Dans la presse...

 Une inondation boulevard Kellermann - 1912 - Figaro

Une inondation boulevard Kellermann

Le Figaro ― 28 janvier 1912

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. L'eau jaillissant avec une force très grande inonda en un clin d'œil la chaussée de la rue des Peupliers, s'échappant à grand bruit par les bouches d'égout qui se déversent dans la Bièvre. L'irruption fut si soudaine et si torrentueuse qu'une voiture passant par là se trouva enlisée dans la boue et dans l'impossibilité d'aller plus loin.

Bien que la sécurité des immeubles voisins ne parut pas menacée, cette inondation subite détermina dans le quartier une vive émotion. Le poste d'octroi de la poterne des Peupliers avait dû être évacué. Les employés donnèrent l'alarme et les pompiers furent bientôt sur les lieux, tandis que le service des eaux, également prévenu, s'occupait de faire fermer les vannes par où s'alimentait la conduite rompue.

Ce ne fut qu'une heure après, vers sept heures et demie, que cette opération put être effectuée. Pendant ce laps de temps, l'eau jaillissante avait continué ses ravages. À sept heures, le mur des fortifications, sur une longueur de 50 mètres s'était effondré, le parapet de la rampe tombant de son côté sur l'avenue de la Gare qui, extra  muros, part de la poterne. L'eau avait rempli entièrement le fossé des fortifications et débordait sur l'avenue et le boulevard Kellermann qui se trouvait interdit à la circulation.

Cependant, les terres du talus entraînées par les eaux laissaient à découvert deux autres conduites d'eau qui, restées ainsi sans support, menaçaient de se rompre sous leur propre poids. Le service des eaux a pris d'urgence les mesures de consolidation nécessaires. Et l'on espère que l'écoulement des eaux se fera, par le fossé des fortifications, dans la Bièvre, assez promptement pour qu'aucun accident ne se produise.


Poterne des Peupliers
Au premier plan, la voute supportant le boulevard Kellermann et au second plan, la voute de la petite ceinture.

Sur le même sujet

Un éboulement aux fortifications 

Vu dans la presse...

A bas les taudis !

Suivez, comme nous, les rues Nationale, Jeanne-d’Arc, Campo-Formio, Louis-Français, Esquirol, Baudricourt, traversez la Cité Doré, le passage Grouin, l’impasse des Hautes-Formes et de temps en temps, arrêtez-vous devant un immeuble... (1926)

Lire

Des masures à l’impasse Moret

L'impasse Moret est, dans le treizième arrondissement une enclave insalubre et sordide qui ne vaut pas mieux, si toutefois elle n'est pire, que les taudis sinistres de l'impasse du Mont-Viso [...]
Ce petit coin du vieux Paris, où la Bièvre étale encore en plein air ses eaux noires qu'empuantissent les déchets des tanneries dont elle est bordée, présente en ce moment pour les fervents du passé, un vif attrait. (1911)

Lire

Les mensonges des patrons mégissiers

Le citoyen Deslandres, conseiller municipal socialiste de Paris, aura rendu un service signalé au quartier de Croulebarbe, en obtenant de la Ville qu'elle recouvre et transforme en égout les deux bras de la Bièvre qui traverse le passage Moret à ciel ouvert. (1911)

Lire

La professsion de cambrurier

Deux commis voyageurs, arrêtés hier après-midi dans un bar de la rue de Tolbiac, discutaient devant les deux bocks qu’ils avaient commandés pour étancher leur soif... (1901)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

En 1863, la ligne de l'omnibus P (voiture jaune, lanternes rouge et rouge) reliait Charonne à l'ancienne barrière de Fontainebleau tandis que la ligne U reliait Bicêtre à la pointe Saint-Eustache par des voitures jaunes, lanternes vert et rouge

*
*     *

L'école 8 rue Kuss, a été construite en 1934, par l'architecte Roger-Henri Expert, qui utilisa largement le béton.

*
*     *

Jusqu’à la fin des années 1920, la rue de la Fontaine-à-Mulard commençait avenue d’Italie, s’interrompait rue Damesme et reprenait rue de la Colonie pour se terminer définitivement place de Rungis. Il y avait près de 500 mètres entre le n°2 et le n°4.
Le tronçon compris entre l’avenue d’Italie et la rue Damesme devint la rue du Dr Laurent.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30