Dans la presse...

 Les obsèques de Blanqui 1

Les obsèques de Blanqui

Le Figaro — 6 janvier 1881

Est-ce bien à une manifestation radicale que nous venons d'assister ? Est-ce bien le convoi respecté d'un martyr qui vient de traverser Paris entre cent mille badauds échelonnés sur son parcours ? Piteuse manifestation et triste enterrement !

On disait volontiers ces jours derniers dans les centres radicaux que les obsèques de Blanqui seraient une seconde édition des obsèques de Victor Noir ; l'édition alors a été considérablement diminuée et expurgée. Si la foule était aussi grande, elle était autre, et il y a cette différence entre l'enterrement de Victor Noir et l'enterrement de Blanqui, que tandis que l'on sentait gronder la colère et la haine dans la masse compacte qui suivait le premier, on ne lisait guère que la curiosité ou l'indifférence sur les visages de ceux qui accompagnaient le second. Il eût suffi d'un fou — et Flourens a failli être ce fou, il y a dix ans, — pour mettre les armes à la main des manifestants de Victor Noir ; le même fou, faisant hier la même proposition, eût certainement fait prendre la fuite aux manifestants de Blanqui.

À la Maison Mortuaire

Dès neuf heures du matin, les employés des Pompes funèbres sont venus tendre la porte extérieure de la maison où est mort Blanqui, 25, boulevard d'Italie. Au milieu de la tenture se détache un écusson avec la lettre B. Il n'y a que très peu de monde encore sur le boulevard. Ce n'est que vers dix heures que l'on commence à arriver.

À ce moment, le citoyen Eudes, chargé par la famille de diriger l'organisation de la cérémonie, vient prendre place à l'entrée de l'allée qui donne accès dans la maison. Le citoyen Eudes a pour mission de surveiller l'inscription des visiteurs sur le registre qui a été descendu à cet effet, et qu'on a posé sur une petite table, dans l'allée. Il inspecte minutieusement chaque nouvel arrivant et ne laisse monter au logement de Blanqui que les amis intimes du défunt et les notabilités connues du parti radical.

Nous voyons monter successivement MM. Louis Blanc, Barodet, Cantagrel, Daumas, Amat, Vernhes, Talandier, députés ; MM. Henri Rochefort, Jules Vallès, Lissagaray, Arnold, Vaillant, Longuet, Gaillard, Cournet, et les citoyennes Louise Michel, Rouzade, Lemelle, Cadolle, Paule Minck, etc., etc.

L'absence de M. Clemenceau, en ce moment dans le Midi, est très commentée.

Le fils de Blanqui, arrivé la veille de province, et Mme Antoine, sa sœur, se tiennent dans la chambre où repose le défunt et reçoivent les arrivants. Dans cette chambre, se trouvent déjà MM. Martinet, Grangé, Secondigné et Allemane. Le cercueil qui contient les restes de Blanqui a été fermé ce matin. C'est un cercueil en chêne. Une large plaque de plomb clouée sur le couvercle, porté cette inscription gravée :

LOUIS-AUGUSTE BLANQUI
décédé à l'âge de 75 ans

Deux grandes couronnes d'immortelles rouges sont posées sur le cercueil.

Au dehors, la foule augmente, foule tapageuse et aussi peu recueillie que possible. Il y a des curieux à toutes les fenêtres du boulevard. Il y en a sur les échafaudages des maisons en construction, il y en a jusque dans les arbres. Dans cette foule, des camelots vont et viennent vendant : des bouquets d'immortelles en l'honneur de Blanqui, la photographie de Blanqui avec la date de sa mort, la biographie de Blanqui avec ses trois portraits, la vie et la mort de Blanqui à tout âge (?) les trente-sept années de captivité de Blanqui, etc. Au sixième étage de la maison même de Blanqui, un locataire a eu l'idée étrange de spéculer sur la situation privilégiée de son logement au point de vue de la cérémonie qui se prépare, et il a carrément suspendu à son balcon une pancarte, sur laquelle on lit  :Fenêtre à louer.

De place en place, de grandes taches rouges émergent de la foule. Ce sont les bannières et les couronnes des députations, bannières rouges, couronnes rouges, immortelles rouges, le rouge domine partout. Les boutonnières qui ont arboré l'immortelle jaune sont en infime minorité.

Un peu avant onze heures et demie, deux citoyennes quêteuses, l'immortelle rouge au corsage, une corbeille doublée de rouge à la main passent à travers les rangs pressés des curieux et commencent la quête traditionnelle en faveur des amnistiés. Beaucoup de gros sous, mais pas une seule pièce blanche. L'arrivée du corbillard et de trois voitures de deuil qui viennent se ranger devant la maison mortuaire interrompt d'ailleurs la quête et tout le monde se rapproche de la maison.

Le Cortège

Nous avons dès hier dit que le corbillard de Blanqui était un corbillard de cinquième classe à galerie bronzée avec garniture frangée argent. Il nous reste à rectifier une petite erreur. La cinquième classe n'est pas, comme nous l'avons dit, l'avant-dernière et son corbillard ne vient pas immédiatement avant le char des indigents. Le cahier des charges de la Préfecture de la Seine comporte neuf classes, plus celle des indigents, et chaque classe se subdivise en deux. C'est donc, en réalité, dix-huit classes.

L'enterrement de Blanqui est un enterrement de cinquième classe, première. Il a coûté, chiffre officiel : trois-cent trente-neuf francs, dont voici le détail :

  Fr. Fr.
Maison mortuaire    
Tenture de la porte 18  
Bandeau galonné en fil 10  
Une paire de réseaux frangés en fil 12  
Estrade à deux gradins et tapis 9  
Drap mortuaire, franges et galons d'argent 9  
Total. 58 58
     
Objets supplémentaires pour la maison    
Menuiserie et charpente nécessaires à la tenture 6 6
     
Cortège    
Corbillard à galerie bronzée, panneaux drapés, la garniture et les housses des chevaux frangées et galonnées en argent, attelage à deux chevaux 38  
Livrée galonnée en argent pour le cocher 15  
Guides argentées 6  
Trois voitures drapées 55  
Total 114 114
     
Fournitures réelles
Une grande armoirie, peinte sur toile. B 24  
Quatre petites armoiries, peintes sur toile. B. 48  
Une plaque en plomb pour le cercueil 16  
Un cercueil en chêne fort 60  
Mixture 13  
Total 161 161
     
Total général 339

Si à ces 339 fr. nous ajoutons 528 fr. pour acquisition d'un terrain au Père-Lachaise, nous trouvons que les obsèques de Blanqui ont coûté en tout : 867 fr.

Ce n'est que quelques minutes après midi que le cercueil est placé sur le corbillard. Il est immédiatement recouvert et entouré d'immenses couronnes rouges.

Ici un premier incident se produit. Le citoyen Eudes veut étendre sur la bière un drap rouge, mais l'ordonnateur des Pompes funèbres s'y oppose au nom des règlements et le citoyen Eudes est obligé de se soumettre.

À midi dix minutes, le cortège se met en marche tant bien que mal, précédé par une foule énorme de curieux et suivi par la famille et les amis du défunt. Le fils de Blanqui marche immédiatement derrière le corbillard. Ce fils qui est un riche propriétaire de province et qui ne partage nullement, dit-on, les opinions que professait son père, a eu quelque peu maille à partir avec les ordonnateurs politiques du convoi. Sans se préoccuper du mauvais accueil fait à sa proposition, il aurait, à plusieurs reprises, insisté pour se rendre d'abord à l'église. De plus, il voulait, paraît-il, déposer sur le cercueil un bouquet tricolore, et il s'est refusé à mettre un bouquet rouge.

Derrière la famille et les amis viennent un peu pêle-mêle, les délégations avec leurs bannières et leurs couronnes, dont nous copions les inscriptions au passage :

La Chambre syndicale des chaisiers de Paris, fondée en 1875.

Comité central socialiste et révolutionnaire du quatrième arrondissement.

Comité central socialiste et révolutionnaire du dix-huitième arrondissement.

L'Association des fer-blantiers réunis.

La Chambre syndicale des serruriers.

La Chambre syndicale des ouvriers tailleurs, etc.

La Libre-Pensée du quinzième arrondissement.

Le comité central d'aide, aux amnistiés et non amnistiés. Cette couronne mesure plus de deux mètres de hauteur ; elle est toute en immortelles rouges, et se trouve posée sur un socle recouvert d'un drap noir ; elle est portée par quatre délégués du comité.

La rédaction de l’Intransigeant.

Comité socialiste des femmes.

La libre-pensée.

Le lien des peuples.

La jeunesse collectiviste et républicaine.

La libre-pensée du dix-huitième arrondissement.

La démocratie au vieux vétéran de la démocratie française.

A Blanqui, les socialistes d'Argenteuil.

La libre-pensée du quinzième arrondissement.

Le journal de la Pensée Libre.

Les habitants du boulevard d'Italie.

Les ouvriers socialistes du vingtième arrondissement à Auguste Blanqui — 5 janvier 1881

Les ouvriers socialistes révolutionnaires du dix-huitième arrondissement, à Blanqui.

A Blanqui, les révolutionnaires socialistes russes.

Les dames réunies de Lyon.

La Démocratie de Montreuil.

Le Cercle des Travailleurs de Cette.

A Blanqui, les Socialistes de Saint-Ouen.

Les Démocrates de Clichy, au vieux vétéran de la démocratie française.

Cercles des Anarchistes des troisième et cinquième arrondissements.

Au vieux martyr de la bourgeoisie, la Chambre syndicale des ouvriers serruriers.

Une autre couronne des mêmes avec cette inscription : Au vieux patriote, à Blanqui.

Groupe des Travailleurs de Troyes.

Passementiers de Berne.

La couronne de la Loge le Lien des Peuples, entourée des maçons avec insignes.

La rédaction du Citoyen.

Siège de Paris, la Patrie en danger.

Quartier des Epinettes.

La Chambre syndicale des ouvriers maçons du département de la Seine. Immense couronne d'immortelles jaunes, surmontée d'un bonnet phrygien en cuivre et bannière rouge.

Comité révolutionnaire socialiste du douzième arrondissement.

La Libre Pensée de Levallois-Perret.

Les Révolutionnaires de Reims.

La Libre Pensée du troisième arrondissement

Plus des couronnes envoyées par les villes de Toulon, Béziers, Saint-Etienne, Marseille, Montpellier, Lyon, etc., etc.

Le cortège suit exactement l'itinéraire que nous avons indiqué :

Le boulevard d'Italie, la place d'Italie, le boulevard de l'Hôpital, le pont d'Austerlitz, le boulevard Contrescarpe, la place de la Bastille, et la rue de la Roquette.

Quelques incidents du parcours.

Au départ M. Rochefort, un moment séparé du cortège, est obligé de marcher pendant quelque temps sur les bas-côtés du boulevard. La foule le reconnaît et le poursuit de ses acclamations. Ce n'est que vers le milieu du boulevard de l'Hôpital, que M. Rochefort visiblement gêné parvient à reprendre sa place derrière le corbillard.

On prête même à ce propos, au rédacteur en chef de l'Intransigeant un mot significatif.

Comme les gardiens de la paix voulaient l'empêcher de passer, il leur cria en se dégageant :

— Laissez-moi, c'est dans l'intérêt de l'ordre.

Autre incident soulevé encore par le citoyen Eudes, à l'intersection de l'avenue des Gobelins et du boulevard de l'Hôpital. Le citoyen Eudes voulait faire passer le cortège par l'avenue des Gobelins et le boulevard Saint-Marcel. L'ordonnateur des Pompes funèbres a dû intervenir de nouveau pour maintenir le trajet habituel qui est en même temps le plus court, par le boulevard de l'Hôpital.

Foule énorme sur tout le parcours et bousculade sur plusieurs points, cela va sans dire, mais quelques cris seulement de : Vive la République ! et de Vive la révolution sociale, sur la place de la Bastille et à l'entrée de la rue de la Ro quette.

À une heure un quart, le cortège arrive enfin sur la place de la Roquette, qu'il ne franchit qu'avec peine tant la foule est grande.


A lire également

Le récit des obsèques (suite)

Un an après...

Saviez-vous que ...

L'image du jour

La Zone à la porte de Bicêtre

Vu dans la presse...

1882

L'anniversaire de la mort de Blanqui

Malgré les récentes instructions du préfet de police défendant la formation des cortèges sur la voie publique, les journaux révolutionnaires avaient convoqué leurs amis à plusieurs reprises, pour une heure de l'après-midi, devant la maison où est mort Blanqui l'an dernier, au n° 25 du boulevard d'Italie, au coin de la rue du Moulin-des-Prés. Un temps superbe : pas un nuage au ciel, un chaud soleil et un air vif. (1882)

Lire

1896

Les murs de la Salpêtrière

Le conseiller municipal Paul Bernard, au cours de la dernière session, a réclamé la suppression des murs de la Salpêtrière.
Toute la gauche du boulevard de l'Hôpital est occupée, comme on sait, par des établissements municipaux ou privés qui couvrent une surface très étendue. Il y a l'hospice de la Salpêtrière, le magasin central de l'Assistance publique, deux ou trois maisons, puis les chantiers du charbon de Paris et les abattoirs de Villejuif. (1896)

Lire

1865

Les travaux de la petite ceinture de l'ancien hameau du Bel-Air au pont Napoléon

Les travaux en cours d'exécution pour l'achèvement du chemin de fer de Ceinture peuvent se diviser en quatre sections dont la quatrième commence au bas de l'ancien hameau du Bel-Air et vient se souder avec la fraction déjà existante au pont Napoléon en amont de Paris.
C'est de cette dernière section que nous allons nous occuper aujourd'hui. (1865)

Lire

1908

Explosion à la raffinerie Say

Les deux mille quatre cents ouvriers de la raffinerie Say, 123, boulevard de la Gare, étaient en plein travail, hier matin, vers huit heures et demie, lorsqu'une explosion formidable se produisit dans l'atelier central, d'une superficie de quatre cents mètres carrés ; il y a là sept étages superposés au-dessus du sol et trois galeries souterraines où des hommes, des femmes, des jeunes filles sont occupés au cassage ou à l'empaquetage du sucre, de six heures du matin à six heures du soir… (1908)

Lire

1912

L’Ecole des Arts-et-Métiers de Paris

Lundi prochain, 14 octobre, l'Ecole des Arts et Métiers ouvrira ses portes. C'est là une victoire due, pour une large part, à la sollicitude agissante de M. Fernand David.
Le ministre du commerce eut la chance de pouvoir triompher des derniers obstacles et de précipiter la réalisation. Visitant lui-même les travaux, boulevard de l'Hôpital, activant les formalités innombrables, il a pu — aidé, d'ailleurs, dans sa tâche ingrate par l'administration départementale et municipale — mettre l'Ecole en état de recevoir, dans quelques jours, la première année des jeunes élèves de la région de Paris. (1912)

Lire

1901

L'œuvre des petits chiffonniers

Si le promeneur, en haut de l'avenue d'Italie, avait l'idée de prendre à droite le passage Raymond, il aurait bientôt une vision étrange ! En plein Paris, à cinquante mètres d'une large voie, sillonnée de tramways, il se trouverait en face d'innombrables cahutes, d'aspect sordide où vivent pêle-mêle près de deux mille chiffonniers. (1901)

Lire

1926

A bas les taudis !

Suivez, comme nous, les rues Nationale, Jeanne-d’Arc, Campo-Formio, Louis-Français, Esquirol, Baudricourt, traversez la Cité Doré, le passage Grouin, l’impasse des Hautes-Formes et de temps en temps, arrêtez-vous devant un immeuble... (1926)

Lire

1911

Des masures à l’impasse Moret

L'impasse Moret est, dans le treizième arrondissement une enclave insalubre et sordide qui ne vaut pas mieux, si toutefois elle n'est pire, que les taudis sinistres de l'impasse du Mont-Viso [...]
Ce petit coin du vieux Paris, où la Bièvre étale encore en plein air ses eaux noires qu'empuantissent les déchets des tanneries dont elle est bordée, présente en ce moment pour les fervents du passé, un vif attrait. (1911)

Lire

1911

Les mensonges des patrons mégissiers

Le citoyen Deslandres, conseiller municipal socialiste de Paris, aura rendu un service signalé au quartier de Croulebarbe, en obtenant de la Ville qu'elle recouvre et transforme en égout les deux bras de la Bièvre qui traverse le passage Moret à ciel ouvert. (1911)

Lire

1901

La professsion de cambrurier

Deux commis voyageurs, arrêtés hier après-midi dans un bar de la rue de Tolbiac, discutaient devant les deux bocks qu’ils avaient commandés pour étancher leur soif... (1901)

Lire

1881

Rapport présenté par M. Rousselle sur l'amélioration de diverses voies dans le quartier de la Maison-Blanche

Un plan ayant pour but l'assainissement général du quartier de la Glacière et de la Bièvre et le dessèchement des marais qui rendent cette région à peu près inhabitable... (1881)

Lire

1895

Deux inaugurations

Les quartiers de la Gare, de la Maison-Blanche et de Croulebarbe ont été, hier, eu liesse à l'occasion de la visite du Président de la République. M. Félix Faure a présidé à la double inauguration du nouveau pont de Tolbiac et de la Crèche-Dispensaire de la Maison-Blanche. (1895)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme