Dans la presse...

 La gare du Château des Rentiers - 1902

À l’hôtel de ville

La gare du Château des Rentiers

Le Petit-Parisien — 3 juillet 1902

Le 31 mai dernier, le syndicat des chemins de fer de ceinture, après entente avec M. le ministre des travaux publics, avait présenté au conseil municipal, par l’intermédiaire du préfet de la Seine, un mémoire tendant à remplacer la station de voyageurs demand ée depuis longtemps entre les gares de la Maison-Blanche et d’Orléans-Ceinture, dans le treizième arrondissement, par une passerelle reliant l’avenue de Choisy aux quais de la station de la Maison Blanche.

Ce projet vient d'être repoussé car si l'administration municipale reconnaît en principe l'utilité de la création d’une station entre les deux gares précitées, très éloignées l'une de l'autre, cette nouvelle station ne peut être établie pour rendre les services qu'on attend d'elle qu’à la hauteur de la rue du Château-des-Rentiers c'est-à-dire à peu près à égale distance de la Maison Blanche et d'Orléans ceinture

Il est donc probable que le syndicat va se résoudre à faire les frais de l'établissement de la nouvelle gare à l'endroit demandé, frais dont l'élévation avait donné naissance au projet de passerelle dont nous avons parlé.



Vu dans la presse...

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

La gare d’Orléans et les quais de la Seine

Le bruit court que la compagnie d'Orléans est en instance pour obtenir du ministère des travaux publics un décret d'utilité publique qui lui permette d'exproprier certains terrains qu'elle désire annexer à la gare des marchandises intra-muros. (1873)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

La rue Gustave Geffroy, avant de recevoir le nom de administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, s'appela rue Léon Durand jusqu'en 1937. Cette rue fut créée en 1906.

*
*     *

600 partisans de la désaffectation du mur d'enceinte de Paris et de la suppression des servitudes militaires se réunirent, le dimanche 6 mai 1894 en plein air à la Porte d'Italie pour défendre leurs revendications.

*
*     *

La place des Alpes (boulevard de la Gare, 164, et rue Godefroy, 2) fut ainsi dénommée par arrêté préfectoral du 1er février 1877, à cause du voisinage de la place d'Italie, à laquelle elle est reliée par la rue Godefroy.

L'image du jour

La mairie du XIIIe