Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — La rue Damesme vue en 1932

Rue Damesme

L’ami du Peuple — 5 juillet 1932

D’importants changements projetés rue Damesme ont condamné plusieurs maisons de cette rue et de la rue des Peupliers : les numéros 30, 38. 40. 42, 44, 46, 48, 50. L’un de ces immeubles est particulièrement curieux : le 48, qui date du XVIIIe siècle, ancienne demeure présumée de cultivateurs.

Détail d'une vue aéerienne prise le 11 juin 1921
Détail d'une vue aéerienne prise le 11 juin 1921
Source IGN - Remonter le temps

L’actuelle rue Damesme est visible sur le plan de Lacaille (1730). Elle était alors route de Lyon. Elle fut alignée et bâtie peu à peu, notamment aux virons de 1838 ; on l’appela alors du Bel-Air.

En 1868, le nom de Damesme lui donné en souvenir du général tué une barricade en 1848, à l’âge de quarante ans. Elle contient en nombre assez élevé de mignonnes maisonnettes, semblables à des constructions enfantines. Tous les terrains avoisinants, anciens champs, où vécurent longtemps des colonies de chiffonniers, ont été percés de rues, maintenant bordées pour la plupart de pavillons exigus et de style uniforme.

Ces rues sont dédiées au docteur Leray, à Dieulafoy, à Lucas-Championnière, à l’interne Loeb — voire à Jules Ferry — et voisinent avec la rue de Tolbiac. Il y a aussi une rue Henri-Pape, percée en 1885, et que l’on nomma d’abord rue Edouard-Valentin, préfet du Bas-Rhin mort en 1879. Depuis lors, Edouard Valentin dut démériter, puisque son nom fut enlevé et remplacé par celui de Henri Pape, facteur de pianos (1789-1875). Que de pavillons et que de jardinets microscopiques I En cet ancien coin dit de Bel-AIr, les humains respirent peut-être, mais leurs arbustes semblent périr d’asphyxie.

Dans l’axe de la rue du Tage, au 48 de la rue Damesme (maison du XVIIIe dont nous parlions plus haut et qui est condamnée), on perce la rue du Docteur Tuffier, chirurgien des hôpitaux de Paris (Pitié, Beaujon, Lariboisière), clinicien réputé et professeur à l’École de médecine.

Un peu plus loin est la rue Ernest-Rousselle, conseiller municipal (18361896), maintenant rue Ernest-et-Henri-Rousselle ; le fils ayant été conseiller comme le père, on les a confondus dans un même hommage.

Au 73 de la rue Damesme est la rue du Tibre, connue dans le passé sous le nom de rue de la Fosse-aux-Chevaux. Le Tibre, pour le moins, devait passer sur cette voirie d’équarisseur afin d’en nettoyer les Immondices.

Vers le boulevard Kellermann, le promeneur remarquera la fréquence de vieux jardins situés en contre-bas de l’ex-route de Lyon.

Au n° 54 s’élève une maison neuve qui a été baptisée : Cité de la Femme. Les esprits cyniques ne manqueront point de faire observer qu’il fallait, en ce cas, dans le voisinage, médecins et chirurgiens. On demande rue Damesme, une rue du Pozzi(*).


(*) Jean-Samuel Pozzi est un médecin, chirurgien et anthropologue français né à Bergerac le 3 octobre 1846 et mort à Paris le 13 juin 1918. Membre de l'Académie de médecine et professeur à la Faculté, il fut l'un des pionniers de la gynécologie moderne. Il fut également l'un des modèles du Dr Cottard de Proust dont il était proche.

Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


Le monument d'Ernest Rousselle

L'inauguration du monument élevé à la mémoire de M. Ernest Rousselle, qui fut président du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine, a eu lieu hier dans le jardin du dispensaire de la Maison-Blanche. (1901)

...


Décentralisation artistique

Peu de lecteurs du Journal soupçonnaient qu’une exposition rassemblât, à la mairie du treizième, des œuvres exquises de fraîche beauté. Qu'ils fassent voyage. Ils connaîtront un vieux quartier de Paris dont il est aisé d'apprendre le charme. (1912)

...


M. Félix Faure à l’École Estienne

Les « écoles laïques » ont fait une armée de ratés, qui fatalement deviendra une armée de révolutionnaires. Les écoles professionnelles forment des ouvriers distingués, des artistes spéciaux qui sont placés avant d'avoir terminé leur apprentissage et qu'attend un avenir non moins heureux que paisible.
C'est donc avec joie que nous avons vu hier le chef de l'État honorer de sa présence l'inauguration de l'école Estienne. (1896)

...


Inauguration d'habitations à bon marché dans le XIIIè arrondissement

L'Office public des habitations de la Ville de Paris a entrepris, il y a quelques années, la construction de plusieurs groupes d'habitations à bon marché dans divers quartiers populeux de la capitale.
L'un de ces groupés, sis dans le XIIIè arrondissement et dont la construction a été commencée en 1930, vient d'être terminé. (1933)

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

C'est en 1888 que le conseil municipal de Paris décida que la rue ouverte entre la rue de Tolbiac et la rue Baudricourt, prendra le nom de rue Larret-Lamalignie.
Larret-Lamalignie, capitaine de frégate, se fit sauter la cervelle plutôt que de rendre en 1871, le fort de Montrouge qu’il commandait.

*
*     *

La piscine de la Butte aux Cailles a été inaugurée le 4 mai 1924.

*
*     *

La rue Baudricourt honore Robert de Baudicourt, capitaine de Vaucouleurs, compagnon de Jeanne d'Arc.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912