANCHE - 1897

Bagarre à la Maison-Blanche

Le Gaulois — 23 mars 1897

Une grave bagarre s’est produite, l’avant-dernière nuit, place Jeanne-d’Arc, dans le quartier de la Maison-Blanche : un Alsacien, Louis Klamber, a été à moitié assommé par la foule.

Klamber avait, en effet, infligé dans la soirée une correction violente à un passant qu’il avait pris pour un enfant dont il avait à se plaindre. Le bruit se répandit dans le quartier que « l’Alsacien » venait de tuer un enfant.

Bientôt plus de mille personnes s’amassaient devant le logis de Klamber et une douzaine de justiciers improvisés le frappaient cruellement.

Le pauvre homme allait succomber quand la police intervint. Dix arrestations ont été opérées Klamber a été transporté à l’Hôpital de la Pitié.


 L'Escroc des Pauvres - 1903

L'Escroc des Pauvres

Le Petit-Parisien — 28 mai 1903

M. Dion, cordonnier, âgé de soixante-cinq ans, demeurant 5, rue des Cinq-Diamants, ne peut presque plus travailler à cause de sa mauvaise vue aussi avait-il sollicité son inscription au bureau de bienfaisance du treizième arrondissement.

Hier, un individu très correct, portant à la boutonnière le ruban de la médaille militaire, se présentait chez le vieillard au nom de la municipalité; il venait au sujet de la demande, affirma-t-il, un supplément d'enquête étant nécessaire, et il lui réclama certains papiers.

Pendant que M. Dion bouleversait tout chez lui pour trouver les pièces réclamées, le faux inspecteur s'emparait des économies du pauvre vieux, une somme de onze francs représentant le maigre gain de sa semaine.

Ce n'est qu'après son départ que le cordonnier a constaté le vol odieux dont il venait d'être victime. Il a été narrer sa mésaventure à M. Pélatan, commissaire de police, qui fait rechercher le malfaiteur. Celui-ci a déjà fait, de la même façon, de nombreuses dupes dans le treizième arrondissement.


 La ruelle des Reculettes et la Bièvre + 1914

La ruelle des Reculettes et la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires — 25 avril 1914

« Un jour de cave descend par une boutique de marchand de vin, à la mine pluvieuse, à la devanture éraillée, frippée de pochons de fange puis l'on arrive à une porte à moitié fermée et sur le fronton de laquelle on lit en caractères effacés ces mots « Respect à la loi et aux propriétés. »

Ainsi débute Huysmans dans le récit de la piquante promenade à la ruelle des Reculettes.

La pittoresque voie est condamnée à disparaître prochainement, nous apprend le Bulletin municipal, la Ville vient d'acquérir une partie des immeubles qui la bordent, et une voie nouvelle va être tracée à travers les vieux logis et les arbres sauvages de ce coin typique des Gobelins.

« Mais si on lève la tête, poursuit l'auteur de La Bièvre et Saint-Séverin, on aperçoit au-dessus des murailles de vieux arbres, et par le judas d'une ouverture condamnée, des fossés de verdure, des fouillis de sorbiers et des lilas, des platanes et des trembles ; pas un bruit dans cet enclos retourné à l'état de nature, mais une odeur de terre humide, un souffle froid de marécage…, un nouveau coude, la sente s'élargit et s'éclaire... c'est la ruelle des Reculettes, un vieux passage de l'ancien Paris, un passage habité par les ouvriers des peausseries et des teintures. Aux fenêtres, des femmes dépoitraillées, les cheveux dans les yeux, vous épient et vous braquent ; sur le pas des portes à loquet, des vieillards se retournent qui lient des ceps de vignes serpentant le long des bâtisses en pisé dont on voit les poutres. La ruelle se meurt, ajoute Huysmans, rue Croulebarbe, dans un délicieux paysage où l'un des bras demeurés libres de la Bièvre paraît…»

Presque intact existe encore ce joli tableau si finement brossé par le pur Parisien qu'était l'auteur de la cathédrale et l'on retrouve alors les lilas et les trembles, et les gitanes et les vieillards travaillant la vigne ! Seule, la pauvre Bièvre se dissimule, honteuse, semble-t-il, et désolée, de sa fin prochaine.

Car, on le sait, elle sera partout enfouie sous terre, sur le territoire de Paris, on ne la verra plus, on ne la sentira plus car le gai ruisselet qui courait en rossignolant, comme disait Benserade, est devenu par le fait des hommes, égout infect, puant, semant la, fièvre et la maladie.

La petite ruelle, à certains endroits n'a que deux mètres de large elle tire son nom d'un lieudit de jadis, des Reculettes. Quelques-uns pensent que le mot a subi des transformations involontaires ou voulues et qu'il s'agirait là d'un petit sentier menant autrefois à quelque terrain appartenant à des Récolettes.

Elle ignore l'éclairage électrique ou les becs de gaz; trois antiques quinquets constituent son maigre éclairage. On arrive, en la suivant, à la vieille rue Croulebarbe, où se voyait encore, en 1840, le fameux moulin de ce nom.

On ne se souvient plus aujourd'hui du drame passionnel qui se déroula là, derrière les palissades en 1827 et qui passionna tout Paris : l'assassinat par jalousie de la bergère d'Ivry.

L'assassin, Honoré Ulbrét (sic), n'avait pas vingt ans ; la bergère en avait dix-sept. Un petit monument commémoratif fut élevé à l'endroit du crime qui disparut avec le temps et fut remplacé par une simple inscription qui se voyait encore, paraît-il, en 1860.

La disparition de la ruelle des Reculettes, l'enfouissement, total de la Bièvre et le tableau aura disparu.

La bergère d'Ivry eut son monument et son inscription qui durèrent plus de 30 années. La Bièvre défunte aura-t-elle sa stèle commémorative, comme le demandait récemment. M. Anatole Béry, dans son petit ouvrage, tout pénétré de fine émotion, intitulé la Bièvre, autrefois et aujourd'hui.

On y pourrait rappeler sa naissance dans la vallée de Trappes, où, fluette, naïade toute petite; elle joue encore- à la poupée sous les saules, comme dit Huysmans, puis son envolée vers Paris, où jadis, liserant les murs et les tours, elle n'entrait point, jouait çà et là sur son parcours avec des petits moulins dont elle se plaisait à tourner les roues puis avec le temps, capturée par les hommes, symbole, ajoute-t-il, de la misérable condition des femmes attirées dans le guet-apens des villes… comme la petite bergère d'Ivry poignardée par Honoré Ulbret.

C. Y.

A lire également

La Bièvre par Joris-Karl Huysmans (1886)

La perdition de la Bièvre Par Adrien Mithouard (1906)

La sente des Reculettes devient une rue … (1932)

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte