entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

L'église Sainte-Anne de la Maison-Blanche a été consacrée le 25 avril 1896.


Le moulin de Croulebarbe qui disparut en 1840, avait une existence attestée depuis 1214.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 La mort de Bacchus - 1893

La mort de Bacchus

Le Journal des débats politiques et littéraires ― 21 mars 1893

Les marchands de vin de la Butte-aux-Cailles viennent de faire une perte cruelle. En sortant de chez l'un d'eux cette nuit, à une heure très avancée, leur meilleur client, un nommé Alibert, surnommé Bacchus (à juste raison, paraît-il), s'est tué en regagnant son domicile rue de Tolbiac. Ayant, comme' de coutume, fait de nombreuses libations, Alibert est allé en titubant s'appuyer contre le parapet du pont de Tolbiac et a passé par-dessus. Son cadavre a été retrouvé ce matin.


 Il blesse son amie d'un coup de couteau - 1928

Il blesse son amie d’un coup de couteau

Paris-Soir — 26 aout 1928

À minuit, rue du Château-des-Rentiers, numéro 58, Marie Mohnen, âgée de 30 ans, domiciliée 90, rue Regnault, a, au cours d'une discussion avec son amant, Adrien Deretmacher, âgé de 39 ans, été frappée d'un coup de couteau par celui-ci.

Après pansement à l'hôpital de la Pitié, Mme Mohnen a pu regagner son domicile.

Le meurtrier a été arrêté et mis à la disposition du commissaire de police du quartier de la Gare.


 La cité des Kroumirs - Réponse assistance publqiue

La cité des Kroumirs.

Le Temps ― 25 février 1882

L'Assistance publique nous adresse une note au sujet de l'article que nous avons publié sur la cité des Kroumirs. Après avoir expliqué que la location du terrain sur laquelle la cité est bâtie avait été faite, à la condition qu'elle cesserait de plein droit six semaines après un avertissement, et que par conséquent le locataire principal ne pouvait pas donner aux sous-locataires plus de droits qu'il n'en avait lui-même, la note continue ainsi :

« Si donc il est regrettable que de pauvres ouvriers aient mis leur travail et leurs économies à se créer un abri qui doit disparaître aujourd'hui, la faute ne saurait en être imputée à l'administration, qui est restée complètement étrangère aux conventions intervenues, et auprès de laquelle les intéressés auraient, trouvé les renseignements nécessaires pour éviter la déception qui les frappe aujourd'hui.

En présence des réclamations réitérées de la commission des logements insalubres, l'Assistance publique fut forcée, comme propriétaire du sol, de mettre son locataire en demeure de faire disparaître les causes d'insalubrité signalées.

Ce dernier déclara ne pouvoir le faire.

Un seul parti restait à l'administration elle donna congé pour le 1er avril.

Mais un, devoir d'humanité lui restait à remplir.

Elle fit connaître à son locataire qu'il pourrait conserver la jouissance du terrain, sans avoir de loyer à payer, jusqu'au mois d'octobre prochain, mais à la condition expresse que lui-même ne pourrait rien recevoir pendant ce temps des sous-locataires avec lesquels il avait traité, et ces derniers furent également informés de cette condition.

L'administration espère que, pendant ces six mois, les habitants de la cité des Kroumirs, n'ayant aucune charge de loyer, pourront démolir les constructions leur appartenant et se pourvoir de nouvelles habitations plus stables et moins insalubres.

Dans tous les cas, c'est une indemnité de six mois de loyer que l'administration de l'Assistance publique leur accorde. »

Ces six mois de loyer représentent fort peu de chose, vingt à trente francs par ménage. Et nous le répétons, certains habitants de la cité des Kroumirs avaient dépensé jusqu'à 1,200 fr. pour édifier leur petite maison. La compensation est donc tout à fait insignifiante. L'Assistance publique a évidemment le, droit absolu de son côté, en stricte justice allé n'est tenue à rien envers les pauvres expulsés. Mais c'est ici le cas de dire ou jamais : Qui n'est que juste est dur, et il nous semble qu'en se plaçant au point de vue de l'humanité il lui reste encore quelque chose à faire. Elle a été instituée non pas pour créer des misères, mais au contraire pour soulager celles qui existent, et la mesure qu'elle a été obligée de prendre est incontestablement une aggravation de misère pour ceux qu'elle atteint. Au lieu de garder le caractère d'une administration de charité, elle apparaît ainsi sous l'aspect d'un simple propriétaire qui se débarrasse de locataires qui le gênent sans se soucier autrement de ce qu'ils peuvent devenir.

Ce n'est pas notre faute, dit-elle, de sorte que ce sera aux petits à payer. Elle serait plus équitable en considérant l'expulsion des habitants de la cité des Kroumirs comme une espèce d'expropriation publique et en agissant en conséquence.


A lire également

L'article du Temps en date du 23 février 1882

Une lettre de M. Doré

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Un héros de Gaboriau - 1901

La police a enfin réussi à mettre la main, hier, sur l'insaisissable Goirand, ce malfaiteur-protée dont Gaboriau eût fait certainement le héros d'un de ses romans, s'il avait vécu de son temps.

Lire

Une bande d'aigrefins - 1897

Depuis longtemps, plusieurs grandes maisons de tannerie des quartiers de la Maison-Blanche et Croulebarbe étaient victimes de vols de peau importants. Mais on n'avait jamais pu mettre la main sur les coupables...

Lire

Une singulière hallucination - 1901

Un employé de la Compagnie du gaz, M. François Mourzé, demeurant 77, avenue d'Italie, se présentait, avant-hier soir, au commissariat...

Lire

Le cochon en ribotte - 1897

Un marchand de couleurs de l'avenue d'Ivry fut réveillé l'autre soir par un bruit insolite qui semblait partir des caves de la maison.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire


Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire


La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire


Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement (1893)

Lire


Les prochains grands travaux de Paris

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part. (1910)

Lire


La crue persiste

Au service hydrométrique, on escompte la cote de 5m. 20 à Paris-Austerlitz d'ici
à lundi matin et on espère qu'elle ne sera pas sensiblement dépassée. (1910)

Lire


L'assainissement de la Bièvre

Le préfet de la Seine a déclaré d'utilité publique l'assainissement de la vallée de la Bièvre aux abords de la rue du Moulin-des-Prés. (1897)

Lire


Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. (1912)

Lire


Mort de M. Ernest Rousselle

Ainsi que nous le faisions pressentir, M. Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche (treizième arrondissement), président du conseil municipal de Paris, a succombé hier matin à la maladie qui, depuis un certain temps, le tenait éloigné de l'Hôtel de Ville. (1896)

Lire


La suppression de la Bièvre

Le conseil ayant décidé, en 1899, après de lentes et nombreuses études, de faire procéder à la couverture de la Bièvre « dont les émanations exercent une influence fâcheuse sur la santé des riverains... (1907)

Lire


La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire


Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire


Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire


L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte