Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — L’agrandissement de la gare d’Orléans (1864)

L’agrandissement de la gare d’Orléans

Le Siècle — 6 novembre 1864

Les démolitions occasionnées par le projet d'agrandissement de la gare d’Orléans sont commencées depuis quinze jours, et la plupart des immeubles compris entre la place Walhubert, le boulevard de l'Hôpital, le quai d'Austerlitz et les rues Papin et de la Gare sont attaqués par la pioche et le cric. Au nombre de ces immeubles figure la prison de la garde nationale, vulgo hôtel des Haricots, qui sera remplacée par une autre maison d'arrêt en voie de construction rue de Boulainvilliers (16e arrondissement).

Détail du plan Andriveau-Goujon

Dans le périmètre des constructions condamnées à disparaître, s'élève aussi la pompe à feu dite d'Austerlitz, mais qui sera probablement conservée par la compagnie d'Orléans pour son usage propre. Cette pompe, qui fournit de 35 à 45 pouces d'eau, a été construite en 1848 pour alimenter les chemins de fer d'Orléans et de Lyon, l'abattoir de Villejuif et l'hospice de la Salpêtrière. Dans la prévision de ce qui arrive aujourd'hui et aussi pour répondre aux exigences de l'annexion, elle a été remplacée par une autre pompe de force plus grande et qu'on a bâtie un peu plus en amont sur la même rive.

La compagnie d'Orléans s'alimentant elle-même par la petite pompe de 1848, celle de la ville se trouvera bientôt exonérée de deux fournitures considérables, puisque la compagnie de Lyon se fait construire une machine d'alimentation à l'extrémité de sa gare aux marchandises, comme nous l'avons dit il y a quelque temps.

Par la suppression des rues Papin, Jouffroy et d'une partie de la rue de la Gare, ce point de Paris va changer de physionomie pour la deuxième fois depuis soixante ans. En effet, dans les premières années de notre siècle, l'emplacement de la gare d'Orléans et des rues qui y confinent faisait partie du pré de l'Hôpital que traversait, à ciel ouvert, la rivière des Gobelins jusqu'à son confluent dans la Seine. Cette rivière dont les ondes étaient un peu plus limpides qu'aujourd'hui, formait, à la place des cours et bâtiments de la gare, deux petites îles dans l'une desquelles était un moulin à scier les pierres : le confluent de la Bièvre était franchi par un pont de bois qui reliait les deux parties coupées de la berge.

En 1802, quand on commença à construire le pont qu'on devait plus tard nommer pont d'Austerlitz, la Bièvre fut emprisonnée dans un canal unique et couvert, de sorte que les deux îles disparurent.

En 1825, l'administration des hospices fut autorisée à ouvrir plusieurs rues dans le pré de l'Hôpital, mais cette ordonnance resta sans exécution. Enfin, en 1829, parut une seconde ordonnance, qui n'était qu'une sorte de duplicata de la première, et qui fut immédiatement mise à exécution. C'est alors que furent percées les rues de la Gare, Jouffroy, Papin, Watt et Fulton ; mais ces quartiers, trop excentriques à l'époque, furent lents à se construire. Ce n'est que vers 1843, lorsque le chemin de fer d'Orléans fut en pleine exploitation, que des cafés, des établissements de restaurateurs et des hôtels commencèrent à s'y montrer ; tous ces immeubles auront donc existé à peine vingt ans. À Paris, on le voit, les maisons vivent peu.

D'après les exigences de la nouvelle gare d'Orléans, sa rue latérale sera divisée et forme ra une voie oblique qui, parlant du boulevard de la Gare, débouchera sur le quai d'Austerlitz, près la rue Papin ; tout ce qui s'étend entre ce dernier point et la place Walhubert, sera annexé aux terrains de la compagnie.

Les nouveaux bâtiments d'exploitation seront construits de telle sorte, que la cour des départs s'ouvrira en bordure du quai d'Austerlitz, et celle d'arrivée, sur une espèce d'impasse ménagée au sud. Les salles d'attente et celles de l'arrivée s'ouvriront directement sur les quais d'embarquement et de débarquement.

Quant aux bâtiments d'administration, ils s'aligneront, partie sur le quai d'Austerlitz, partie sur le boulevard de l'Hôpital, et leur façade principale sera dans la section de cercle décrite par l'extrémité orientale de la place Walhubert.

La gare d'Orléans en 1868 (gravure parue dans L'Univers illustré)


Dans la presse...


Des nouvelle du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Nous avons déjà entretenu nos lecteurs des travaux du puits artésien qu'on est en train de creuser sur la butte aux Cailles dans le XIIIe arrondissement.
Ce puits étant arrivé à la première nappe d’eau, on vient d’y descendre une puissante cuve en fer du poids de 6 000 kilogrammes, destinée à maintenir cette nappe dans sa position souterraine... (1864)

Lire la suite


Un nouveau boulevard pour le 12e arrondissement ?

Cette voie s'ouvrira en face la place de la Collégiale et viendra déboucher sur le boulevard extérieuraprès avoir coupé le faubourg Saint-Jacques. (1858)

...


Le percement du boulevard Arago

Les démolitions qu'on exécute en ce moment dans le faubourg Saint Marcel viennent de remettre au jour un coin très pittoresque du vieux Paris. (1868)

...


Le puits artésien de la Butte-aux Cailles

Les travaux du puits artésien qui est en cours d'exécution à la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris, se poursuivent régulièrement, et la profondeur atteinte par l'instrument de forage dépasse aujourd'hui 350 mètres. (1868)

...


Le percement du boulevard Saint-Marcel

Le plus ancien vestige des édifices religieux encore debout en ce moment, mais qui disparaîtra au premier jour, est le porche de la chapelle Saint-Clément, qui date du quatrième siècle, et dans laquelle fut inhumé en 383 saint Marcel, évêque, de Paris, sous le règne de Théodose. (1868)

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Cinq ponts relient le XIIIème et le XIIème arrondissement.

*
*     *

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

Le 7 juillet 1897, la session du conseil supérieur de statistique s’est terminée par une visite aux services du dépouillement du recensement professionnel, installés boulevard Kellermann, au bastion 84. À cet effet une file de fiacres étaient venus prendre à cinq heures messieurs les conseillers dans la cour du ministère pour les conduire aux fortifications.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦