Dans la presse...

 La maison des fiançailles était là... - Descaves 1927

La maison des fiançailles était là...

L’Intransigeant — 28 aout 1927

 

Je la trouvais sur mon chemin tous les dimanches et je lui donnais un coup d’œil affectueux en passant.

Elle était sordide et branlante ; elle présentait tous les stigmates de la vieillesse et de l’abandon, et elle me plaisait ainsi ; car je la parais de toutes les grâces de la jeunesse et de l’amour.

Qu’elle était belle... sous la Restauration ! Qu’elle était riante au bord de la Bièvre en 1822, lorsque la prairie se couvrait « de jeunes époux qui, assis sur le gazon, participaient aux jeux folâtres auxquels se livraient leurs enfants », dit l’abbé Detruissart, curé de la paroisse, dans ses Promenades au centre du Grand Gentilly.

Les fiances n’étaient pas non plus à plaindre là, et il y en avait deux qui, bien qu’étroitement surveillés, n’eussent échangé leur sort contre aucun autre. Ils avaient lui vingt ans, elle dix- neuf. Il s’appelait Victor-Marie Hugo et elle avait nom. Adèle-Julie Foucher. Ils se promenaient la main dans la main dans le jardin de l’habitation que la famille Foucher avait louée pour l’été, ou dans les allées de peupliers qui bordaient le terrain.

*
*     *

Des fenêtres de la maison rebâtie et qui était un ancien presbytère, Mme Foucher ne perdait pas de vue Adèle et Victor, fiancés enfin. Il avait obtenu de se rapprocher d’elle. Il était l’hôte de ses parents. On lui avait aménagé une chambre, ou plutôt une cellule, dans la tourelle restée debout de l’ancienne construction, et il s’y retirait pour travailler à Han d’Islande.

II n’était plus un débutant. Lauréat des Jeux floraux, il apportait un jour à sa fiancée, « à mon Adèle bien-aimée, à l’ange qui est ma seule gloire comme mon seul bonheur » — ce sont les ternes de la dédicace — le premier exemplaire des Odes et Poésies diverses.

C’est un roman d’amour exquis. On peut aisément le reconstituer à l’aide des Lettres à la fiancée et du Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie.

Des visites que la famille Foucher recevait à Gentilly, une seule est à retenir...

Le jeune Foucher, âgé de douze ans, avait un camarade de collège qu’il amenait parfois, un « gentil garçon à la taille déliée, aux cheveux d’un blond de lin, au regard ferme et clair, aux narines dilatées, aux lèvres vermillonnées et béantes. Sa figure colorée, ovale et un peu chevaline, était bizarre en ce qu’elle avait, en place de sourcils, un cercle sanguin. Il se nommait Alfred de Musset. Il égaya un après-midi d’une bouffonnerie dans laquelle il imitait... un ivrogne avec une facilité et une vérité extraordinaires... ».

Douloureuse anticipation dont il faut se hâter de pleurer, de peur d’être obligé d’en rire.

La vieille maison de Gentilly, chaque jour plus délabrée, avait conservé son perron à deux rampes et l’on voyait encore la tourelle, « le colombier » où le jeune poète s’enfermait pour écrire et rêver. Une pièce du cinquième livre des Odes, datée d’avril 1822, et intitulée La Chauve-Souris, fut certainement composée à Gentilly.

*
*     *

Victor Hugo se souvient qu’il a erré par là, en écrivant Le Dernier jour d’un condamné et le chapitre des Misérables sur les bords de la Bièvre, au Champ de l’Alouette.

Mariés au mois d’octobre 1822, Victor et Adèle retournèrent à Gentilly au moins une fois, pendant leur lune de miel. Adèle était enceinte. Un an auparavant, c’était sa mère, Mme Foucher, qui, au même endroit, se trouvait au terme d’une grossesse.

La maison délabrée existait encore il y a un mois... Elle n’existe plus ; elle ne masque plus l’église, à présent dégagée. Les démolisseurs sont venus pendant mon absence et ont fait place nette.

En 1922, la commission du Vieux-Paris avait manifesté le désir que la Maison des fiançailles demeurât, pour les hugolâtres, un lieu de pèlerinage. Ce fut en vain. La municipalité de Gentilly n’accorda qu’un sursis. J’en profitai pour prendre des photographies et pour faire faire une peinture qui fixent les traits d’un visage aimé, ravagé par le temps — et le regret qui ronge aussi les pierres.

C’est égal, la commune de Gentilly eût pu choisir, pour exécuter la condamnation à mort, une autre année que celle où l’on célèbre l’anniversaire du romantisme. Le génie, heureusement, survit à la maison.

Lucien Descaves


A lire également

Victor Hugo à Gentilly en 1822 (Fernand Bournon - 1906)

Vu dans la presse...

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 1er mars 1932, l'usine de chaussures (qui répandait aux alentours de manière permanente une odeur de vernis) installée boulevard Kellermann (au 10) était ravagée par un incendie.

*
*     *

Les batiments anciens de la gare d'Austerlitz ont été construits en 1867 sous la direction de l'architecte Renault.

*
*     *

600 partisans de la désaffectation du mur d'enceinte de Paris et de la suppression des servitudes militaires se réunirent, le dimanche 6 mai 1894 en plein air à la Porte d'Italie pour défendre leurs revendications.

*
*     *

Dans les plans de 1860, c'est sur un viaduc long de 800 mètres, composé d'arches de dix mètres d'ouverture et dont la hauteur maxima aurait été de quinze mètres avec des piles évidées à l'aplomb de l'entrevoie que le chemin de fer de ceinture aurait dû traverser la vallée de la Bièvre en offrant une vue magnifique depuis le parc de la Butte-aux-Cailles qui, in fine, céda la place au Parc Montsouris.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac