Lieux et monuments

 L’école des arts et métiers - 1908

L’école des arts et métiers

Gil-Blas — 9 août 1908

La nouvelle école des arts et métiers, dont MM. Cruppi, ministre du commerce, et Chérioux, président du conseil municipal, viennent de poser samedi la première pierre, s'étendra sur l'emplacement compris entre les rues de Villejuif, Pinel, Edouard-Manet (projetée) et le boulevard de l’Hôpital. Les plans en sont dûs au remarquable architecte qu'est M. Roussi.

Façade de l'Ecole des Arts et Métiers dessinée par M. Roussi, architecte, en juin 1902

Lorsque le ministre se présenta l'autre jour, sur les travaux, il fut, paraît-il, assez surpris de trouver aussi désert le chantier : la grève des terrassiers avait, en effet, obligé l'ingénieur chargé de la solidification souterraine du monument d'interrompre, depuis le 23 mars les travaux, et, pour une raison semblable, M. Roussi n'avait pu, depuis le 31 mai, poursuivre les siens. Mais il faut espérer qu'une solution favorable ne tardera pas à intervenir, grâce à l’arbitrage proposé par nos édiles, et que les travaux recommenceront d'ici peu.

Dans la pensée de ses créateurs, la nouvelle école nationale des arts et métiers est destinée à remplacer toutes les écoles similaires existant actuellement soit à Paris, soit en province. M. Roussi a conçu, pour remplir ce but, un vaste bâtiment divisé en quatre corps destinés à recevoir chacun 100 des élèves sur les 400 au maximum que l'école fourra admettre. Ces quatre corps comportent quatre cours, avec, dans la cour centrale, un musée des arts et métiers, correspondant à droite avec l'amphithéâtre de physique, et à gauche avec celui de chimie. Devant s'élèveront les bâtiments de l'administration. Cette partie du monument sera construite en bordure du boulevard de l'Hôpital. 

De l'autre côté, c'est-à-dire sur la rue de Villejuif, en contrebas avec les premiers, les corps de bâtiment formant les ateliers de forge, de chaudronnerie, de fonderie, d'ajustage et de travail sur bois, prendront place. Un vaste espace libre séparera ces deux parties du monument. L'immeuble comportera deux étages.

La superficie totale de l'école peut être évaluée à 22.000 mètres. Le prix de l'entreprise — terrain compris, coûtera à la Ville la coquette somme de 6 millions de francs, dont la moitié sera exclusivement consacrée à la construction et à l'aménagement intérieur de l’immeuble.

Géo Kerbrat.


A lire également

Une nouvelle école des arts et Métiers (1903)

Ouverture de l'École des Arts et Métiers de Paris (1912)

L’Ecole des Arts-et-Métiers de Paris (1912)

Lieux

Abattoirs de Villejuif (1903)


A.O.I.P. (rue Charles Fourier) (1933)


Arts et Métiers (Ecole des ) (1903)


Asile Nicolas Flamel (rue du Château-des-Rentiers (1904)


Austerlitz (Village d') (1884)


Barrière Croulebarbe (1865)


Barrière des Deux Moulins (1865)


Barrière des Deux Moulins - Le cabaret de la mère Marie (1859)


Barrière de Fontainebleau (1865)


Barrière de la Gare (1865)


Barrière de la Glacière (1865)


La Belle Moissonneuse (1864)


La Belle Moissonneuse (1875)


Boucherie de cheval - Première - à Paris (1866)


Boulevard d'Italie (1883)


Le Cabaret du Pot-d’Étain (1864)


Le Champ de l'alouette (1933)


Le Casino du XIIIe (1899)


La chapelle Bréa (1897)


Château Napoléon (1904)


Cité Doré (1854)


Cité Doré (1882)


Cité des Kroumirs (1882)


Clos Payen (1891)


Rue Croulebarbe (1865)


Les Deux-Moulins et le hameau d'Austerlitz (1884)


L'école Estienne (1896)


L'école Kuss (1934)


Eden des Gobelins (1934)


Église Saint-Anne (1900)


L’église Saint-Hippolyte, aux Gobelins (1908)


La « Folie » Neubourg (1906)


La « Folie » Neubourg (1929)


Fontaine à Mulard (rue de la - ) (1904)


La glacière du 13e (1873)


Gare d'Orléans (1890)


Jeanne d'Arc (Statue) (1891)


Parc (Square) Kellermann


Rue Küss (1929)


Lourcine (Hôpital de -) (1890)


Mairie du 13e (1893)


Marché aux chevaux (1867)


Marché aux chevaux, vu par M. Macé, anc. chef de la sûreté (1888)


Marché aux chevaux (1890)


Marché des Gobelins (1867)


Monument aux mères (1938)


Passage Moret (1911)


Hôpital de la Pitié (ancien) (1903)


Hôpital de la Pitié (ancien)(1908)


Hôpital de la Pitié (nouvel) (1910)


Maison des typos (1933)


Place d'Italie (1877)


Place d'Italie - Histoire de la (1925)


Pont Tolbiac (Inauguration) (1895)


Pont Tolbiac (Technique) (1895)


Poterne des Peupliers - Le Cabaret des Peupliers (1880)


Poterne des Peupliers (1930)


Rue des Peupliers vue par J. Mary (1908)


Raffinerie Say (1890)


Raffinerie Say (1905)


Rue des Reculettes (1928)


Ruelle des Reculettes (1914)


La Salpêtrière (1890)


La Salpêtrière (1903)


Le Théâtre des Gobelins (1869)


Le verger des Gobelins (1914)


La Zone (1931)


La Zone (1933)


Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

C'est la création de la rivière et des lacs du bois de Boulogne qui fit perdre aux prairies de la Glacière son caractère de lieu de rendez-vous pour les amateurs de patinage.

*
*     *

Jacques Daviel (1696-1762) fut un célèbre oculiste. Il fut le premier à réussir une opération de la cataracte et a été chirurgien du roi Louis XV.
Le nom de Daviel a été attribué à la rue Saint-François de Sales (1576-1622) en 1894 dans le cadre d'une volonté du conseil municipal de Paris de déchristianiser la toponymie de la capitale.

*
*     *

C’est en 1864 que les rue et place de l’Église de la partie de la commune d’Ivry rattachée à Paris pour constituer le quartier de la Gare reçurent le nom de rue et place Jeanne d’Arc. Les noms de Lahire, Xaintrailles et Dunois furent dans le même temps donnés à d’autres voies du quartier.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦