Dans la presse...

 Une masure s'effondre au « Camp marocain » - 1910

L’accident de la rue Bobillot

Une masure s'effondre au « Camp marocain »

Le Petit-Parisien — 1er mars 1910

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. Traqués par la police, ces nomades se décidèrent à déguerpir, il y a longtemps, et furent remplacés par des ménages malheureux. Mais ce coin du Paris pittoresque continue à être désigné sous le nom de « Camp marocain ».

Hier, le jeune Perchaud, habitait avec ses parents au Camp marocain, débarrassait, en compagnie de la concierge, Mme Sérouard, une femme énergique, un hangar situé au fond du camp, lorsqu'un craquement sinistre se fit tout à coup entendre.

— Sauvons-nous ! cria la concierge, ça s'effondre.

Mme Sérouard et l’enfant n'eurent que le temps de fuir un mur de deux mètres de haut, attenant à une cabane inhabitée, venait de s'écrouler sur un hangar servant de remise à un plombier, M. Bianco. La toiture de l'appentis s'effondra sous les poids des moellons.

Mme Sérouard et le jeune Perchaud l'avaient échappé belle !

Les locataires du Camp marocain, un instant fort émus par cet accident, reprirent leurs esprits et refusèrent de déménager, comme le leur conseillait le commissaire du quartier.

Il est probable que des mesures vont être prises pour les protéger — fût-ce malgré eux — contre les graves accidents que l’on redoute.


 
Ce "Camp marocain" dont il est question était sur un terrain situé 23-25  rue Bobillot. Aucune autre utilisation de l'appelation "Camp marocain" n'a été retrouvée dans les journaux consultés pour l'élaboration de ce site y compris dans ceux relatant le même incident. En revanche, une phototographie d'Eugène Adget sur le site Gallica permet de visaliser les lieux.



Quelques années plus tard, l'Assistance Publique fit construire sur ce terrain un ensemble immobilier dessiné par M. Roger Bouvard, architecte.
Cet ensemble immobilier fut distingué par la Ville de Paris au concours de façades 1924 et le journal "La Presse" du 29 aout 1924 le décrivit en ces termes :

"Construction en Briques
L'immeuble de la rue Bobillot est important, avec ses sept étages et ses cent dix locataires.
Voilà un immeuble en briques dont la simplicité offre un aspect fort agréable. Il suffit de considérer la façade pour deviner qu'elle exprime, comme le pourrait faire un visage, la logique d'un corps bien organisé et intelligemment conçu, c'est-à-dire puisqu'il s'agit d'une maison, que celle-ci doit, pense-t-on tout de suite, réunir les qualités désirables d'air, de lumière, et, par conséquent, d'hygiène.
La décoration de la corniche supérieure qui supporte le balcon du cinquième étage est inspirée de la flore ; elle suffit, par la justesse de sa proportion au reste de l'immeuble, à réaliser un ensemble aimable et harmonieux, tandis qu'une vaste porte cintrée, agréablement ornée, fait penser à une bouche qui respire, en même temps qu'elle rompt une monotonie dont pourrait souffrir la partie basse."
 

Vu dans la presse...

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire

Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage

Les habitants de la rue des Peupliers, dans le 13e arrondissement, étaient mis en émoi, hier matin à sept heures, par une violente détonation immédiatement suivie de longs et redoutables grondements. C'était une des nombreuses conduites d'eau placées dans la chaussée du boulevard Kellermann qui venait de se rompre brusquement ! (1911)

Lire

Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste ! (1883)

Lire

Saviez-vous que... ?

Dans la nuit du 5 avril 1579, la Bièvre provoqua de si graves dévastations que le peuple appela cette inondation le « déluge de saint Marcel ».

*
*     *

Le pont de Tolbiac, en cours de construction depuis 1879, fut grandement endomagé par la grande débacle des glaces de janvier 1880 mais les dégats furent vite réparés.

*
*     *

La rue du Petit Banquier que Balzac et Victor Hugo rendirent célèbre, l'un dans le colonel Chabert, l'autre dans les Misérables, perdit son nom au profit du peintre Watteau par décret impérial du 27 février 1867.

*
*     *

En 1865, les frères Goncourt passaient une journée dans le 13e :
« Jeudi, 16 mars. — Nous avons passé la journée chez Burty, rue du Petit-Banquier, dans un quartier perdu et champêtre, qui sont le nourrisseur et le marché aux chevaux. Un intérieur d’art, une resserre de livres de lithographies, d’esquisses peintes, de dessins, de faïences ; un jardinet ; des femmes ; une petite fille ; un petit chien, et des heures où l’un feuillette des cartons effleurés par la robe d’une jeune, grasse et gaie chanteuse, au nom de Mlle Hermann. Une atmosphère de cordialité, de bonne enfance, de famille heureuse, qui reporte la pensée à ces ménages artistiques et bourgeois du dix-huitième siècle. C’est un peu une maison riante et lumineuse, telle qu’on s’imagine la maison d’un Fragonard. »

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner